New Age


 
AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Lorsque les livres vous tombent sur la tête [PV Zelda N. Estragos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Sayell Di Apporo

avatar

Physical bronze
❖ Sexe : Féminin
❖ Arrivé le : 11/01/2013
❖ Missives : 145
MessageSujet: Lorsque les livres vous tombent sur la tête [PV Zelda N. Estragos] Mar 26 Fév - 22:05

Allelujiah ! Allelujiah ! Enfin ! Enfin j’ai finis de remplir ces foutus papier d’inscription, cette paperasse des dossiers les plus ennuyants à faire. J’avais l’impression que je n’en verrais jamais le bout à croire que j’avais remplir au moins cent pages. Et je ne compte même pas le nombre de signature que j’ai dû faire, je vous jure qu’est-ce qui ne faut pas faire pour que tous ce qui concerne mon passé, mon travail et ma famille soit bien classé confidentiel et que seul le directeur puisse y jeter un œil.

Je soupirais tandis que je marchais dans les couloirs du premier étage. Il me restait une seule chose à faire, les livres qui servent de support pour les cours. Vous savez, ces fameux bouquins qui vous doublent le poids de votre sac, pour le plus grand malheur de votre dos ou de vos épaules lorsque son sac est en bandoulière comme moi.

Enfin bon, j’étais donc en direction de la fameuse bibliothèque, avec une liste de livre pour les matières générales que je tenais dans ma main. Ce qui était pour moi le seul point positif dans tout ça, c’était justement la bibliothèque que je n’avais toujours pas eus le temps de visiter.

Après cinq petites minutes de marche, j’arrivais devant deux immenses portes en bois où étais écris « bibliothèque ». Je restais planté devant celle-ci pendant quelques instants. Je tendais ensuite ma main vers la poignée et enfin posée sur celle-ci, je poussais la porte. Et savez-vous ce qui s’est passé ? Même si il y a de grande chance que j’exagère un peu. Vous connaissez le manga Ouran High School ? Le manga où Haruhi, héroïne de l’histoire se retrouve à travailler dans le club d’hôte de son lycée car elle a cassé un vase super cher. Et lorsqu’elle ouvre la porte du club car elle cherchait un endroit tranquille pour travailler et que tout un tas de pétale de rose sortent de ce club. Bas c’est exactement ce qui s’est passé à cet instant *SBAF*, c’est bon j’ai compris, j’arrête mon délire. C’était simplement pour dire que je trouvais cet endroit tellement magnifique que j’en étais surprise. Ces rangées où à partir de maintenant je passerai une très grande partie de mon temps.

Je rentrais à l’intérieur et oubliant la raison de ma venue, je me mis à me balader silencieusement dans l’ensemble des rayonnages en regardant les titres des trois quart des livres. Certains d’ailleurs m’attirèrent tout de suite telle que les livres d’Héroïc Fantasy, de romans policiers, ou des lectures de textes anciens en langue latine ou grecque ainsi que ceux parlant de la mythologie ou de religion, tel que le christianisme. D’autre beaucoup moins tel que les romances à l’eau de rose, j’ai toujours eu du mal à digérer ces trucs-là. J’attrapais un livre au hasard dans le rayonnage où je me trouvais : »Les Chevaliers d’Emeraude » d’Anne Robillard, écrivaine d’Héroïc Fantasy la plus connue dans le monde. Je lus le résumé, ce livre avait l’air très intéressant, je pense que je le lirais après avoir finis le livre latin que je lisais actuellement.

Je me souvins alors la raison de ma venue et remis le livre à sa place, je me retournais alors pour aller à l’accueil de la bibliothèque et ainsi prendre mes livres… lorsque quelqu’un me tomba dessus ainsi qu’un paquet de livres. Et croyez-moi l’expression n’est pas exagérée.

Revenir en haut Aller en bas

Zelda N. Estragos

avatar

bibliothecaire
❖ Sexe : Féminin
❖ Arrivé le : 12/01/2013
❖ Missives : 43
MessageSujet: Re: Lorsque les livres vous tombent sur la tête [PV Zelda N. Estragos] Mer 27 Fév - 15:15


Voilà qui était rare.

Ma tête se balançait au rythme de la musique que diffusaient mes écouteurs dans mes oreilles, tandis que je m'apercevais que la bibliothèque était vide. Absolument vide. Il faut dire qu'aujourd'hui, le temps était clément ; peut-être que les élèves n'ayant pas de cours préféraient aller se divertir dehors. De toute façon, ça m'arrangeait.
Je saisis doucement Nayden, pour le poser sur une des tables destinées aux élèves. Il pouvait s'amuser un peu, lui aussi. Le rongeur se mit à courir dans tous les sens, tandis que je le laissais, confiante. De mon côté, il me vint l'idée de faire un petit peu de rangement, aspect de mon métier que je n'aime pas particulièrement, mais avec de la musique, ça passait tout de suite mieux. Les notes de Eye of the Tiger retentirent à mes oreilles. Voilà un air qui était le bienvenu, en ces circonstances. Je souriais.

Les élèves ne sont pas spécialement méchants avec moi, ici. Heureusement, sinon ils se retrouveraient vite en colle. Cependant, ils ne savent pas ranger les livres dans les bons rayons, ni dans le bon ordre. L'alphabet, ça les connaît pas, et les côtes des livres, ils pensent jamais à les regarder. Si je mets des auto-collants de couleur dessus en plus des signes de repérage, c'est pas pour rien. Enfin bon, il est de mon devoir, en tant que bibliothécaire, de rétablir l'ordre sur mon lieu de travail !... Passons. Tout d'abord, il fallait que je vérifie les emprunts, pour faire parvenir un petit mot aux élèves en retard. Ça pouvait aider à mieux me repérer. Je revins près de mon ordinateur, et m'assis à mon bureau, en pianotant sur mon clavier afin d'avoir un inventaire des livres empruntés. Comme d'habitude, un petit nombre de têtes-en-l'air avaient oublié de rapporter leurs bouquins à la biblio'. J'arrachais un petit bout de papier à une feuille vierge, et marquait le nom des concernés, ainsi que le titre et l'auteur des ouvrages. Voilà, ça, c'est fait. Ensuite, je regardais les livres qu'on m'avait rendus aujourd'hui. Une pile de ceux-ci était posée négligemment sur le sol, juste à côté de moi, comme si j'avais essayé de faire passer une image d'employée modèle alors que j'avais rien foutu de la journée. Prenant mon courage à deux mains, je commençais à ranger ces livres un par un, dans leurs rayons respectifs, en prenant garde de ne pas les abîmer. Tout ça me prit bien un bon quart d'heure, avant que je ne me décide à accélérer le pas, dans la perspective de la venue d'un élève. Je mis la musique plus fort.

...It's the Eye of the Tiger, it's the thrill of the fight...

Maintenant, il fallait que je surveille la porte. C'est que la musique allait s'entendre de loin si je continuais à augmenter le volume. En me retournant, je m'aperçus que Nayden n'était plus sur la table. Ne le voyant nulle part, j'en déduis qu'il était descendu pour se reposer sur une chaise, comme d'habitude. De toute façon, je n'allais pas partir à sa recherche, avant d'avoir fini de ranger ces fichus bouquins. Cette fois-ci, j'en prenais une pile, une pile entière. Une pile de cinq ou six livres que je portais de mes deux bras, craignant de les faire tomber par mégarde.
Allez, c'est parti. Le premier était à ranger dans le rayon des biographies. C'était un coin caché des regards, car peu fréquenté. Je mettais plutôt en évidence les ouvrages de fantasy, de romance, pour les jeunes filles (personnellement, j'en ai horreur). On pouvait aussi trouver des mangas, pour que chaque personne puisse trouver son bonheur. J'aimais bien l'idée de cette bibliothèque. Plein de cultures se mélangent, les mangas, japonais, la littérature française, espagnole. Ce qu'il y a de mieux, c'est que tout le monde peut lire chacun de ces livres, grâce à ces instruments de haute technologie, qui permettent de traduire instantanément chaque page qu'on lit. Me voilà devant les biographies. Je n'ai jamais aimé non plus ces livres-là. Le monde des adultes est terne, triste et monochrome. Et les histoires se ressemblent toutes un peu ; il y a toujours un passage triste qui nous rappelle la cruauté du monde dans lequel nous sommes. Et ça, je n'en veux pas. Du tout. J'ai eu une vie agréable, je n'ai pas besoin de plaindre celle des autres.
Le temps que toutes ces pensées s'achèvent, ma musique s'était stoppée. Je remis la même chanson en route. Elle sonne peut-être vieille, mais je l'aime toujours autant. C'est un morceau qui fout la pêche !

Rising up, back on the street...

Un sourire illumina une nouvelle fois mon visage. Quel génie, celui qui eut l'idée de ce morceau. Je repris mon dur labeur en me dirigeant vers le coin fantasy, à l'opposé même des auto-biographies. Je me hâtais, car ces livres pesaient lourds. Tandis que je trottinais tête baissée, je vis une tâche grise juste sous mon pied ; Nayden ! Le souffle coupé, je vis passer la vie de mon rat devant mes yeux en un éclair, chancelant pour ne pas l'écraser, en sortant un « Nayden ! » d'une voix affolée. Le rat s'écarta en vitesse, effrayé par mon intonation, tandis que, perdant l'équilibre, j'essayais de le rétablir, en vain.

The Eye of the Tige- SHBAM.

La musique continuait à retentir sourdement, comme pour mettre l'ambiance. Malgré le fait qu'elle soit dans des écouteurs, on pouvait l'entendre de loin, surtout dans un endroit aussi calme que la bibliothèque. Tous les livres étaient tombés, mais mon premier regard était pour Nayden. Mon cher compagnon était sain et sauf, réfugié sous une table. Je poussais un soupir de soulagement, avant de m'apercevoir que j'avais écrasé autre chose. Oh, tiens, une humaine ! Enchantée, moi c'est Zelda. Non, je déconne. J'aurais jamais dit ça. Je commençais déjà par me relever, en ramassant mes bouquins. Ensuite, je tendais la main à la personne que j'avais heurtée par mégarde. Je ne l'avais jamais vue par ici.

« - Excuse-moi, je suis vraiment désolée. T'es nouvelle ici ? Je ne t'avais jamais vue avant. »

J'espérais qu'elle n'allait pas faire la muette comme la rose de l'autre fois. Pour le coup, ça aurait été bête, de tomber sur deux extraterrestres en si peu de temps.
Revenir en haut Aller en bas

Sayell Di Apporo

avatar

Physical bronze
❖ Sexe : Féminin
❖ Arrivé le : 11/01/2013
❖ Missives : 145
MessageSujet: Re: Lorsque les livres vous tombent sur la tête [PV Zelda N. Estragos] Jeu 28 Fév - 16:17

Ce n’est pas vrai, non mais s’est pas vrai, j’en ai marre à croire que Dieu à décider de faire de cette journée un enfer. D’abord les papiers à remplir et maintenant des livres et quelqu’un qui me tombe dessus en prime, je suis maudite c’est pas possible autrement. Ah tient c’est quoi ? De la musique ? Eye of the Tiger non ? Enfin je dis ça alors que j’ai le visage collé contre le sol, j’ai l’impression d’être aplatis comme crêpe, et la personne au-dessus de moi ne fait que grandir ce ressentit. Je l’entendis soupirer de soulagement à croire que quelque chose venait d’être mis en danger, je relevais légèrement mon visage, et dirigea mon regard vers le dessous d’une table et vit le rat. Je m’exclamais intérieurement : Oh … un rat ! Ne suis-je pas légèrement ironique ? Enfin bref.

Je sentais le poids qui se trouvait sur moi se relever. C’était pas trop tôt, j’ai cru que je resterais éternellement comme ça. La personne se releva donc avec toute sa splendeur et commença à ramasser ces livres. Je commençais alors à me relever lorsque la personne me tendit la main en me disant :

« - Excuse-moi, je suis vraiment désolée. T'es nouvelle ici ? Je ne t'avais jamais vue. »

Je relevais la tête et pris la main de la personne, où devrais-je plutôt dire la jeune femme qui avait eu le plaisir de me tomber dessus.

-Ce n’est rien de toute façon j’ai l’impression que ce n’est pas ma journée. Oui je suis belle et bien nouvelle, je suis arrivée hier … Euh je devrais peut-être me présenter. Je m’appelle Sayell Di Apporo et j’ai 17 ans, en deuxième année. Et vous ?


Je me baissais pour aider la jeune femme à ramasser les livres qui étaient tous de l’Héroïc Fantasy, rien que d’y penser j’ai des étoiles plein les yeux, y a pas à dire j’adore ce type de bouquin. Je lui tendis ensuite la pile que je venais de ramasser et en profita pour détailler l’ensemble de mon interlocutrice. Il me fut facile de deviner que c’était une brésilienne, son teint bronzé parlait pour elle bien que je n’en avais jamais vu avec des yeux bleu aussi clairs, je la regardais alors directement dans les yeux. Et elle fait presque ma taille, on doit même avoir moins de cinq centimètres d’écart. Elle a aussi de très beaux cheveux d’ailleurs. Je regardais son style vestimentaire avec plus de détail, elle ressemble à une élève ; je sais pas pourquoi mais j’ai l’impression que d’un, qu’on se ressemble beaucoup et de deux qu’on va très bien s’entendre … même si notre rencontre c’est fait assez bizarrement.

Revenir en haut Aller en bas

Zelda N. Estragos

avatar

bibliothecaire
❖ Sexe : Féminin
❖ Arrivé le : 12/01/2013
❖ Missives : 43
MessageSujet: Re: Lorsque les livres vous tombent sur la tête [PV Zelda N. Estragos] Ven 1 Mar - 12:49

La fille s'appelait Sayell, et à peine s'était-elle relevée qu'elle m'aidait déjà à ramasser les bouquins. En la remerciant, je prenais la pile de livres qu'elle me tendait, les posant sur la table. Ensuite, je me dirigeais tout de suite vers Nayden, le laissant grimper sur ma main, puis je le guidais vers mon épaule. Aucun risque d'accident, comme ça. La vie d'un rat de bibliothèque est plutôt sympa, mais quand même très dangereuse, mine de rien.
La fille n'était pas bronzée. Plutôt pâle, même. J'en déduis qu'elle n'habitait ni au Brésil, ni en Inde, ni dans un autre lieu où les humains ont ce teint naturellement hâlé. Malgré le temps radieux dehors, elle était tout de même venue à la bibliothèque. Tant mieux pour elle, tant pis pour les autres. En tout cas, si elle préférait la lecture aux jeux d'extérieur, on allait bien s'entendre. Pas une de ces pimbêches que j'aime bien embêter, ça fait plaisir. (Moi ? Du favoritisme ? Nooon). Ses cheveux étaient longs, et blonds, presque gris. La couleur de ses yeux me paraissait facilement reconnaissable, malgré le fait que je sois assez éloignée d'elle ; entre le noir et l'argent. C'est une apparence que je ne croisais pas souvent. Autant les verts, les roses et les blancs étaient nombreux, les gris, ça se faisait rare, par ici.

En tout cas, si elle était nouvelle, elle ne devait pas encore être totalement à son aise. Je savais qu'un nombre assez important d'élèves avaient eu une histoire difficile avant de venir ici ; j'entendais quelques rares conversations entre élèves, ou professeurs, et même lorsque j'étais moi-même élève ici, mes vrais amis, qui me confiaient leurs tracas, avaient pour la plupart un passé dur à avouer. Il faut dire que pour déclencher l'apparition de son Don, il faut avoir eu un événement déclencheur. Et fatalement, ça arrive plus facilement lorsqu'on a ras-le-bol de notre situation. Heureusement, ça n'est pas mon cas. J'ai vécu dans la pauvreté, avec une mère facilement irritable et un père absent, mais j'étais à Rio, j'avais le carnaval, les amis, les jeux dans la rue, l'amour de mes proches, la chaleur, au sens propre comme au figuré. Enfin bref. Tout ça pour dire que si cette gamine avait eu une vie difficile avant de débarquer ici, il fallait au moins faire en sorte de l'accueillir correctement. Par contre, après, pas question de la ménager. Je reste moi-même, fidèle à ma réputation. C'est à dire franche. Si quelque chose m'agace dans ce qu'elle fait ici, elle le saura. Mais pour le moment, elle n'a pas l'air bien méchante.

« - Je suis la bibliothécaire de l'établissement. Les élèves ont tendance à m'appeler Mademoiselle Estragos, mais appelle moi Zelda, ça ne me dérange pas, j'aime pas me faire appeler par mon nom de famille. »

Comme ça, elle le saura. Non mais, c'est vrai quoi, après tout. Encore, lorsqu'on me demande d'assurer des cours pour les plus jeunes sur le système des côtes des livres, sur le journalisme, tout ça, d'accord, mais quand ce sont les étudiants qui viennent se détendre à la bibliothèque, me faire appeler comme un professeur, ça fait... Bizarre. Surtout de la part de ceux qui sont gentils et qui ne demandent rien à personne. Les gens me le reprochent souvent, mais j'ai un tempérament complètement différent en fonction des personnes à qui je parle. Par exemple, un adolescent sympa qui vient pour lire dans son coin pourra m'appeler Zelda, m'appeler pour le plaisir de discuter, tout ça, alors qu'un pot de peinture sur pattes avec des baskets roses flashy et un caractère de chien sera contraint d'oublier mon prénom et de me foutre la paix. Et bien oui, c'est comme ça, les élèves sont sélectifs au niveau du personnel, eh bien je suis sélective au niveau des élèves. Un point c'est tout.
Je regardais à nouveau la jeune Sayell d'un air embêté. Je ne savais pas trop quoi lui dire. Il faut dire que moi et la sociabilité, ça fait deux. Je ramassais déjà mon baladeur et arrêtait la musique, avant de le glisser dans la poche du jean que je portais. Ah, mes vêtements, c'est un peu compliqué de visualiser la scène correctement si j'en parle pas. En même temps, il n'y a pas grand-chose à dire. Je portais un jean bleu, un peu large mais pas trop, juste de quoi être à l'aise, un T-shirt frappé du « Muse » représentatif du groupe, et des converses noires. J'aime m'habiller très simplement. En même temps, ce n'est pas mon genre de porter du orange et des pantalons roses. Et puis comme ça, mes yeux ressortent, héhé. Non, je déconne, j'en ai rien à faire de ça, de toute manière y'a pas moyen de passer à côté de mes iris, bleus sur un teint bronzé, ça saute aux yeux, justement. Enfin, Zelda, tais-toi, et soit causante, un peu. Il n'y a que moi et cette ado' dans la bibliothèque, et tout ce que je trouve à faire, c'est raconter ma vie. Dans mes pensées, en plus, c'est encore pire.

« - Dis-moi, tu n'as pas peur des rats ? Je peux mettre Nayden dans son abri, si ça te dérange. J'en connais pas mal qui n'aiment pas les rongeurs, ici. »

Eh bien, ça allait beaucoup nous avancer, tout ça. Bah. Je suis juste capable de poser des questions idiotes. C'est pas grave. J'espérais juste que la grise allait être un peu plus bavarde que moi, sinon cette conversation allait vite s'arrêter.
Revenir en haut Aller en bas

Sayell Di Apporo

avatar

Physical bronze
❖ Sexe : Féminin
❖ Arrivé le : 11/01/2013
❖ Missives : 145
MessageSujet: Re: Lorsque les livres vous tombent sur la tête [PV Zelda N. Estragos] Mar 9 Avr - 21:44

Elle me prit la pile de livre des mains tout en me remerciant et après l’avoir posé sur la table, se dirigea vers le rat d’un pas précipité. Elle me fixa ensuite détaillant mon apparence, son regard pesait sur moi et me mit légèrement mal à l’aise. Son visage s’assombrissait un peu, à croire qu’elle se rappelait de chose qu’on lui avait dite ou faite.

Elle me répondit après ma question :

« Je suis la bibliothécaire de l’établissement. Les élèves ont tendance à m’appeler Mademoiselle Estragos, mais appelle moi Zelda, ça ne me dérange pas, j’aime pas me faire appeler par mon nom de famille. »

Super, c’est la personne que je cherchais, nice timing, great. Elle me regarda d’un air embêté avant de ramasser son baladeur, d’éteindre la musique et de glisser le baladeur dans la poche de son jean. Suite à cela je lui demandais :

« C’est super, c’est vous … non … je veux dire … toi Zelda que je cherchais, je suis venue chercher les livres scolaire, *parle plus bas* j’aime pas ces bouquins, au pire s’il était ancien, ça leur donnerai un intérêt. »
Les trois mots « les livres scolaires », je les avais dit avec une voix lourde, très ennuyée, très embêté aussi ; nan mais c’est vrai quoi, ça n’existais pas les machines électroniques où on pouvait intégrer les livres scolaires et ainsi empêcher cinq kilos de prendre possession de nos sacs, déjà que les porter à longueur de journée, c’est chiant alors si on nous rajoute des choses dedans ça va plus du tout.

Je détaillais ensuite les habits de Zelda, une tenue simple qui lui allait bien je trouve : un jean bleu légèrement large, couleur que j’adore beaucoup soit dit en passant, un t-shirt avec « MUSE » le nom d’un groupe que je ne connaissais pas et qui ne me disais rien du tout, il faut dire que je ne suis pas forcément calée en musique sauf exception. Elle me posa ensuite :

« Dis-moi, tu n’as pas peur des rats ? Je peux mettre Nayden dans son abri, si ça te dérange. J’en connais pas mal qui n’aiment pas les rongeurs, ici. »
J’enchaînais aussitôt :

« Bof, je ne déteste pas particulièrement les rongeurs, certains sont même plutôt mignon et je serais prête à classer Nayden dans cette catégorie, enfin reste à savoir s’il m’appréciera. »
Je tandis donc ma main vers l’épaule de Zelda et arrêta mes doigts près du museau de Nayden avant de répondre avec affirmation.

« Je n’ai pas peur des rongeurs quel qu’ils soient »

Mais dites-moi c’est que je parle beaucoup aujourd’hui, je me sens assez à l’aise, peut-être l’ambiance de la bibliothèque, être entourée de livres ma toujours appaiser. Je lui tendis ensuite la feuille où étais justement marquée la liste des livres scolaires.

« C’est vraiment calme ici, je ne vois personne *regarde par la fenêtre* Sûrement à cause du beau temps, même si je trouve qu’il fait encore un peu frisquet. »


HRP : Je suis vraiment, vraiment désolé pour ce retard d'un mois, mais comme tu le sais sûrement je n'avais plus internet, même si je l'ai récupéré il y a deux semaines, j'étais tellement occupé par mes examens de BEPA que je n'ai pas eu le temps de répondre (le pire étant que j'avais le rp sur feuille, il me restait plus qu'à recopier). Mais mes exams sont finis pendant un petit bout de temps, j'attend les résultat à présent.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Lorsque les livres vous tombent sur la tête [PV Zelda N. Estragos]

Revenir en haut Aller en bas

Lorsque les livres vous tombent sur la tête [PV Zelda N. Estragos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Age :: Bibliothèque-