New Age


 
AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Bataille de paille ! [Phoenix Blair]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

avatar

MessageSujet: Bataille de paille ! [Phoenix Blair] Dim 24 Fév - 18:40

Les écuries. Alors là, le garçon était tombé bien bas. En fait, son excursion assez éloignée du lycée pouvait s'expliquer. Il avait d'abord commencé par faire un tour dans le jardin. Là, il était passé devant les serres, et il y était resté de nombreuses minutes. Non pas que Lysander soit attiré par la jardinerie. Ca, il se fichait de reconnaître si l'espèce de la plante était une jonquille, tulipe ou rose. Bien que les Pays-Bas soient les maîtres en art de cultivation de fleurs, il n'était pas du tout passionné par la culture des plantes. Non, ce qui avait retenu son attention était plutôt les fruits, plantés à quelques mètres de lui. Il aurait pu en attraper quelques uns s'il n'y avait pas eu devant lui cette satanée vitre. Satanée vitre, à laquelle il était littéralement collé comme une fille lors des soldes.
N'étant pas gourmand ni grand mangeur, le brun ne se serait jamais arrêté d'ordinaire devant cet ednroit. Mais là, il était irrévocablement attiré par les fruits qui semblaient le narguer de l'autre côté de la vitre. Après être resté un long moment à les observer, il avait finalement distingué dans le reflet de la vitre la silhouette du jardinier. Lysander s'était alors fait durement sermonné, car selon le vieil homme, il empêchait les plantes d'avoir le soleil. Conneries bien sûr, un simple dégage aurait suffit à lui faire comprendre qu'il n'était pas le bienvenu ici.
Et puis finalement, il avait fichu le camp sans vraiment demander son reste. Car oui, Lysander n'est pas le genre de type à tenir tête à quelqu'un. La plupart du temps, il abandonne. Il hausse les épaules, et contourne le problème en allant plus loin. Dans ce cas là, c'était également ce qu'il s'était passé.
Continuant son chemin en butant dans un caillou, il se trouva bientôt face à un énorme bâtiment. D'abord, il crut à une vieille bâtisse non restaurée depuis des siècles. En fait, il y avait juste quelques pans de murs usés, ainsi que quelques anneaux qui y étaient accrochés. Sa curiosité l'emporta, et il continua à découvrir ce nouvel endroit. Après tout, il pourrait s'avérer utile de connaître ce lieu pour la suite de ses études. Même si l'odeur de foin et d'animal qui en émanait ne le persuadait pas tellement.

Après avoir passé une large porte de bois qui donnait accès sur une grange, le jeune garçon tomba nez à nez avec une longue allée de boxs. Cette dernière était impeccablement bien rangée, il n'y avait rien qui traînait par terre. Tout était soigneusement ordonné, la personne qui devait tenir cet endroit était sûrement un véritable maniaque. Cette dernière pensée fit légèrement frissoner le brun, qui se demanda alors si en laissant un papier tomber par terre, quelqu'un le ramasserait directement. Oui, non, mieux ne valait pas essayer. Puis n'étant pas de ce style à se moquer du travail des autres, ce pourrait s'avérer dangereux pour les animaux qui occupaient l'endroit. En parlant de ces grands animaux, le garçon s'avança vers un des boxs, le premier de la rangée.
Un petit cheval noir mangeait sagement de la paille en montrant sa croupe aux arrivants qui oseraient s'approcher de la porte de son habitat. Lysander soupira. Décidément, les bestiaux qui demeuraient dans cette grange ne semblaient pas très accueillants. Il continua son chemin en jetant des coups d'oeil dans chaque box.
Le brun s'arrêta devant l'une des stables. Son regard avait été attiré par un énorme bestiau, un grand cheval noir aux longs crins de la même couleur et ondulés. Ses sabots étaient recouverts par de longs fanons de la même couleur que ses crins, et il était d'une carrure tellement imposante qu'il pouvait sans problème tirer une charge énorme. C'était l'une des seules races que Lysander connaissait. Il n'était pas tellement doué dans le monde équin, mais avec sa sœur aînée qui en était complètement ferrue, il était quasi impossible de ne pas passer à côté.
Le garçon fut fier de constater qu'il s'agissait d'un frison, race emblématique de son pays d'origine. Il en avait vu des tonnes quand il résidait encore là-bas, et en voir un ici lui ramenait un peu des souvenirs mélancoliques et nostalgiques.
Jetant un coup d'oeil à droite et à gauche, vérifiant qu'il n'y avait personne, il tendit timidement sa main vers l'imposant animal. Ayant vu le personnel de l'écurie le faire de nombreuses fois, il claqua sa langue pour tenter d'attirer l'attention du frison. Le mâle leva la tête, faisant mouvoir ses naseaux au rythme de sa respiration bruyante. Il se contenta de rester dans le fond de son box, observant le jeune homme de son regard sombre. Lysander soupira, et retira sa main. Il n'avait pas l'air courageux celui là. Ou plutôt timide.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Bataille de paille ! [Phoenix Blair] Dim 24 Fév - 19:57

C'était une journée qui s'annonçait assez intéressante. Phœnix ne s'était pas levée du pied gauche et était donc d'assez bonne humeur. Et elle s'était donnée un objectif pour la journée : dire coucou aux chers chevaux du pensionnat. C'était pas que mais, son cher Hidalgo lui manquait. Enfin, l'Hidalgo de son père. Ce n'était pas son cheval, malheureusement pour elle. Si elle aurait pu, elle l'aurait emmener avec elle. Mais en plus de ne pas avoir de moyens, ça aurait été du vol. Et puis, il se serait ennuyé à mourir ici. Galoper dans les vastes champs du Texas et ramener les bêtes correctement dans le troupeau, c'était ce qu'il aimait faire. Ici, il n'y avait pas son hobby. Elle aimerait d'ailleurs s'initier à l'équitation, si jamais elle pouvait le faire. Elle aimerait bien, mais elle était également inquiète. Après tout, les chevaux étaient grands pour elle... Enfin certains non car ils allaient parfaitement à sa taille, Hidalgo ça allait par exemple, mais il y en a qui étaient tellement grands qu'elle avait du mal à leur toucher le bout des naseaux s'ils ne descendaient pas la tête pour lui souffler de l'air chaud. Elle avait hâte de sentir l'odeur des écuries à nouveau. Pour certains ça peut sembler complètement malpropre, elle s'en contrefichait. Elle avait déjà eu des bottes en cuir complètement souillées de fumier, le derrière taché de crottins et de la paille dans les cheveux tellement qu'elle aurait pu être une mangeoire ambulante. Elle en aura vraiment beaucoup côtoyé des chevaux dans sa vie. Mais ça n'empêchait pas qu'elle avait peur d'eux une fois hissée sur leur dos. Elle était montée une fois sur le dos d'Hidalgo, lorsque son père lui avait demandé gentiment d'essayer, étant en parfaite harmonie avec lui. Et vu qu'Hidalgo était un quarter assez doux et calme pour son âge, il se l'était autorisé, connaissant la frayeur de sa fille. Elle avait trouvé ça carrément génial mais aussi effrayant. Voir le monde entre ciel et terre, d'une hauteur qu'elle n'aurait jamais imaginé... ça aura été un instant magique mais qui n'avait pas réussi à la mettre en confiance. Même si c'était son petit aubère favori. Après tout, elle l'avait déjà vu cavaler les champs à une vitesse déconcertante, et il avait une puissance dans ses membres qui l'avait toujours impressionnée lors de quelques concours que faisait son père. Ils étaient rares les concours, mais ça ne l'empêchait pas de bien se classer la plupart du temps. Pourtant, il n'était pas un cavalier des plus expérimenté. Sa phrase favorite était « C'est Hidalgo qui a fait tout le boulot, je ne me contente que de suivre. » Phœnix n'a jamais été complètement d'accord avec lui. Disons qu'ils communiquaient entre eux juste par la simple volonté de l'esprit. Une sorte de transmission de pensée. C'était toujours ce que elle, avait voulu partager avec Hidalgo. Seulement, son entente avec lui ne surpassait en aucuns points la complicité entre lui et son père. Elle n'a jamais été jalouse. Juste, elle les admirait. Et ça ne l'a toujours pas quittée aujourd'hui.
Elle avait traversé des jardins qu'elle avait découvert avec grand plaisir. Ils étaient joliment fleuris. Toutes ces couleurs l'émerveillaient. Elle qui avait l'habitude de l'herbe sèche, de banales forêts, de champs de blés ou carrément de terrains secs, ça la changeait. Elle a pu trouver des tulipes de toutes les couleurs, des fleurs qu'elle ne voyait qu'en tapant « Tulipes » sur Google. Elle avait également trouvé les roses superbes. Le rosier était immense, à en faire pâlir celui de sa mère qui avait pourtant fier allure. Les pétales étaient imprégnées d'une belle couleur rouge sang, semblable à celui du feu que Phœnix chérit tant. Mais elle allait plutôt éviter de penser au feu, ça pouvait être dangereux dans un endroit aussi preneur. Transformer ces jolis jardins en un tas de cendre serait vraiment un triste spectacle. Et passer à côté de vergers de fruits appétissants ne l'encourageait pas à essayer de les imaginer brûler. Elle aurait bien voulu croquer quelques fraises, mais visiblement, le responsable qui la surveillait du coin de l’œil ne semblait pas tout à fait du même avis qu'elle. Même les pommes qui étaient bien rondes semblaient bien croquantes et juteuse à souhait... Elle s'empressa de poursuivre son chemin, voyant bien que le bonhomme semblait encore moins être moins apte à l'accueillir chaleureusement. Au pire, avec sa petite taille, elle pouvait facilement se cacher derrière des buissons... Non, avec ses petites mèches rebelles trop voyantes, elle serait facilement repérée.
En passant devant les vitres d'une serre, elle s'observa à l'aide de son reflet. Elle se trouvait assez bien habillée aujourd'hui. Elle avait opté pour un pull à manches courtes marron assez large – car elle aime ce qui est large – un leggin avec des motifs indiens, et des petites bottines de la même couleur que son haut. Oui ça va, ça allait. Elle qui d'habitude ne faisait pas trop attention, apparemment elle avait bien choisi. Ces bottines là, elle les mettait souvent quand elle allait se promener avec Hidalgo dans les forêts ou dans de vastes plaines avec des points d'eaux. Après ses cheveux indisciplinés ondulaient sur ses épaules et tombaient jusqu'en-dessous de son derrière. C'était bien la dernière chose qu'elle entretenait. Elle aimait bien leur longueur mais cette tignasse était assez frustrante quand elle ne voulait pas se laisser coiffer. Ses cheveux font ce qu'ils veulent c'est ça. Ils ont leur propre volonté et quand ils souhaitent se mettre en n'importe quoi, ils se mettent en n'importe quoi, malgré la bonne volonté de celle qui les porte à longueur de journée. Elle reprit son chemin tranquillement après avoir fait un dernier briefing même si elle en a rien à faire de savoir à quoi elle ressemblait, mais elle aimait bien être présentable pour des chevaux. Et oui, tous ces efforts pour ces magnifiques bêtes !
En s'approchant d'une grange, elle put sentir la douce odeur du foin mêlée à celle des équidés qu'elle pouvait entendre hennir de temps à autres ou les plus farouches taper sur leur porte de box. Elle se dirigea donc vers les écuries qui étaient composées d'une longue allées de plusieurs box. Devant l'un d'entre eux se trouvait un garçon qu'elle trouvait super grand au premier coup d’œil. Il était assez maigre, comme s'il faisait un régime constant. Ses cheveux étaient d'une belle couleur corbeau et étaient aussi ébouriffés que les siens. Quelques mèches de cheveux tombaient joliment sur son front pâle et manquaient presque de masquer ses yeux gris. Il tendait la main à un cheval qui semblait ne pas trop vouloir la frôler. Elle se décala de manière discrète et silencieuse et baissa la tête, peut-être que ça l'aiderait à ne pas trop la remarquer. Elle jeta un bref coup d’œil au cheval avec qui il essayait de « communiquer » et elle le trouva magnifique. Elle put reconnaître la race frison grâce à son élégance naturelle, a ses longs crins noirs ondulés qui épousaient soigneusement les formes de son encolure, son regard noir charbon, sa prestance impressionnante et une carrure assez épaisse. Pas besoin de voir les fanons pour le constater.
Elle contempla la tête de certains chevaux – car d'autres préféraient montrer leur croupe car leur tête était malade – et un attira son attention. Il n'était pas super grand, il devait faire environs un mètre cinquante au garrot. Il avait une tête entièrement noire mais son corps avait une couleur bleue argenté très jolie. Il avait une tête fine et un regard brun très expressif. Son oreille droite valsait de l'avant à l'arrière et sa queue se mouvait dans les airs afin de chasser une quelconque mouche trop collante. Ses crins d'ébènes étaient touffus et partaient dans tous les sens, quelques brins de pailles témoignaient son pêché de s'être roulé quelques minutes auparavant sûrement après une bonne séance de pansage. Elle s'approcha doucement de lui, ne voulant pas le faire reculer pour aller au fond de son box. Elle aurait voulu laisser courir sa main sur son chanfrein où s'écoulait une liste boit dans son blanc. Normalement, si tout allait bien, l'autre gars qui était dans la pièce n'avait pas capté sa présence. Alors elle s'avança d'un pas plus rapide vers le cheval qui ne bougeait pas. Seul les crins de sa queue qui fouettaient l'air – non Julie ne pense pas à un truc dégueulasse je t'en prie – et son oreille pouvaient trahir sa non-immobilité. Elle s'approcha de lui en lui posant une main délicate sur ses naseaux. Il se contenta de relever juste un peu la tête à son contact et elle retira la main pour s'approcher de la porte et se mettre à la pointe des pieds pour pouvoir le regarder plus en détails. Il avait une unique petite balzane à son postérieur droits. Tous ses membres étaient fins et dotés d'une couleur noire. Et en effet, sa robe était très sale. Il avait du bien prendre du plaisir à se rouler dans son nid douillet. Elle regarda ensuite son nom qui était inscrit sur une plaque sur la porte. Ainsi, il s'appelait « Quincy ». Elle trouva ce nom assez sympathique. Elle se mit à lui flatter l'encolure gentiment et le cheval semblait enfin se sortir de son état léthargique. Il se mit à la renifler et à essayer de lui manger les manches de son pull, mais elle lui retira gentiment la tête.

- Tu es un sacré coquin toi non ? Lui chuchotta-t-elle de sa petite voix.

Comme pour appuyer ses dires, il s'empressa de recommencer son geste, mais elle le repoussa doucement de nouveau, un petit sourire aux lèvres. La présence des chevaux était vraiment ce qu'elle préférait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Bataille de paille ! [Phoenix Blair] Dim 24 Fév - 22:18


Réessayant une nouvelle fois d'attirer l'attention du mâle, Lysander l'encouragea à petite voix. Il baissa la tête. Il se trouvait débile de parler à un animal. N'ayant jamais possédé de bestiole, il n'avait pas l'habitude de ça. Enfin, si il y avait bien le chat du concierge lorsqu'il était petit. Mais le félin gras et bouffi ne représentait qu'une simple carpette de poil et de graisse. Il l'aimait bien quand même. Il lui tenait chaud les soirs d'hiver, lorsqu'il apprenait ses leçons assis sur le canapé du salon. Le chat venait alors s'inviter à l'apprentissage du garçon, et se perchait sur ses genoux. Là, il se roulait en boule et ronronnait tellement fort qu'il en devenait difficile de réciter quoique ce soit. Ceci dit, il n'avait jamais vraiment traité un animal comme un humain. Il savait bien que certains le faisaient ; pas lui.

Il retenta sa chance une nouvelle fois, s'appuyant cette fois contre la porte du box. Il avait la totale impression de se faire ignorer par le grand cheval, qui désormais, s'était mis à brouter tranquillement en lançant de temps en temps quelques regards au garçon qui se cramponnait à la porte pour ne pas tomber en arrière.
Il voulait vraiment réussir à lui effleurer les crins, à ce cheval.Mais c'était en quelques sortes une manière de se rallier à un élément qu'il connaissait. Car on a beau être nouveau ici, il faut bien se l'avouer, c'est difficile au départ de tout quitter, et d'arriver ici comme une fleur.
Finalement, il descendit de la porte. Ses doigts effleurèrent le loquet du box. Lysander se pencha, et observa ce qu'il venait de toucher. Il ne se permettrait jamais de faire ça. Et puis, ne connaissant pas l'animal, il n'oserait jamais mettre le pied dans son habitat. Il nota au passage qu'il n'était pas très bien fermé. Le cheval, en s'appuyant dessus ou en mordillant le loquet, pouvait toujours réussir à s'échapper et se faire une jolie petite promenade sur l'île. Il sourit en s'apercevant qu'il empêcherait au cheval de prendre la poudre d'escampette. Il secoua la tête de gauche à droite en regardant l'animal. Désolé mais ce soir tu dors là !
Alors qu'il refermait avec soin le box, car le loquet était rouillé et difficile à remettre, il entendit quelqu'un parler non loin de là. Il sursauta, faisant grincer la porte dans un abominable bruit.
Il se retourna, mais n'aperçut personne. Il ne manquait plus qu'on le prenne pour un voleur de chevaux, surtout qu'il avait vraiment cru que ces paroles s'adressaient à lui. Râlant deux trois mots incompréhensibles, il ramassa la bride qu'il avait fait tomber au passage en donnant un coup brutal dans la porte sans le vouloir. Il venait d'attirer toute l'attention des boxs avoisinants celui du mâle d'ébène. Il y en avait de la tête sortie. Tous regardaient le jeune homme qui venait de les déranger en plein repas.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Bataille de paille ! [Phoenix Blair] Dim 24 Fév - 22:59

Il était vraiment superbe. Le regarder c'était un véritable régal pour les yeux. Un corps avec une jolie musculature, une tête courte, des grands yeux bruns, des fins membres et une robe qui l'habillait bien. Il était vraiment buté à vouloir manger son pull en tout cas. Même en enlevant sa tête, il revenait à la charge. Elle soupira et rit un peu dans sa barbe. C'était amusant. Ça changeait d'Hidalgo qui lui n'aurait jamais cherché à manger quoi que se soit sauf les doigts quand on lui tendait une botte de foin, une carotte ou encore une pomme. Il raffolait des pommes. Son père lui racontait qu'à chaque fois qu'ils passaient à côté d'un verger remplis de pommiers, il devenait complètement fou et s'y ruait de temps en temps, oubliant complètement sa fonction de cheval gardien de vaches. Au moins, le propriétaire du champs ne leur a jamais reproché quoi que se soit. Hidalgo était vraiment connu pour sa gourmandise, et a toujours été apprécié par le voisinage. Enfin, son père surtout. Et vu que son père ne partait pas loin sans Hidalgo, tout le monde le connaissait aussi.
Après avoir chuchoté quelques mots au cheval, elle entendit un crissement derrière elle. Elle sursauta de peur et Quincy retira immédiatement sa tête pour rentrer dans son box afin de se réfugier dans un abri sûr. Son cœur battait à lui rompre la poitrine tellement qu'elle n'arrivait pas à s'en remettre. Ce bruit était juste horrible, presque semblable à la craie que l'on écrase contre un tableau. Et encore, ça ne pouvait pas être plus pire ! En plus de ça, il y avait eu un gros vacarme en plus. Semblable à quelqu'un qui se prenait une porte en pleine face. Elle se tourna en direction du garçon qu'elle avait vu il y a deux minutes et le vit ramasser une bride pour la remettre à sa place. Tous les chevaux hormis Quincy avaient la tête à l'extérieur. Quoi que, elle ne voulait pas imaginer l'état du frison après la frayeur que tout ce vacarme a du lui procurer. Lui, devait être probablement bien tassé au fond de son box, les oreilles couchées sur sa nuque à piaffer de nervosité. Ou peut-être elle s'imaginait trop de truc en fait.
Elle plissa les yeux pour mieux discerner les traits du garçon. Non elle n'était pas myope, elle avait une bonne vue mais quand même. Elle n'avait pas assez observé son visage tout à l'heure, du moins vaguement. Et il s'avérait être assez charmant. Mais il avait l'air glacial, sans pour autant être méchant non plus. Juste quelqu'un de froid qui ne se mélange pas avec les gens. Boh, elle ne demandait pas mieux. Elle était comme ça aussi. Enfin, sûrement plus chaleureuse peut-être. Oh et elle avait envie de se frapper. Juger les gens comme ça, ce n'était pas son truc. Même si elle avait pas tendance à se tromper, elle pouvait facilement se gourer pour lui. Un visage indéchiffrable, impassible, des yeux qui étaient presque inexpressifs. Oui bon voilà, il attirait son attention. Car il lui semblait pas normal. Elle se tapa le front. Bien sûr que oui que les gens n'étaient pas normaux. Ils avaient tous un don, comme elle. Mais ce n'était pas ça qui allait lui donner envie de lui adresser la parole. Être la première ? Non merci... Mais vu le bordel qu'il a fait, elle n'allait pas faire comme si elle était une sourde complète.

- Eh ben... qu'est-ce qui se passe ? Demanda-t-elle en haussant un sourcil.

Ne voulant pas paraître agressive car parfois son ton pouvait faire penser le contraire, elle lui adressa un sourire agréable. Car oui, elle pouvait être mignonne parfois.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Bataille de paille ! [Phoenix Blair] Lun 25 Fév - 14:39

Lysander resta immobile. Au moins, il fallait voir le point positif. Il avait réussi à attirer l'attention de tous les animaux qui se trouvaient ici. Même si ce n'était pas de la meilleure façon, il avait réussi. Sauf que désormais, ses maigres chances avec le cheval d'ébène avaient complètement disparu. Le bestiau s'était refugié au fond de son box, les membres tremblants et les oreilles plaquées contre sa nuque. S'étant mis à renâcler fortement, il avait sa croupe collée au mur. Génial pour une première approche, tiens. Lysander se dit finalement qu'il ne tenait vraiment pas de sa sœur en ce qui conçernait les chevaux, en voici la preuve. Enfin, c'était plutôt à cause de ce maudit loquet rouillé et défoncé, et non de sa propre faute.
Et puis bon, visuellement, il ne pensait pas faire aussi peur que ça. Il était assez intelligent pour savoir que les animaux ne jugeaient pas sur l'apparence physique. Encore heureux, ils auraient pu le prendre pour un épouvantail à cause de ses cheveux indisciplinés et rebelles.
Finalement, il y avait bien quelqu'un par ici. Lysander se retourna, il n'était pas fou et avait bien entendu une voix parler tout à l'heure. Cette même voix qui l'avait fait sursauter et fait peur à l'animal. Une silhouette d'une petite fille se dessina. Enfin, c'était plutôt une jeune fille. Il confondait tout le monde avec des enfants en ces temps-ci. Mais il fallait avouer que la taille de cette dernière lui laissait l'embarras du choix. Ses longs cheveux couleur caramel lui arrivaient dans le bas du dos, le garçon se demandait comment une telle crinière pouvait être entretenue. Bah, après tout il s'en fichait éperdument puisque lui-même ne semblait pas connaître le sens du mot brosse.

Il espérait ne pas se faire passer un savon. L'épisode de tout à l'heure lui avait suffit, il n'avait pas envie de se faire blâmer une seconde fois. Embarassé de s'être fait prendre la main dans le sac comme ça, et d'avoir dérangé les habitants de cet endroit, il se gratta le crâne, gêné.

- J'ai préféré bien fermer le loquet de, de la porte et il était assez … abîmé ? Bredouilla t-il, jetant des regards autour de lui.

Il avait bien fait tout de même. Qui sait, si l'animal s'était sauvé pendant la nuit. De plus il aurait pu causer des accidents sur la route. Lysander préféra mettre ces idées sordides aux ordures.
La jeune fille qui se tenait en face de lui sourit, elle semblait contradictoire. Ayant un ton plutôt autoritaire voire même agressif, elle avait au moins tenté de paraître sympathique. Ca avait marché, car le brun se détendit. Il n'avait pas eu peur de l'inconnue, simplement qu'étant assez timide et réservé, il était toujours un peu destabilisant de se faire « sauter dessus » comme ça.
Il continua de remettre ce qu'il avait fait tombé avec sa mésaventure de tout à l'heure. N'étant pas cavalier mais ayant vu quelques personnes le faire avant, il savait comment replacer ces choses là. Une fois qu'il eut fini, il se retourna vers la jeune fille, se frottant les mains l'une contre l'autre. C'est qu'il y avait de la poussière par là. Dans une écurie, il est normal d'en avoir en grande quantité en même temps. Poussière, qui manqua de faire éternuer le jeune homme à plusieurs reprises. Dans ces cas là, c'est toujours désagréable. Ca rentre dans le nez, ça chatouille horriblement. Ce n'était pas ce qui lui arrivait en ce moment, mais ce n'était pas loin.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Bataille de paille ! [Phoenix Blair] Mer 27 Fév - 21:48

Quand il s'était retourné après avoir entendu sa voix – du moins après qu'il s'était aperçu qu'il y avait bien un être vivant autre que les chevaux dans l'écurie – elle accentua son sourire. Elle voulait paraître quelqu'un d'agréable, sans pour autant faire celle qui se mêle de ce qui ne la regardait pas. Elle en profita pour l'observer entièrement, même si en l'apercevant de profil elle pouvait largement se faire un schéma des traits du visage du garçon. En effet, il n'était pas si mal formé. Pas comme si c'était la première fois qu'elle voyait quelqu'un du sexe opposé, mais c'était toujours un événement qui l’embarrassait au plus profond. Elle n'a jamais été réellement à l'aise avec eux. Et en même temps, les derniers elle a connu l'ont juste clouée à terre à lui rouer des coups jusqu'à ce qu'elle en perde conscience dans les flammes qui l'entouraient. Au moins, elle voyait que c'était réciproque, en vu du comportement du garçon. Il s'était mit à se gratter le crâne tiens. Elle haussa un sourcil. Il pensait qu'elle allait le manger ? Quand même pas ! OK, elle était petite et terrible, mais c'était probablement de sa faute s'il avait fait un tel capharnaüm. Après tout, elle venait juste de tilter que c'était après avoir soufflé quelque mots à Quincy que ça c'était produit. Et puis au pire, même avec tout le courage qu'elle aurait rassemblé, elle n'aurait jamais osé lever la voix. Bien que c'était plutôt son genre. Mais là, elle ne connaissait personne. Elle ne se serait donc pas permise. Et puis, là, ce n'est plus à elle de faire sa loi.
Après une brève explication de la part de l'étranger, elle avait remarqué qu'il avait entre autre buté dans sa phrase. Comme s'il n'était jamais vraiment sûr de ce qu'il disait. Bah, c'était une hypothèse de la part de Phœnix. Elle aime bien analyser les gens, même si des fois ça court à des désavantages. Mais au moins, elle était contente de ne pas être la seule à se sentir gênée. Et puis, cette manie était assez mignonne lorsqu'on y pensait. Bien que certains pouvaient trouver ça complètement ridicule. Mais bon, elle n'était pas du genre à se moquer des personnes. Si elle détestait bien quelque chose c'était ça : les moqueries. Elle en avait trop bouffé quand elle était gamine. Maintenant, ça lui sort par les trous de nez. Voyant qu'il la fuyait du regard, elle n'alla pas chercher le contact visuel.

- Je vois ! Tu as bien fait. Qu'est-ce qui se serait passé après ? Pas très loin d'ici il me semble qu'il y a un bois. Ça aurait été compliqué de le retrouver... Surtout qu'il m'a l'air assez difficile celui-là !

Phœnix se décidait à lui parler normalement avec un certain amusement dans la voix. Elle adorait parler des chevaux. Peut-être qu'il était un amateur ? Boh, et puis, s'il n'y connaissait rien et qu'il ne les appréciait sans plus, ça ne changeait pas la donne qu'elle parlait cheval à quelqu'un. C'est là que justement, elle remarquait qu'elle ne connaissait pas son identité. Mais il était toujours préférable de se présenter avant. Ce qu'elle fit à l'immédiat.

- Je m'appelle Phœnix, ravie de te connaître !

Oui bon, il ne s'était certes pas passé grand chose pour être « ravie » de le rencontrer, mais quand même. Elle était contente. Même si ça pouvait peut-être sonner beaucoup trop... Peu importe. C'était la moindre des politesses. Et quand elle le mentait, t'façon, ça se sentait. Cependant, c'était pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Bataille de paille ! [Phoenix Blair] Jeu 28 Fév - 17:20

Visiblement, la petite châtain s’y connaissait dans le monde équin. Lysander ne serait même pas surpris qu’elle soit cavalière. Enfin, il aurait du mal à l’imaginer sur le frison auquel il venait de faire peur. On aurait pu parler d’une grenouille sur une girafe. Elle serait sans doute mieux sur un poney, mais ça viserait à casser le mythe.
Mais bon, il se sentirait stupide si elle venait à lui parler de termes équins. Il n’aurait qu’à hocher la tête, faisant semblant de la comprendre. N’aimant pas causer du tort aux gens, il se contenterait de la laisser parler en l’écoutant sagement. Après tout, elle aurait peut-être à lui apprendre sur ces grands animaux. Même si ce n’était pas sa principale préoccupation de savoir comment marchait le système digestif d’un cheval, sa curiosité le remercierait.
Elle possédait un des prénoms des plus … étranges ? Ses parents lui avaient donné le nom d’un énorme oiseau de feu, souvent présenté comme icône dans certains contes et autres légendes diverses. Il était amusant de constater que la créativité de certains parents n’a aucunes limites. Enfin, il pouvait parler lui. Avoir un prénom qui était le mix entre un avion qui avait beaucoup servi durant la seconde guerre mondiale, et entre un commandant militaire grec. Il en était même à se demander comment ses parents en étaient arrivés là. En effet, l’imagination de certains ne s’arrêtait pas à des prénoms que l’on trouve à chaque coin de rue.
Essayant de faire bonne figure devant une nouvelle connaissance, il sourit timidement.

- Lysander, ravi de te connaître aussi dit-il, se contentant de répéter ce que venait de dire la jeune fille.

Finalement, elle avait l'air chaleureuse. Il ne faut pas se fier aux apparences dès le premier regard. Ça peut jouer des mauvais tours pour la suite.
Il se tourna vers le box de l'imposante bête qui semblait s'être apaisée de l'épisode de tout à l'heure. Désormais, il mâchonnait tranquillement quelques brins de paille, n'accordant pas d'attention à celui qui regardait par-dessus la porte de son box. Le garçon préférait ça à sa crise de panique de tout à l'heure. Il se demandait comment il avait fait pour ne pas rendre l'animal sourd au passage.
L'écurie était revenue à son calme d'ordinaire, il restait encore quelques chevaux curieux qui regardaient les deux adolescents, l'oeil observateur.

- Tu viens souvent ici, non ? fit-il, cassant le silence.

Il s'était accoudé à la porte du box, posant son menton sur ses bras. Il avait tourné le dos à Phoenix, préférant regarder le cheval. Non pas qu'il soit passionné par ces animaux, mais n'ayant pas eu beaucoup le privilège d'en approcher puisque sa soeur protégeait les siens comme des pierres précieuses, il en profitait maintenant. Et encore plus s'ils avaient la même origine tous les deux. Lysander était loin d'être patriote, mais quelquefois, le retour aux sources se révèle bien agréable. Même s'il préférait se consacrer aux activités scolaires, il devait s'avouer que les longues ballades sur le port de Rotterdam lui manquaient un peu. Il demeura ainsi pensif, le regard perdu dans le vide pendant quelques instants.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Bataille de paille ! [Phoenix Blair] Jeu 28 Fév - 22:24

Et ben à tout l'opposé de ce que Lysander pouvait penser, Phoenix n'était pas une cavalière et ça, loin de là. Au contraire, elle avait même peur d'être sur leur dos. Pas car elle avait le vertige, non, car ils étaient beaucoup trop impressionnants pour elle. Même Hidalgo n'avait pas réussi à la faire déstresser. Pourtant, avec elle, il était tout ce qui était de plus calme. Lui qui galopait à une vitesse déconcertante sur les champs après les taureaux qui s'enlevaient du troupeau, et même réussissait à faire l'inverse dans les compétitions de cutting. Elle a pu admirer son père sur des courses de barils qui était toujours ce qui l'avait intéressée le plus. Ils n'avaient pas rapporté beaucoup de trophées à la maison ensemble, mais ils restaient quand même un couple dont elle donnait tout son profond respect et son admiration. Elle était tellement éprise de cette discipline qu'elle aimerait l'essayer un jour et pourquoi pas s'y spécialiser après tout ? La monte western, elle a ça dans le sang après tout. Faudra juste qu'elle apprenne à vaincre ses craintes et le reste viendrait tout seul.
Revenons à Lysander. Elle avait sourit et légèrement rougit quand il lui adressa un « ravi de te connaître aussi ». Disons qu'elle n'avait pas l'habitude de l'entendre. Et vu que ça semblait être assez sincère, elle en était contente. Après, elle avait le droit de se voiler la face. C'était une de ses premières rencontres avec Yama. Mais vu qu'il ne semblait pas méchant, il est clair que même s'il n'allait pas être enchanté, il n'allait pas l'envoyer boulet. Si elle aurait pu, elle aurait secoué sa tête dans tous les sens tout en s'arrachant les cheveux. Faudrait qu'elle arrête de se torturer la tête avec des pensées inutiles. Heureusement qu'il lui posa une question, ce qui la tira de sa torpeur intérieure.
Si elle venait souvent ici ?

- C'est la première fois que je met les pieds dans cette écurie. Je suis arrivée hier et quand j'ai su qu'il y avait des chevaux je me suis empressée d'y courir. Mais je compte bien y être le plus souvent possible !

Elle sursauta quand elle sentit des naseaux lui frôler le dos et tenter de lui mâchouiller quelques cheveux. Quincy qui faisait des siennes ! Elle se mit dos à Lysander pour flatter l'encolure du poney qui décidait de faire son joueur et s'amuser à lui chatouiller le bout de son museau. Elle jetait un bref coup d'oeil en direction du garçon qui avait prit appui sur la porte du box du frison qui s'était calmé et mangeait le reste de son repas tranquillement. C'était le calme après la tempête celui-là. Il ne semblait pas plus perturbé du vacarme titanesque d'il y a quelques maigres minutes. Quincy ne semblait pas troublé non plus d'ailleurs. Donc en fait, tu amenais un groupe de hard rock dans l'écurie, les chevaux laisseraient passer ça genre... très crème.
Sentant le silence qui s'installait de nouveau, Phœnix fut intriguée. Ce type ne semblait pas être plus intéressé par les chevaux que ça, mais on aurait pensé qu'à ses yeux, uniquement le frison existait. Elle trouvait ça assez touchant d'un côté.

- Tu les aimes les frisons ?

Au moins, ça lui permettrait de mieux le connaître.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Bataille de paille ! [Phoenix Blair] Ven 1 Mar - 14:50

Alors comme ça, elle était fraîchement arrivée ici, tout comme le garçon. Décidément, il n’arrêtait pas de rencontrer de nouvelles personnes, toutes aussi … perdues et déboussolées que lui. Enfin, ça, c’était sa vision à lui. Tout le monde n’était peut-être pas perdu comme lui, à encore se demander comment serait sa nouvelle vie et ce qu’il en adviendrait. Lysander était tout de même persuadé qu’au fond de chacun, la même question se posait. Elle avait l’air de beaucoup apprécier la compagnie des chevaux, d’après ce qu’elle venait de dire. C’était bien d’avoir des passions comme ça. Certains avaient la musique, d’autres le dessin, pour Phoenix c’était les chevaux et l’équitation. Il en déduit rapidement qu’elle était sûrement née dans une région du monde où l’on cultivait cette passion pour ces grands animaux. Elle avait sûrement grandi auprès d’eux, d’après ses gestes plutôt familiers à l’égard des animaux d’ici. Ne connaissant pas grand-chose au monde équin, il savait néanmoins que les Etats-Unis avaient de grandes histoires de cow-boys, et que par conséquent le cheval devait être un symbole dans certains états de ce vaste pays. Enfin, il ne fallait pas se fier non plus aux westerns qu’il avait pu voir à la télévision. Sinon, tous les américains se baladeraient avec un large chapeau, des bottes de cuir et un colt à la main. Ce serait assez amusant, mais aussi dérangeant. De se faire pointer par un revolver.

Ecoutant Phoenix d’une oreille discrète, il releva un peu la tête quand elle lui adressa la parole. Il n’aimait pas spécialement ces chevaux, c’était un animal parmi tant d’autres, ayant autant de valeur qu’un chien, un chat ou même un hamster. C’était peut être un des animaux domestiques les plus imprévisibles. Savoir qu’une de ces bestioles pouvaient tuer d’un seul coup de sabot avaient de quoi rebuter une majeure partie de la population. Malgré ce côté sauvage, jugé dangereux par qui le pensait, certains voyaient en ces animaux de grands amis, qui rendaient l’amour que l’on leur donnait au centuple. Certains les envisageaient même plus sincères que l’être humain. Chacun ses croyances après tout, mais Lysander avait du mal à se faire à cette idée. Ceci dit, il ne jugeait en aucun cas ceux qui en pensaient le contraire. Et si ça se trouvait, Phoenix faisait partie de cette catégorie de personnes. Ca ne l’étonnerait pas, vu l’affection qu’elle semblait porter au cheval qu’elle câlinait.

- Pas spécialement articula-t-il à moitié, mais ça me rappelle mon ancien chez-moi.

Il ajouta deux trois mots incompréhensibles à la fin de sa phrase, se parlant à lui-même à haute voix. Il resta pensif encore un moment. Dans quelques temps, ses petites manies et habitudes de son ancienne vie laisseraient place à la nouvelle. Après tout, il faisait meilleur ici qu’aux Pays Bas ! Ici au moins, il y avait ce que l’on appelait de vraies plages, les mêmes que l’on voyait dans les magazines des salles d’attente chez le docteur. Au revoir les hivers glaciaux, il aurait d’ailleurs besoin de renouveler son armoire encore pleine de vêtements chauds. Trop de choses à faire, et le fait d’y penser le fatiguait. Mais d’un autre côté, démarrer quelque chose de nouveau avait de quoi être excitant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Bataille de paille ! [Phoenix Blair] Mer 6 Mar - 21:29

Fraîchement arrivée, c'était le mot juste, oui. Quoi que... Sa première action sur cette île aura été de foncer à une animalerie. Par inadvertance, elle aura rencontré une grande blonde hyper fine qui appréciait les chevaux autant qu'elle. Après, elle aura été découvrir sa chambre et elle la partageait avec deux parfaites inconnues qu'elle n'a jamais vu. En gros, Lysander et Yama étaient les uniques personnes qui avaient une existence dans ses connaissances. Oui « connaissance » c'est vite dit. Pour elle, ils restaient de parfaits inconnus. Bah, peut-être qu'un jour elle sera amie avec eux. C'était rapidement annoncé aussi. Car ce n'était pas quelque chose que l'on pouvait décider facilement non plus. Et puis, elle n'en avait plus trop envie. Elle se méfiait beaucoup trop, depuis l'incident avec son ex meilleure amie, elle ne se sentait pas de redonner sa confiance de nouveau. Une confiance gâchée, une amitié de longue date souillée, presque un assassinat... Enfin bref. Elle voudrait bien la voir pourrir au fond d'un cachot celle-là. Et devenir de la viande de zombie putréfiée toute pleine de vers... Oui non, l'image est assez dégueulasse mais bon voilà quoi. Ou qu'elle s'étouffe avec une fraise tagada pink périmé. Pourquoi pas ?
Après ouaip, elle avait grandit avec les animaux. Il y avait eu beaucoup plus de grosses vaches que de chevaux, mais quand même. Elles ont toujours impressionné la minimoy. Et les équidés aussi. Le seul avec qui elle s'était toujours sentie à l'aise, c'était Hidalgo. Hidalgo, Hidalgo, oui, toujours Hidalgo. Il y avait que ce nom qui trottait dans son esprit depuis qu'elle est partie. Elle avait tout quitté sur un coup de tête après tout. Elle avait prit le temps de dire au revoir à personne. Un simple mot sur un papier pour dire « Je vous aime » à ses parents et « Bye bye » l'Amérique. Elle l'aimait bien son chez elle. Son État. Son beau Texas. Elle n'a même pas visité les autres d'ailleurs. Sauf vite fait le Colorado pour quelques compétitions de reinings, mais ça s'arrêtait là. Les courses de barils se faisant principalement pas très loin de son petit bled. Après, pour le cliché de Lysander, en effet, certains américains qu'elle a connu se trimbalaient avec le chapeau à la Chuck Norris dans Texas Walker mais par contre, ils n'avaient pas tous un pistolet dans la poche. De temps en temps, pas toujours. Bah oui, il faut bien. Si jamais il fallait abattre quelques bébêtes qui passaient par-là et qui n'étaient pas forcément très gentilles. Ou carrément pour soulager les douleurs d'une bestiole qui est complètement mourante. Dans ces cas-là, ce n'était pas négligeable. Mais bon, ça faisait toujours mal au cœur. Voilà pourquoi elle n'aimait pas trop partir avec son père. Bon, et surtout qu'elle ne pouvait pas dévaler les champs et courir après le bétail comme ils le faisaient. Ça lui faisait trop peur. Rien que d'y penser, ça lui nouait l'estomac. D'ailleurs, il lui avait dit qu'il n'appréciait pas spécialement les chevaux. Son chez lui ?

- Oh, je vois ! Tu es originaire des Pays-Bas ? Lui demanda-t-elle, le sourire aux lèvres.

C'était pratique quand certaine personnes laissaient des indices comme ceux-là sur leurs origines. Vu qu'elle s'y connaît assez bien en chevaux, elle a peut-être pu déterminer d'où il venait. Car oui, les frisons venaient bien des Pays-Bas. Elle n'était pas débile.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Bataille de paille ! [Phoenix Blair] Sam 9 Mar - 22:04

Lysander abandonna le cheval du regard. Effectivement, elle s’y connaissait en bêtes à crottins. Lui, les frisons, c’était une des seules races qu’il connaissait. Le reste, il n’en menait pas large, mais alors du tout. Qu’elle n’essaie pas de lui faire deviner d’où elle venait par le biais des chevaux, ça ne marcherait pas. Pour lui, le reste se ressemblait. Il n’y avait pas tellement de différences, mais dire cela devant un professionnel en la matière était sûrement un crime. Il préféra garder le silence à ce sujet, trouvant plus sage de se taire et ne pas se faire mal voir par la jeune fille dès le départ.

- Oui dit-il le plus simplement du monde.

Même si ses frères et sœurs s’amusaient de temps en temps à l’appeler l’adopté en raison de sa couleur de cheveux beaucoup plus foncée que toute sa fratrie, il était bien originaire de là-bas en effet. Ceci dit, il ne s’était jamais senti différent. Il savait bien que c’était seulement de la taquinerie, il s’était toujours bien entendu avec le reste de la famille. Malgré le nombre plutôt conséquent d’enfants qui était de six, les parents avaient réussi à entretenir une étroite relation avec chacun. A ce niveau-là, Lysander n’avait pas à se plaindre. Au niveau affection lors de son enfance, il avait eu tout ce dont un gamin de son âge avait besoin.
Pour en revenir à ce qu’il se passait dans les écuries à ce moment, eh bien pas grand-chose. Il était désireux d’en savoir plus sur Phoenix. De nature curieuse, le garçon se plaisait à apprendre de nouvelles choses sur les rares personnes qu’il rencontrait, et à qui il parlait. Il n’aimait pas se dévoiler aux autres par contre, il avait l’impression de vendre quelques parties de lui-même. Et se la raconter, très peu pour lui. Etaler sa vie ne le bottait pas trop, et encore moins lorsqu’il devait être question de se confier. Mais lorsqu’il s’agissait d’en apprendre un peu plus, alors il était le premier à ouvrir grand ses oreilles. Ecouter aux portes avait toujours été un grand loisir lorsqu’il était petit, qui lui avait valu d’ailleurs de nombreux coups de pieds au derrière. Au moins avec cela, il avait appris à aiguiser sa discrétion et surtout comprendre le vrai sens du mot secret.

- Je suis sûr que tu en connais un … rayon ? Sur les chevaux demanda-t-il soudainement.

Elle avait une tête à bien s’y connaître après tout. Et puis, elle avait confirmé il y a quelques secondes qu’elle comptait passer du temps ici. Lysander en tira rapidement la conclusion qu’elle devait avoir grandi dans un milieu plutôt rustique et sauvage. Il doutait qu'elle puisse avoir vécu au beau milieu de prairies désertes, dont le seul village le plus proche était à une cinquantaine de kilomètres tout de même. Il rangea ses mains dans ses poches, préférant ne pas refaire tomber quelque chose et attirer la peur des animaux l’entourant. Mine de rien, la plupart des chevaux semblaient bien agités ici depuis la mésaventure de tout à l’heure, et le garçon ne tenait pas à ce que cela se reproduise. Pour le bien des oreilles des chevaux, aussi bien que celles des adolescents.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Bataille de paille ! [Phoenix Blair] Mar 12 Mar - 20:07

La mistinguette avait tapé dans le mille. Alors comme ça, il vivait vraiment aux Pays-Bas... Elle aurait voulu en savoir plus mais il ne semblait pas être quelqu'un à étaler sa vie. Et elle n'allait pas le forcer non plus. Pas que ça ne l'intéressait pas, mais faire chier les gens et leur forcer la main c'était pas son dada. Haha. Note la rime quand même, avoue qu'elle est vachement belle ! Bref. De là à penser que Phœnix est une professionnelle du cheval... Ce n'était pas le cas, loin de là. Son niveau s'arrêtait à ce qu'elle a apprit dans les livres équins et dans ce qu'elle a fait au ranch. Puis, observer des gens à cheval faisait qu'elle assimilait quelques trucs mais n'ayant jamais réellement monté à cheval, elle ne saurait mettre en pratique. Cependant, avec Hidalgo, elle avait beaucoup apprit, au-delà de la monte. Elle en savait plus sur les chevaux niveau comportement, mais pas jusqu'à s'en vanter car elle doutait encore de ses capacités. Après à côté de quelqu'un qui ne connaît rien au monde équin, elle pouvait facilement passer pour une incollable. Après, affirmer qu'elle était déjà accro aux écuries pouvaient très bien matérialiser une opinion concernant ses passions. Déjà qu'elle n'en avait pas énormément... Les chevaux et les jeux vidéos étaient probablement ses seuls intérêts. Un peu les mangas peut-être. Il lui arrivait d'essayer de dessiner de temps en temps mais son niveau n'égalait pas un CM2.

- Je suis amatrice du monde équin. Enfin, plutôt débutante dans le milieu. Je les adore, j'ai grandi avec, mais je ne suis pas imbattable sur le sujet. C'était juste un coup de chance pour le frison. Par contre, toi, tu n'as pas l'air d'être un homme d'écuries. Ou bien je me trompe ?

Elle n'allait pas être la seule à se livrer. Elle aimerait en savoir un peu plus sur lui également. Elle n'irait pas jusqu'à en prendre des notes non plus, mais à cause de sa méfiance, elle aimait bien connaître la personne à qui elle s'adressait. Juste pour savoir si elle méritait sa confiance et peut-être même son attachement. Elle ne voulait plus commettre d'erreurs. Elle ne sait toujours pas la vérité sur Margaux. Pourquoi avait-elle décider de la laisser pour morte dans une grange qui avait prit feu ? Et elle remerciait encore aujourd'hui son sauveur, inconnu à ses yeux. Elle se demandait bien pourquoi il avait prit la peine de risquer sa vie afin de la sauver. Après, elle espérait qu'il ne s'était pas blessé en le faisant. Ou encore, qu'il n'avait pas eu d'ennui par la suite par la petite troupe qui l'avait tabassée. Elle en voudrait, si c'était le cas. Et à elle même aussi. Car il n'avait sûrement rien demandé. Enfin, elle ne savait même pas si c'était un gars ou une fille. Mais peut importe qui c'était, elle lui devait la vie quoi. Mais bon, là n'était pas le sujet. Là, devant elle, se tenait Lysander dont le nom de famille lui était encore inconnu. Bah, ce n'était pas important. Elle pourrait toujours l'appeler par son prénom. Et pourquoi pas un diminutif ? S'il le voulait bien, évidemment. Elle n'appréciait pas forcer la main des gens. Et encore moins qu'on la force elle. Et puis, « Lys », il a du l'entendre plusieurs fois. Ça doit probablement même l'insupporter qui sait ? En tout cas, elle avait vraiment hâte de le connaître mieux. Et pourquoi pas, faire en sorte qu'il devienne son premier ami du sexe masculin. Car disons, elle n'avait jamais réellement fréquenter de garçons. Il y avait juste les hommes de son père, ou les maris des amies de sa mère. Personne de son âge. Bien que Lysander devait avoir quelques années de plus qu'elle. Pas que sa taille lui donnait cette impression, juste cette maturité qui se dégageait de lui.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Bataille de paille ! [Phoenix Blair]

Revenir en haut Aller en bas

Bataille de paille ! [Phoenix Blair]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Age :: Pensionnat-