New Age


 
AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Une louve, une folle, un cinéma... Le boucan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Aria Kuuki

avatar

Elemental bronze
❖ Sexe : Féminin
❖ Arrivé le : 05/01/2013
❖ Missives : 135
MessageSujet: Une louve, une folle, un cinéma... Le boucan. Mer 23 Jan - 15:39


« Je ne serai pas en retard ! »
Ce jour-là, Aria l’attendais depuis au moins une semaine, rayant chaque jour qui passait sur son calendrier avec impatience. Et le voici, ce Samedi qui venait caresser les joues de la jeune demoiselle de son soleil rayonnant, provoquant de nombreux plis au niveau de ses yeux encore fermés. Aria ouvrit doucement les paupières, et d’un bond, se retrouva hors de son lit, la joie se lisait explicitement sur son visage alors qu’elle contemplait son calendrier. Le matin passé dans cet ennuie habituel du Samedi matin, l’après-midi se décida enfin à pointer le bout de son nez, Aria se prépara plus rapidement que son ombre et la voici déjà à courir à travers les rues de Bermia, elle ne tenait strictement pas à être en retard, et même si le vent soufflait avec une extrême violence, elle n’y prêtait guère attention mais fermait tout de même les yeux afin de ne pas être aveuglée. C’est alors que sa course fut subitement interrompue par une chute accomplie au milieu d’un léger gémissement qui était loin de lui appartenir, Aria rouvrit instinctivement les yeux et pût remarquer que l’enfant avec lequel elle venait d’entrer en collision était étalé de tout son long son long sur le sol, regardant un mouchoir voler au gré du vent avec tristesse, s’apprêtant déjà à se relever.

    - Le mouchoir de Maman !


Aria comprit ce qu’il lui restait à faire, et sans perdre une seule petite seconde, elle s’élança à la poursuite de l’objet qui semblait représenter bien des choses pour le jeune garçon, sautant à chaque mètre pour tenter de le rattraper. Elle songea d’abord à utiliser son pouvoir afin de le rattraper mais elle renonça aussitôt à cette idée qu’elle jugeait beaucoup trop risquée : Sa maîtrise était extrêmement médiocre. Et après une longue course acharnée, elle rassembla toute son énergie et sauta vivement, écarquillant les yeux de satisfaction, un sourire se dessinant sur les lèvres, heureuse au plus haut point d’avoir réussi à réparer sa maladresse.

    - Je l’ai ! Euh… Q-Qu’est-ce-que c’est que… ?


Elle émit un cri des plus stridents en redescendant, roulant à mainte reprise dans les escaliers qu’elle n’avait absolument pas vu et finit par se retrouver face contre terre devant ces derniers. Elle se releva lourdement, une douleur parcourant son corps en entier, brandissant le trophée de sa réussite au-dessus d’elle, grommelant mille et une insultes à l’encontre des ces maudits escaliers qui faillirent la tuer. Et retrouvant une expression normale, elle se retourna pour voir le petit garçon de tantôt descendre les escaliers en gambadant, rempli de bonheur, elle lui présenta son bien en s’excusant avant de lui tapoter la tête, lisant de la sincérité dans son approbation de ses excuses. C’est alors que son regard se figea sur sa montre, elle ouvrit grand les yeux et sursauta, commençant à s’affoler.

    - C’est pas vrai, je suis en retard… Au-Au revoir !


Elle finit ses paroles alors qu’elle s’éloignait à grand pas du petit garçon, accélérant de plus en plus, les cheveux volant sous l’effet du vent qui soufflait dans sa longue chevelure blonde, craignant déjà que Miharu la réprimande à cause de son retard… Elle lui avait pourtant dit qu’elle serait à l’heure dans sa lettre, mais elle n’avait pas réussi à l’être, comme de coutume. Aria, c’était Aria… Mais ce qui l’intriguait le plus restait d’arriver trop tard pour le début du film. La silhouette de la jeune albinos dressée devant le cinéma vint brusquement interrompre ses pensées, elle se hâta à la rejoindre et freina une fois ce fait accompli, se pliant déjà en deux, les mains appuyée sur ses genoux. Elle était essoufflée et balbutiait péniblement.

    - Désolée… Je… J’ai eu… Quelques… Imprévus…

Deeppink


Dernière édition par Aria Kuuki le Lun 28 Jan - 13:31, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Une louve, une folle, un cinéma... Le boucan. Jeu 24 Jan - 14:45

« Grouille, le film a déjà commencé… »

Debout devant le cinéma, je repense à la lettre que j’ai envoyée à Aria. Je ne sais même plus ce qui m’a motivée à lui écrire, mais ce qui est sûr, c’est que je ne regretterai pas mon choix. Après tout, je considère Aria comme ma meilleure amie et chacune de nos rencontres se solde par de nombreux fous rires. Ce samedi ne serait pas perdu…
Il n’empêche qu’elle pourrait quand même se grouiller. Moi, je suis venue vingt minutes avant l’heure prévue, espérant qu’elle en fasse de même… Ainsi, on aurait pu avoir le temps de choisir un film, de passer à la boutique de confiseries et même de prendre les meilleures places. Mais non, il faut qu’elle soit en retard, comme d’habitude !
En effet, les deux films à l’affiche ces jours-ci commenceront tous les deux dans cinq minutes tout au plus. Et moi, ça fait un quart d’heure que je poireaute sur le trottoir ! Et si elle a oublié ? Oh non, ne me dites pas qu’elle a oublié… Bon, c’est décidé, je l’attends encore dix minutes et si elle n’est toujours pas là, tant pis, j’irai voir mon film toute seule !
Je lève la tête vers le ciel, un peu sur les nerfs. Malgré le vent qui n’arrête pas de souffler, le temps est agréable : un magnifique soleil brille de mille feux. Je me détends en le voyant et un petit sourire vient même illuminer mon visage ! J’adore le soleil… D’une certaine manière, il a toujours fait partie de ma vie et le voir m’apaise. Il est comme un père protecteur, quelqu’un qui veille constamment sur moi…
Un petit gargouillis s’échappe de mon ventre. Je baisse les yeux et pince les lèvres. Non, je n’ai pas faim : ce n’est pas mon estomac qui fait des siennes. Du moins, je ne crois pas que ce soit lui… Je pense plutôt que le coupable – ou plutôt, la coupable – est celle qui niche tout au fond de moi et qui émet parfois – rarement, même – sa désapprobation par rapport à mes pensées. En effet, Amaterasu veut être ma seule protectrice, et même le soleil ne pourrait pas lui faire concurrence ! Je souris doucement. Elle a sûrement raison, elle seule est capable de me protéger… Mais me protéger de quoi ? En fait, il n’y a absolument rien à craindre de Bermia… Mais Amaterasu, tout comme moi, est légèrement paranoïaque.


« Ça commence dans deux minutes… »

Je n’ai pas de montre mais une grande horloge trônant sur la façade du cinéma me permet de surveiller l’aiguille des secondes. Mon anxiété revient et, n’y tenant plus, je pars acheter les billets. Par bonheur, je peux les payer moins cher que leur prix d’origine vu que je travaille au cinéma – et c’est pareil pour les confiseries. Je n’ai pas à faire la file : tous les spectateurs ont déjà acheté leurs places, ce qui est tout à fait normal. Il y a deux films à l’affiche et je ne sais pas lequel choisir. J’ai entendu des rumeurs disant que l’un était meilleur que l’autre, mais certains de mes amis disaient tout à fait le contraire. Soupirant, je choisis le premier totalement au hasard et, les tickets en poche, je retourne attendre devant le cinéma. N’empêche que si elle ne vient pas, elle aura intérêt à me rembourser…
Voilà, les films ont commencé. De dehors, si je tends l’oreille, je peux entendre les murmures des premières publicités qui défilent sur les écrans géants. Je soupire, et mon attention se porte alors sur un groupe d’enfants qui, de l’autre côté de la rue, jouent ensemble. Ils sont sept et six d’entre eux tournent en rond, en se tenant la main, autour du dernier qui est assis au centre du cercle formé par ses amis, les mains sur les yeux. Je les entends rire mais j’ai beau réfléchir et réfléchir encore, je ne parviens pas à comprendre le but du jeu. A un moment, celui du milieu semble prononcer le nom d’un de ses camarades, mais je ne vois vraiment pas pourq…


    - Désolée… Je… J’ai eu… Quelques… Imprévus…


Je sursaute légèrement et me tourne vers Aria, qui est à côté de moi, essoufflée à souhait. Je me sens à la fois soulagée et en colère : soulagée parce que, finalement, elle ne m’a pas laissée tomber et en colère à cause de son retard. Mais je ne lui laisse pas le temps de se reposer et l’embarque à ma suite dans le cinéma, la tenant fermement par le bras.

« Grouille, le film a déjà commencé… »

Je donne rapidement les deux tickets à l’ouvreur avant de me précipiter au stand confiserie, où je laisse un billet sur le comptoir en embarquant deux paquets de pop-corn, criant par-dessus mon épaule :

« Garde la monnaie ! »

Depuis que je travaille au cinéma, je sais combien c’est agréable de recevoir un pourboire de temps en temps et, de ce fait, je n’hésite plus à en laisser partout où je vais. Je fourre son paquet dans les mains d’Aria, la libérant ainsi de mon emprise, et cours dans la salle de notre film. En entrant, je constate que les publicités sont terminées et que le film a déjà commencé. Je grimpe les escaliers bordant les sièges dans le noir le plus complet, manquant de trébucher deux ou trois fois avant d’atteindre mon but : les sièges du coin du haut. Ils sont souvent pris par des amoureux mais, par chance, aujourd’hui ils sont libres. Ce ne sont pas les meilleures places pour voir le film mais, de toute façon, Aria et moi avions plutôt prévu de parler, n’est-ce pas ? Rapidement, je m’assieds dans le coin, jetant déjà une poignée de pop-corn dans ma bouche.

« T’aurais quand même pu te grouiller… »

Indianred
Revenir en haut Aller en bas

Aria Kuuki

avatar

Elemental bronze
❖ Sexe : Féminin
❖ Arrivé le : 05/01/2013
❖ Missives : 135
MessageSujet: Re: Une louve, une folle, un cinéma... Le boucan. Dim 27 Jan - 16:02


« La maladresse et les mouchoirs, ça va pas ensemble ! »

Souffler ? Aria n’eut guère le temps de se le permettre, et la voici déjà à l’intérieur du cinéma, se mordant la lèvre inférieur de crainte d’avoir raté le début du film, mais le léger trouble de l’adolescente était également dû à la persuasion que Miharu devait lui en vouloir, mais c’était normal. Elle lui avait promis qu’elle ne serait pas en retard mais sa promesse n’avait pas été tenue, comme d’habitude. Elle entendit les pas de Miharu s’arrêter devant le stand de confiseries, interrompant également son mouvement. Le regard de la jeune adolescente se posa sur la fenêtre entrouverte non loin d’elle, une fenêtre entrouverte jusqu’à ce qu’une violente bourrasque vienne introduire un sac en plastique à l’intérieur du bâtiment, l’objet se dirigeait progressivement vers notre Aria qui le fixait avec la ferme idée d’exercer son pouvoir dessus en attendant que Miharu ait fini de payer… Il n’en fut rien, car elle se retrouva aussitôt avec un paquet de pop-corn dans les mains, sursautant au contact de l’objet qui lui fut remis avec une extrême rapidité. Elle regarda Miharu s’éloigner et se précipita en quête de la rattraper.
    - Hey… Attends-moi !

Pénétrant comme une flèche à travers l’immense salle à écran géant, Aria s’installa près de Miharu à l’arrière de la salle, se sentant soulagée de n'avoir raté que les publicités ennuyantes et énervantes… Finalement, son retard était plutôt bénéfique, ce qui provoqua un soulagement chez la jeune fille qui souriait.
Miharu avait fait un excellent choix, car telle qu’elle se connaissait, elle n’allait certainement pas se taire, surtout pas avec sa meilleure amie, et les premières loges n’étaient absolument pas faites pour les bavards dans son genre. Elle prit donc place, remarquant que Miharu avait déjà commencé à manger, émettant une reproche.
    - T’aurais quand même pu te grouiller…

Aria fronça les sourcils, dirigeant son regard vers l’écran qui affichait déjà les premières images du film, jetant une poignée de pop-corn dans sa bouche. Elle se sentait assez en colère, contre elle-même car elle n’avait pas respecté son engagement, mais en même temps, elle en voulait légèrement à Miharu qui ne s’était pas faite la réflexion qu’elle avait peut-être vécu des évènement non prévu qui avaient engendré le retard de la journée.
    - Ce n’est pas tous les jours qu’on se lance à la poursuite d’un mouchoir volant…

C’est ainsi qu’elle avait résumé tous les évènements qui avaient marqué sa journée, peut-être Miharu voudrait-elle en savoir plus ? Peut-être pas ? En tous cas, elle continuait à s’empiffrer de pop-corn, et déjà, il n’en restait que la moitié !

Deeppink
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Une louve, une folle, un cinéma... Le boucan. Lun 28 Jan - 8:11

Toshi s'était rendu au cinéma sans grand à-priori, peu convaincu tout de même par l'amusement provoqué par une sortie en solitaire. Mais bon, on lui avait donné une place de cinéma et Aleksej lui avait bien fait comprendre qu'il avait d'autres occupation autrement plus importantes, il s'était donc retrouvé plus ou moins forcé d'utiliser le billet pour lui, pour aller voir un film au titre bof et à la bande annonce clichée au possible. Cependant, Yoshi était bon public. Ou juste un gros chieur capricieux quand il s'y mettait. Le genre de personne qui regarde attentivement toutes les failles d'un film juste pour le plaisir de vous en ressortir ensuite la liste exhaustive et souligner activement la nullité de ce dernier. Et encore au delà de ça, il y avait le côté vieillot de l'attitude à aborder dans un sacro-saint cinéma : pas un bruit, pas de nourriture, pas de rires inutiles. Il se trouvait là dans un autre monde où seul le film et lui rentraient en synchronisation.

Autant dire que sur ce point là, c'était mal barré ! Juste à sa gauche, deux jeunes filles arrivèrent en retard, ne manquant pas d'en discuter allègrement pendant quelques longues minutes, accompagnant le tout d'un mâchonnement incessant. Il n'en fallut pas plus pour que Yoshi ne craque, fronçant les sourcils avec la même dévotion qu'une petite vieille venue vous tirer les oreilles. Se penchant sur son siège pour avoir les deux jeunes filles en ligne de mire, il commença son sermon en chuchotant.

"C'est pas un peu fini, oui ! Il y en a qui regardent !"

Et il se redressa sur son fauteuil, ne prenant pas le temps de détailler ses interlocutrices. Le film ne l'attendrait pas, lui.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Une louve, une folle, un cinéma... Le boucan. Mar 29 Jan - 20:27

« Donne-moi ça, toi ! »

Elle garde le silence un petit temps, à peine une minute, mais ça me suffit largement pour comprendre qu’elle est en rogne. Eh oui, ce n’est pas pour rien que je suis la meilleure amie d’Aria ! Je la connais par cœur, voyez-vous. Je baisse les yeux, fixant mes pop-corn, me demandant quoi faire. Après tout, si nous sommes venues au cinéma, c’est pour nous amuser… Et qu’est-ce que je suis en train de faire ? La réprimander pour rien. Voilà qui risque bien de gâcher notre sortie… Miharu, espèce d’idiote !

    - Ce n’est pas tous les jours qu’on se lance à la poursuite d’un mouchoir volant…

Je la regarde, dubitative. Elle est sérieuse, là ? Je n’ose cependant pas remettre en doute sa parole : ça pourrait aggraver les choses. C’est alors que je remarque l’état de son paquet de pop-corn. Hé, je rêve ou elle en a déjà englouti la moitié ?!

« Donne-moi ça, toi ! »

Je lui prends le paquet des mains sans lui laisser le temps de réagir. Oui, je n’avais pas rêvé : elle avait déjà presque tout mangé alors que le film venait à peine de commencer…

« Hey, ‘fais gaffe ! J’te préviens, y’aura pas de second paquet à l’entracte alors apprécie ! »

C’est vrai, quoi, c’était mon argent qui partait dans son ventre ! Mais je ne suis pas sérieuse : pour détendre l’atmosphère, j’avais lancé ma tirade sur le ton de la rigolade. Je chope deux ou trois pop-corn de son paquet avant de le lui rendre, souriant doucement. Je suis économe, c’est un fait. Econome, pas avare, hein. Il n’y a qu’à voir mon propre paquet pour le prouver : je l’ai à peine entamé. Calculatrice, je fais toujours tout pour adapter ma consommation de friandises au rythme du film, ainsi, plus un film est long et plus lentement je mange. Faire ça me permet de terminer mon paquet en même temps que les lumières se rallument et d’accroître mes capacités en mathématiques ! Je fais d’une pierre deux coups. Intelligente, non ?

« Et tu disais quoi au sujet de ton mouchoir ? Tu l’as fait s’envoler avec ton pouvoir, c’est ça ? »

Je n’avais pas vraiment compris ce qu’elle voulait dire par « Ce n’est pas tous les jours qu’on se lance à la poursuite d’un mouchoir volant » mais peut-on m’en blâmer ? Je ne crois pas, non, à moins que vous ne soyez le plus injuste des juges ! Mais un juge assez injuste, ou du moins une personne prompte à juger sans connaître, est malheureusement assise juste à côté de nous…

"C'est pas un peu fini, oui ! Il y en a qui regardent !"

Je me tais immédiatement, n’osant pas répliquer. Il faut dire que je suis du genre discrète quand on me le demande, et même si Aria est avec moi, ça n’y change rien. C’est principalement la seule chose qui nous empêche de chahuter trop en classe : à la première réprimande du professeur, je me tais et n’ose reprendre la conversation qu’une bonne quinzaine de minutes plus tard.
C’est donc avec un piteux état et un petit air triste, que, un peu déçue, je baisse les yeux sur mon paquet de pop-corn que je n’ose même plus toucher.


Indianred
Revenir en haut Aller en bas

Aria Kuuki

avatar

Elemental bronze
❖ Sexe : Féminin
❖ Arrivé le : 05/01/2013
❖ Missives : 135
MessageSujet: Re: Une louve, une folle, un cinéma... Le boucan. Ven 1 Fév - 21:32


« Eh bah qu'est-ce qu'il a, l'autre ? »

    - Donne-moi ça, toi !

Sans même avoir le temps de faire quoique ce soit, le paquet fut enlevé avec une grande vitesse des mains de la jeune adolescente, Aria ne prononça mot mais se contenta de regarder Miharu avec interrogation, ne comprenant strictement pas ses agissements.
    - Hey, ‘fais gaffe ! J’te préviens, y’aura pas de second paquet à l’entracte alors apprécie !

Mais qu’est-ce qu’elle pouvait bien avoir ? C’était tout de même son paquet à elle, pourquoi la priver de s’en gaver ? Commençant déjà à s’énerver, Aria appuya sa tête sur sa main, les coudes posés sur ses genoux et regarda fixement Miharu avec des yeux grands ouverts, c’était sûr, dans pas moins de deux minutes, elle aurait une réaction des plus excessives en véhémence, criant et se révoltant. Il en fallait peu pour l’énerver à vrai dire… Et même si le ton de Miharu n’avait rien de sérieux, c’est ainsi qu’elle avait saisi les choses. Heureusement, rien du désastre qui allait engendrer mille et un problèmes n’eut lieu, et Aria finit par comprendre que ce n’était qu’une plaisanterie venant de son amie lorsque cette dernière mangea deux ou trois pop-corn de sa part avant de lui rendre son paquet. Ses traits se détendirent et un sourire illumina son visage, calmée.
    - Et tu disais quoi au sujet de ton mouchoir ? Tu l’as fait s’envoler avec ton pouvoir, c’est ça ?
    - Euh, nan… C’est que je courais et…

Elle s’arrêta brusquement, la bouche entrouverte, mais pas pour aucune raison. Il y’avait à proximité un individu qui se permis sans aucune honte d’interrompre ses paroles qu’elle ne jugeait absolument pas futiles…
    - C’est pas un peu fini, oui ! Il y’en a qui regardent !

Si cela avait été un simple délire, elle se serait tu avec honte, mais là… Là, cette réplique était absolument inadmissible, et pendant que la jeune albinos gardait un piteux silence, Aria inspira un grand coup avant d’expirer longuement, les yeux fermés, une moue reflétant sa colère sur le visage, elle bouillonnait de rage... Logiquement, il fallait qu’elle s’excuse, pas vrai ? Et bien non, il n’en serait pas question ! Bien au contraire… Aria continua donc sa phrase vilement interrompue sans se gêner, rouvrant les yeux et tournant son visage vers son amie… Quoiqu’avec un ton moins élevé…
    - Je courais et j’ai renversé un enfant dans la rue, il tenait un mouchoir… Et avec ce temps, il s’est envolé… Je n’allais tout de même pas laissé ma bêtise sans réparation, hein…

Une fois sa phrase achevée, elle se décida à se pencher en avant en proie de plus ou moins regarder l’adulte à proximité, lançant une réplique qui n’avait pas l’air d’insinuer de la sincérité… Oui, après avoir fini sa phrase, ce qu’elle avait à dévoiler à Miharu était plus important que des excuses qui ne seraient présentées que pour démontrer la soit disant urgence de ses paroles.
    - Pardon !

Puis elle se retourna vers l’écran géant, émettant un « Pfff » inaudible, donnant tout ce qu’elle avait pour calmer sa mauvaise humeur qui n’était certainement pas idéale pour une sortie entre amies…


Deeppink
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Une louve, une folle, un cinéma... Le boucan. Lun 4 Fév - 15:15

Il semblait que le calme était revenu dans la salle, à l’exception de quelques individualités qui chuchotaient en gloussant ici et là. Bien de bien méchant en somme. D'ailleurs, après qu'il ait interrompue les jeunes demoiselles à propos de leur conversation bruyante, il constata fièrement qu'elles s'étaient également mises à chuchoter leur histoire. Il laissa donc l'eau couler sous les ponts jusqu'à ce qu'un "pardon" froid lui parvienne en lui perçant le coeur. Pourquoi tant de haine ? Avait-il fait quelque chose de mal ? Etait-il en tort en leur demandant de ne pas parler dans un cinéma ? Il ne lui semblait pas... Et la seconde jeune fille, plus discrète, semblait ne pas désapprouver sa réaction... Alors pourquoi tant de reproches ? Avait-il été trop sec ? Trop rabat-joie ? Bien qu'il ne lui sembla pas, il tenta de réchauffer l’atmosphère d'une façon ou d'une autre. Et ce fut le comédien à l'écran qui lui donna la réplique.

"Vite, cachez-vous sous la table ! Seule une table en bois et de la dentelle pourront vous protéger des balles !"

Le ridicule de la scène couplé au sérieux de sa réflexion le décompressèrent comme un bouchon de champagne, et il ne fallut pas trois secondes pour que son rire se mêle à celui des autres spectateurs. Enfin décrispé, il eut enfin l'inspiration nécessaire pour dérider la situation. Tapotant de l'index le bras de sa voisine discrète, il attendit d'avoir son attention en mettant son autre main en parloir autour de sa bouche. Lorsqu'il croisa son regard, les mots s'échappèrent.

"Après le film, dis à ta copine que je vous invite à boire un verre... Pour faire passer le pop-corn !"

Un sourire qu'il voulait sympathique illumina son visage tandis qu'il hochait fièrement la tête. C'était un bon moyen de se faire pardonner s'il avait fait ne serait-ce qu'il chose de mal. Sinon et ben... Tant pis !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Une louve, une folle, un cinéma... Le boucan. Mar 12 Fév - 21:53

« Le monsieur d'à côté, là... »

Aria, elle, ne réagit pas du tout comme moi. Au lieu de se taire sagement comme l’avait demandé le monsieur d’à côté, elle continue son histoire comme si de rien n’était. Mais je perçois tout de même, grâce au ton un peu plus bas de sa voix, qu’elle est intimidée. Du moins, c’est ce que je crois.

    - Je courais et j’ai renversé un enfant dans la rue, il tenait un mouchoir… Et avec ce temps, il s’est envolé… Je n’allais tout de même pas laissé ma bêtise sans réparation, hein…

Ah, les enfants dans la rue… Ça me fait repenser au petit groupe que j’ai vu en attendant Aria devant le cinéma. Même en y réfléchissant encore maintenant, je n’arrive pas à comprendre leur jeu… Ils paraissaient tellement innocents et gentils, leur faire du mal est impensable ! Heureusement que mon amie a réparé son erreur… C’est bien elle, ça, de ne pas faire attention. En plus, elle courait déjà, donc elle était déjà en retard. Comment ose-t-elle accuser ce pauvre enfant qu’elle a renversé ?

    - Pardon !

Je me mords la lèvre inférieure, me retenant de la réprimander. Elle n’a pas à être aussi insolente, ce monsieur a raison… Un cinéma n’est pas un lieu de bavardages. C’est ma faute, aussi, j’aurais dû choisir un meilleur endroit pour parler…
Plusieurs minutes passent sans que personne ne dise rien, hormis les acteurs sur leur toile de fond. Je les regarde, essayant de comprendre l’histoire, mais elle semble tellement farfelue et dénuée de sens que j’abandonne très vite. Je retiens un soupir quand l’assemblée éclate de rire à une blague pas si drôle que ça. Bon, en fait, j’aurais sûrement ri en temps normal mais là, je suis plutôt inquiète. Je me demande comment se passera le reste de l’après-midi avec Aria et quelles bêtises elle risque encore de faire. Parfois, elle est encore pire que mon clone ! En plus, elle a l’air de bien mauvaise humeur…
Je sursaute en sentant quelque chose sur mon bras et je me tourne vers le rabat-joie, surprise et soucieuse à la fois. Quoi, qu’avons-nous fait de mal, cette fois ? Aria a peut-être ri trop fort ? Je ne l’ai même pas entendue, moi…


    "Après le film, dis à ta copine que je vous invite à boire un verre... Pour faire passer le pop-corn !"

Je le regarde bizarrement avant de lui rendre son sourire par politesse et de me concentrer à nouveau sur l’écran, encore plus étonnée qu’auparavant. Il nous invite à boire un verre… Quoi ? Je jette un coup d’œil à Aria, me demandant comment présenter la chose. Des minutes passent. Un autre coup d’œil. Des minutes passent encore. Je me décide enfin et je me penche vers elle pour lui murmurer :

    « Le monsieur d’à côté, là… Il nous invite à boire un verre après le film… »

Je la regarde un instant avant de lui faire signe de ne rien répondre pour me décider une fois pour toutes à regarder ce fichu film. Mieux vaut éviter les ennuis et réfléchir à cette étrange proposition plus tard, pour ne plus déranger personne.
Le film passe plus vite que je ne l’aurais cru et le générique de fin ne tarde pas à défiler, lettres blanches sur fond noir que personne ne lit. En me levant, je pense à ces pauvres noms que personne ne verra jamais et qui, pourtant, méritent tant. Je sors de la salle en essayant de rester près d’Aria mais je la perds, poussée par la foule. Je m’arrête juste à la porte de sortie et l’y attends, légèrement impatiente.


Indianred
Revenir en haut Aller en bas

Aria Kuuki

avatar

Elemental bronze
❖ Sexe : Féminin
❖ Arrivé le : 05/01/2013
❖ Missives : 135
MessageSujet: Re: Une louve, une folle, un cinéma... Le boucan. Dim 24 Fév - 18:15


« Un... Un verre ?! »

Drôle… Ce film était excellent… Tout le monde riait avec force dans le cinéma, et aucune bouche n’était restée fermée tellement la scène inspirait la moquerie et le rire.
Tout le monde à part Aria.
La jeune adolescente plus espiègle que tout n’était pas vraiment exercer son espièglerie aujourd’hui, elle était très en colère. Sa susceptibilité ne pouvait s’empêcher de se manifester même pendant les jours de sortie avec sa meilleure amie, et la voici fixant l’écran géant sans prononcer mot, une petite moue exprimant sa colère sur le visage.

    - Le monsieur d’à côté, là… Il nous invite à boire un verre après le film…
    - Quoi ?

Elle avait prononcé ses mots en se retournant soudainement vers Miharu. Deux grand yeux grand ouvert, et sur un ton faisant tout son possible pour ne pas être élevé. Un verre ? Après le cinéma ? Il regrettait peut-être ce qu’il avait dit plutôt… Mais dans le fond, il n’avait peut-être pas eu tort… Ils étaient dans un cinéma, et un cinéma n’est pas une cour de récréation ou une rue, et il fallait donc qu’elle apprenne à se taire quand le besoin s’en faisait. Mais même si Aria avait eu raison, s’en vouloir jusqu’à inviter deux personnes et gaspiller son argent pour cela… C’était assez… Bizarre. Et pensant encore à cette proposition extravagante, elle vit le crédit du film défiler, ce qui annonçait qu’elle devait quitter la salle, action que l'adolescente exécuta sur-le-champ… Ou qu’elle tenta d’exécuter… Le nombre de personne pullulant dans le couloir qui menait à la sortie était inimaginable, transformant le joli corridor vide à son arrivée en un inextricable dédale généré par des individus, et trouvant enfin un petit coin vide, elle s’y engouffra afin d’échapper aux bousculades qui manquèrent à plus d’une reprise de la faire tomber.

Où était Miharu ? Aucune idée… En tous cas, elle n’était pas dans le champ de vision d’Aria, tout ce qu’elle voyait était le stand de confiserie de tantôt… Et si elle allait acheter des friandises, tiens ? Elle avait bien remarqué que son comportement avait légèrement irrité son amie, et même si ce n’était pas à elle qu’elle devait des excuses, elle ne tenait pas à laisser les choses ainsi… Plongeant sa main dans sa poche, elle remonta quelques pièces qu’elle échangea contre un paquet de confiseries, se dirigeant aussitôt vers la sortie. Dès qu’elle mit un pied dehors, la silhouette de la jeune albinos lui apparut, et la voici fourrant le paquet dans ses mains, un grand sourire dessiné sur ses lèvres.

    - Mange pas tout toute seule, hein.

Une réplique qu’elle jeta sur un ton hystérique avant de commencer à chanter, mais elle ne fredonna que quelques notes… Car la proposition que l’étrange individu avait faite quelques instants plus tard lui revint en tête. Elle demanda donc, intriguée :

    - Au fait pour tout à l’heure… Tu es sûre qu’il était sérieux, le monsieur ?

Deeppink
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Une louve, une folle, un cinéma... Le boucan. Ven 12 Avr - 17:50

« On verra bien... »

Je n’eus pas à attendre longtemps. Aria arriva plus vite que prévu – parce qu’elle est toujours en retard – mais j’avais déjà tout repris de ma bonne humeur quand elle s’approcha de moi. C’est donc avec un grand sourire que je l’accueillis, prête à lui poser des questions sur le film : si elle l’avait aimé ou non, comment elle l’avait trouvé et plein de petites choses comme ça.

    « Mange pas tout toute seule, hein. »

Je sursautai légèrement quand elle me remit le paquet de bonbons dans les mains. Je me mis à rire doucement tandis qu’elle chantait, ce qui nous donnait l’air de deux attardées finies. Les autres spectateurs qui sortaient du cinéma nous lançaient tantôt des regards amusés, tantôt des regards qui voulaient dire à peu près ceci « Han, comment elles sont trop débiles, elles ont pas honte ?! ». Mais à présent, avec Aria près de moi, tous ces gens importaient peu.

    « Au fait pour tout à l’heure… Tu es sûre qu’il était sérieux, le monsieur ? »

Comment pouvais-je en être sûre ? Je lui répondis d’un haussement d’épaules.

    « On verra bien… »

Nous attendîmes là un moment pour voir s’il allait arriver ou pas, parlant de choses et d’autres. Au bout d’un bon quart d’heure, j’en vins à la conclusion qu’il ne comptait pas venir et je me repris à rire de plus belle.

    « Comme quoi il ne faut jamais faire confiance aux adultes ! »

Je n’avais pas encore ouvert le paquet de bonbons qu’Aria m’avait donné. Je savais que c’était un gros effort de sa part d’avoir fait ça et j’avais presque envie d’en prendre une photo pour immortaliser ce si rare moment. Malheureusement, je n’avais pas d’appareil sous la main et, en l’absence totale de téléphone portable, j’étais dans une impasse. Il faudrait inventer des birdyages-appareils-photo, tiens…

    « On reste dans la rue ? Il fait beau, et puis j’ai envie de voir la tête de ceux qui viendront à la prochaine séance… »

De l’autre côté de la rue, il n’y avait plus d’enfants. Il faut croire que je ne comprendrai jamais le jeu des gamins que j’avais observés, une heure et demie plus tôt.

Indianred
Revenir en haut Aller en bas

Aria Kuuki

avatar

Elemental bronze
❖ Sexe : Féminin
❖ Arrivé le : 05/01/2013
❖ Missives : 135
MessageSujet: Re: Une louve, une folle, un cinéma... Le boucan. Mer 17 Avr - 17:26


« L'ennuie... Mon pire ennemi... »

- Comme quoi il ne faut jamais faire confiance aux adultes !

Les adultes… Curieux individus… Tantôt étaient-ils remplis de bonnes intentions, tantôt se jouaient-ils de votre innocence d’adolescent afin de vous faire une mauvaise plaisanterie. Ce qui était sûr, c’est que jamais Aria n’avait pu les comprendre ou porter un jugement définitif sur eux, elle ne répondit donc rien à ce que Miharu annonça… Mais de toutes les manières, elle n’était pas supposée répondre. Elle leva alors les yeux vers le magnifique ciel bleu qui surplombait sa tête… Il fallait qu’elle s’énerve, il fallait qu’elle se mette fortement en colère à cause de ce que cet homme idiot venait de faire, mais le ciel était tellement beau, si bleu… Pourquoi diable se mettrait-elle en contradiction avec lui ?

- On reste dans la rue ? Il fait beau, et puis j’ai envie de voir la tête de ceux qui viendront à la prochaine séance…

Aria se mit à rire légèrement en baissant les yeux vers son amie. Rester ici pour voir la tête des gens qui viendront à la prochaine séance ? Ah bah pourquoi pas, tiens…

- Ouais si tu veux… Par contre, on fait quoi en attendant ?

Il aura beau faire bon, le ciel aura beau été envoûtant, l’air aura beau été pur, lorsqu’on a rien à faire, on s’ennuie… Ha, l’ennuie. C’était le pire ennemi d’Aria. Il n’y a pas à dire, elle détestait ça… Mais voilà que le regard de l’adolescente vint se poser sur le paquet rempli de bonbons même pas entrouvert résidant toujours entre les mains de Miharu, arrêtant alors ses réflexions visant à trouver une occupation amusante. Elle haussa un sourcil : ne comptait-elle pas l’ouvrir ? Ou peut-être qu’elle n’aimait pas ce genre de friandises…

- Dis, si t’aimes pas ces bonbons, on peut parfaitement en balancer sur la gueule des gens qui viendront à la prochaine séance ! Qu’est-ce que t’en dis ?

Il était clair qu’elle plaisantait. A sa façon de bouger son corps un peu dans tous les sens quand elle parlait, on pouvait deviner qu’elle n’était pas sérieuse. Et ceci était renforcé par la grimace qu’elle effectua lorsqu’elle eut fini de parler : sa langue sortait légèrement de sa bouche et un de ses yeux s’était fermé. Ridicule ? Débile ? Certainement… Mais lorsqu’on grimace, on est risible, non ?

Les premiers spectateurs qui allaient remplir les places du cinéma pour la prochaine séance s’étaient déjà rassemblés devant la porte du cinéma et Aria arrêtait de faire des choses bizarres avec son visage en laissant son poids basculer vers l’arrière. Elle s’arrêta dos contre mur et poussa un profond soupir, fermant les yeux et affichant une petite moue maussade. Sa tête s’était baissée, puis elle rouvrit les yeux en fixant le sol… Maudit ennuie…

*Je déteste quand je fais rien…*

Deeppink
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une louve, une folle, un cinéma... Le boucan.

Revenir en haut Aller en bas

Une louve, une folle, un cinéma... Le boucan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Age :: Bermia-