New Age


 
AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

S'occuper d'un animal, c'est tout un art. [PV Mel']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Zelda N. Estragos

avatar

bibliothecaire
❖ Sexe : Féminin
❖ Arrivé le : 12/01/2013
❖ Missives : 43
MessageSujet: S'occuper d'un animal, c'est tout un art. [PV Mel'] Sam 19 Jan - 21:09

En poussant un cri silencieux, le dragon prit de l'altitude, et commença à voler lentement, en faisant bouger ses ailes au rythme de ma voix. Il fit un cercle, puis deux, ses ailes majestueuses et translucides battant avec grâce.
De la sueur perlait sur mon front. Je ne sais pas maîtriser correctement mon pouvoir. Cependant, moi-même enchantée par ma réalisation, j'essayais de faire tenir ma créature le plus longtemps possible. Un dragon d'eau, pas plus grand que ma main. Pourtant, le faire bouger relevait d'une grande concentration. Je devais faire remuer chaque partie de son corps avec cohérence, pour lui donner cette noblesse qu'ont habituellement les dragons dans les livres. Mon compagnon éphémère ne vécut pas longtemps. Au bout d'une trentaine de secondes, il explosa en une multitude de gouttes d'eau, qui s'écrasèrent un peu partout dans le salon. Voilà qui allait augmenter mon niveau en maniement de serpillière. J'avais presque l'impression que Nayden se fichait de moi. Il me fixait de ses yeux malicieux, en remuant les oreilles. Puis il retourna dans sa roue.
Nayden. Un rat adorable. Je n'avais jamais eu de rongeur aussi attachant avant lui. Joueur, affectueux, pétillant, que de qualités pour une bestiole aussi petite. Je le gâtais souvent. Des petites friandises, de nouveaux jeux, des promenades sur mon épaule, ce genre de choses. Même au pensionnat, les habitués de la bibliothèque se posaient des questions lorsqu'ils ne me voyaient pas avec mon petit compagnon à mes côtés. Parfois, il m'arrive de me plaindre d'avoir eu comme Don l'hydrokinésie. Je sais que c'est déjà une opportunité incroyable de pouvoir sculpter l'eau selon mes désirs, mais j'aurais voulu pouvoir communiquer avec les animaux. Ça m'aurait été bien plus utile. Et cela m'aurait demandé moins de maîtrise, aussi... Pour une fille qui n'est pas douée en travaux manuels, devoir contrôler l'eau est très ardu. Cependant, pour ne pas trop râler, je dois avouer que pouvoir donner vie à des créatures que je ne vois que dans les livres est vraiment jouissif. Mon but, c'est de pouvoir tenir une dizaine de minutes avec mon petit dragon. Puis ensuite, j'étudierai le mouvement d'autres animaux, pour avoir un bestiaire à portée de main.
Quand j'étais encore étudiante à New Age, on m'a dit que mon pouvoir me permettrait aussi de générer de l'eau. Je n'ai jamais su comment. Et pourtant, ça m'aiderait bien. C'est très embêtant de devoir aller jusqu'en salle du personnel dès que j'ai envie d'un thé, ou d'un chocolat. Si je pouvais générer l'eau, je n'aurais qu'à prendre des sachets avec moi. Enfin, ça sera froid, mais c'est mieux que rien...
Je retournais près de ma fontaine, et me regardais un moment dans le reflet de l'eau qui restait. Elle n'est pas grande, cette fontaine. A peine la taille d'une grosse pizza. Et bien sûr, je dois l'alimenter moi-même. Elle est surtout décorative. J'aurais mis une bassine à la place, ça serait revenu au même. Pourtant, cette fontaine a une grande valeur pour moi. Elle me rattache un peu à mon passé. En tendant mes mains, je soulevais une petite boule d'eau, et commençais à modeler un rat, à l'image de Nayden. Je ne fis pas de détails. Juste une forme approximative. Puis je fis bouger le rat. Il leva le museau, me fixa, s'approcha du vrai Nayden. Il s'ébroua, en envoyant des gouttelettes sur mon rat adoré, qui courut s'abriter dans sa petite maison en bois. Amusée, je détruisais ma construction, redonnant à mon eau sa forme circulaire. Puis je remis le liquide dans ma bassine de pierre.

Tout en essuyant les débris de ma première sculpture, je réfléchissais à ce que je pourrais faire, cet après-midi. J'en avais un peu marre de rester cloîtrée chez moi. Et si je sortais un peu ? Dans un endroit simple, qui me plairait. Pas un restaurant, un cinéma ou un café. Vraiment un lieu qui me permettrait de m'amuser un peu.
C'est là que je me rendis compte que je n'avais plus de nourriture pour Nayden. Le choix me parut ensuite évident ; l'animalerie, bien sûr.
Je troquais mon jogging contre un jean bleu, enfilais un T-shirt gris, une petite veste noire et des converses de la même couleur, puis refaisais rapidement ma queue de cheval. On aurait dit que je venais de me lever. Comme d'habitude, je rassemblais deux mèches devant mon visage, à l'aide de petits anneaux à l'allure métallique, juste pour le style. Pas de maquillage ; c'est perdre du temps pour quelque chose qui ne servirait de toute façon à rien. Je sortais Nayden de son abri, et le hissais sur mon épaule. Il se laissa tomber sur le ventre, et commença à ronger l'anneau qui retenait mes cheveux au devant de mon visage. Ce n'est pas pour rien que je ne les rassemble pas à l'aide d'élastiques en caoutchouc. Ces derniers ne tiendraient quasiment pas. Nayden est une véritable catastrophe ambulante.
J'étirais mes bras, dans le but de les faire craquer -j'adore cette sensation-, puis je sortais, sans oublier de prendre une barre chocolatée au passage.
Le temps était radieux. Une douce brise soufflait, et le soleil chauffait mon crâne. Encore mieux qu'à Rio. Malgré ce que je pensais de mon avenir sur l'île, je suis maintenant contente d'y être. Ma mère a eu raison de m'y emmener. Et pourtant, ce fut contre mon gré, au départ. Heureusement que j'avais déjà une certaine maturité, sinon elle s'en voudrait encore. Surtout que je ne lui ai pas reparlé depuis. Je voulais vraiment couper les ponts avec ma vie d'avant. Je dois avouer que je le regrette un peu, même si c'est contre mes principes de regretter mes actes d'antan.

Avec avoir parcouru quelques rues et ruelles, j'arrivais rapidement dans celle que je convoitais ; un peu plus loin, je voyais l'enseigne de mon animalerie favorite. J'espérais voir là-bas quelques animaux prêts à recevoir des caresses gratuites. Puis, il fallait tout de même que je nourrisse Nayden. Mon rat n'est pas un jouet ; il doit manger, comme tout le monde.

Une fois dans le magasin, mon rongeur se redressa, en arrêtant de détruire ma chevelure ; il renifla un moment l'air ambiant. Quel bazar ce devait être dans son esprit. Tant d'odeurs mélangées ; des chats, des chiens, des souris, des lapins. Et même quelques de ses semblables. Mais la senteur la plus importante à ses yeux n'avait pas de secrets pour moi ; la nourriture. Nayden s'agitait, et n'avait de cesse de voyager entre mes deux épaules, passant habilement derrière ma nuque (ses griffes me picotaient légèrement, mais j'en ai vite pris l'habitude). Quel goinfre, quand même. Cependant... L'agencement du magasin avait changé, et je ne me retrouvais plus. Les animaux n'avaient pas changé de place, heureusement, ceci dit, c'était le cas pour les rayons. Y avait-il eu un inventaire, récemment ? C'est ce que j'aurais voulu savoir.
Quoi qu'il en soit, je ne retrouvais absolument plus l'endroit où était vendue la nourriture des rats, et je ne comptais pas la chercher longtemps. Des employés se promenaient par-ci par-là, et j'aperçus vite un visage qui m'était familier, allez savoir pourquoi. Sans doute un élève du pensionnat. Je me dirigeais vers lui, en le fixant de mes yeux pâles, l'air de dire « j'ai une question à te poser, alors ne pars pas, j'te jure je te cours après ». Je déteste être ignorée.
Une fois devant le gamin, je prenais ma voix la plus amicale (ce qui n'est pas facile, puisque j'ai tendance à être désagréable sans le vouloir), et je lui posais ma question, comme n'importe quelle cliente. Sauf qu'un détail m'échappait. Je le vouvoie ou je le tutoie ? Je me décidais à le tutoyer. C'est un élève, après tout.

« - Excus... ez-moi. »

Bon. Changement de plan à la dernière minute. Ça va, hein.

« - Je crois que les rayons ont changé, et j'aimerais acheter de la nourriture pour la bestiole qui se promène sur mes épaules. Donc, où est le rayon des rats, s'il vous plaît ? »

J'espérais qu'il saurait me renseigner. C'est son boulot, après tout. En tout cas, je me demandais vraiment si il se scolarisait à New Age. Après tout, il n'y a pas trente-six établissements scolaires par ici. Ce devait donc être le cas. Mais je ne suis pas devin, alors, au pire des cas, une question ne m'arrachera pas la langue.
Revenir en haut Aller en bas

Melvin Shiro

avatar

Psychic bronze
❖ Sexe : Féminin
❖ Arrivé le : 25/11/2012
❖ Missives : 95
MessageSujet: Re: S'occuper d'un animal, c'est tout un art. [PV Mel'] Jeu 24 Jan - 20:30

Je remettais le col de ma chemise bien droit. Cela faisait maintenant quelques jours que j’avais été embauché pour un petit poste dans l’animalerie de la ville. On peut dire que j’en étais très fier et que je faisais du mieux possible les tâches qui m’étaient confiées ! Pouvoir travailler avec les animaux, les caresser, s’occuper d’eux toute la journée, c’était vraiment très intéressant et en plus, j’avais des réductions sur presque tous les rayons. Ouais, les réductions c’est bien, mais quand on n’a pas de petite bestiole à qui on peut en faire profiter, ça n’a pas grand intérêt. C’est pour ça qu’avec le peu d’argent que j’avais, je m’étais décidé d’acheter un animal, sûrement à quatre pattes. Oh certes, pas un gros chien, ça serait trop de travail pour le sortir entre les intercours puis le soir. Je penchais plutôt pour un chat. Mais pour le moment ça n’avait pas grand intérêt, les rayons, sous ordres du patron de la boutique, devaient être de nouveau de-organisé pour la 36ème fois de la journée, on peut dire qu’il n’y avait pas que les clients qui étaient perdu. Aujourd’hui, la matinée semblait calme, à part quelques clients de la ville qui était venu acheter des croquettes, il n’y avait rien eu de très spécial. J’en avais profité pour regarder dans les parcs, là où les chats étaient cloitrés pour ne pas qu’ils s’enfuient à la moindre ouverture. Je trouvais ça un peu… triste, rester derrière des vitres à attendre que quelqu’un vienne nous chercher, nous montrer du doigt, un petit sourire aux lèvres. Se faire de nouveau enfermé dans une boite et ensuite être heureux ! Dur, dur de commencer sa vie. Même si ici, ils étaient au chaud, avaient de la nourriture quand ils voulaient. Les pauvres bestioles ne pouvaient pas se déplacer comme ils le voulaient. Je collais mon nez à une vitrine, me faisant embêter par mon supérieur au passage, « Ne te colle pas à la vitre, ça va faire des traces ». Dans le pire des cas, si je faisais la moindre trace de doigt ou de nez, je pouvais nettoyer derrière ! Chose qu’apparemment, le monsieur ne comprenait pas. Je n’étais pas très riche, alors j’avais vite oublié les chats de races qui valaient beaucoup plus cher que les autres. Je me promenais, de parc en parc, regardant attentivement les spécimens qui s’y trouvaient. Pour tout vous dire, je ne trouvais pas mon bonheur, les chats étaient tous magnifique mais… aucun ne semblait vouloir aller avec moi. Une chose qui était bien dommage.

La journée continuait tant bien que mal, un camion venait de déposer une livraison. Des nouveaux oiseaux, en partit et quelques cages de divers animaux. Je m’occupais des animaux à quatre pattes. C’était une partie très importante ! Je devais rassurer l’animal qui avait fait un assez long trajet, je devais aussi faire en sorte qu’ils s’entendent bien avec ses nouveaux compagnons, c’était du vrai travail de chef ! On avait reçu deux labradors, des très beaux chiens, malheureusement, je m’étais décidé sur un chat et je ne voulais pas changer. J’entrouvrais la dernière cage, m’attendant à un troisième labrador. Malheureusement, je n’avais pas vu juste, mais alors pas du tout. Alors que j’enlevais la grille qui laissait l’air passer dans la boite en plastique, une petite boule de poils noire et blanche me sauta à la figure. Le chat semblait terrifié et regardait tout autour de lui, comme si chaque objet était un ennemi. Heureusement, personne n’était dans la même pièce que moi. Ça m’avait également surpris de me faire attaquer comme ça, sans être prévenu. Car oui maintenant, on prévient la personne que l’on va agresser, c’est comme ça ! Comme pour les autres animaux, je proposais à la petite bestiole quelques croquettes, histoire de la rassurer. Malheureusement, la demoiselle n’était pas vraiment d’accord avec ça. Elle ne se laissait pas attraper et en plus de ça, elle ne voulait pas manger, ni même rentrer dans l’autre pièce.

Comment j’allais faire moi ?! Je ne pouvais pas la laisser là ! Elle me regardait d’un air supérieur, bien énervant je dois dire. Tant pis, j’allais devoir faire appel à une collègue ! Je me levais tranquillement, m’approchais de la porte et sortis, prenant bien soin de laisser le chat dans la pièce. J’amenais avec moi une jeune fille, travaillant ici depuis beaucoup plus de temps que moi. Tout en rentrant dans la pièce, je regardais où se trouvait la jeune femelle. Droite, gauche… Où elle était allée ?

« Belle blague l’marmot, va continuer de ranger les rayons au lieu de faire des blagues. »

Je m’étais vraiment fait avoir par le jeune animal à quatre pattes et a vrai dire, je me demandais vraiment où elle était passée. Si quelqu’un l’apprenait j’allais de nouveau me faire sermonner ! La vie est dure. Je reparti à l’avant du magasin, regardant dans chaque rayon pour voir si je ne voyais pas l’animal, mais rien en vue. La porte s’ouvrit doucement, j’étais occupé à ranger de boites de pâtées qui avaient l’air… délicieuses ! Viande de bœuf avec ces délices de petits pois, le tout en bouché. Et oui. Je me retournais vers la jeune personne qui venez de débarquer dans le magasin, apparemment, c’était pour me parler. Mais attendez… Je la connais cette fille ! Non ? Mais bien sûr que si… rah, mais c’est qui déjà ? Pourtant, j’étais sûr à 10000% de l’avoir déjà aperçu dans l’académie. Tant pis, ce n’était pas le plus important. Elle voulait juste de la nourriture pour rat, le rat qui était sur son épaule à ce moment-là.

« Effectivement, tout a changé il y’a peu de temps ! Suivez-moi, c’est juste à côté. » Dis-je en commençant déjà à partir dans le rayon d’à côté. Sur les grandes étagères on pouvait voir différents produits pour rongeur. Des rats, mais aussi hamsters, souris, lapin et bien d’autre encore. Je montrais un petit espace où étaient entreposées plusieurs nourritures spécialisées dans les rats. Des graines apparemment, mais aussi des mélanges de céréales et surtout, un nouveau produit mit en avant, exprès pour la vente. « Vous avez besoin de quelque chose de précis ? Car nous venons de recevoir un nouveau produit qui se vend très bien ! Des croquettes aux chocolats, pour rats. Bon, ce n’est pas vraiment des vrais croquettes, c’est un peu plus gros que celles des chats, et c’est sans danger pour le foie de l’animal, c’est surtout ‘’parfumé’’, et apparemment ça adore ! » Et voilà, un petit coup de pub de fait. Ce qui était très bénéfique car pour tout dire, on avait reçu quelques paquets tests il y’a plus d’un mois et ça ne se vendait pas bien du tout. Les habitants de l’île étaient peut-être trop habitués à la nourriture traditionnelle pour rat, qui sait. Mais, pour vendre, il fallait qui le produit soit accrocheur, ça tout le monde le sait, donc, pas de problème pour ça. On met le produit en avant, on baratine deux trois truc et des fois ça passe.

Je baissais les yeux vers les pieds de la jeune femme, non pas parce que la regarder dans les yeux m’était impossible, mais j’avais simplement remarqué quelque chose. Une chose qui a des poils, qui miaule et qui… LE CHAT ! Les yeux pleins de malice, la jeune femelle se frottait aux pieds de la dame, ronronnant de plaisir. Elle ne semblait pas du tout être la même que tout à l’heure, comme si elle était devenue calme et gentille. Je m’accroupis immédiatement, regardant le chat en tendant la main pour l’attirer. Chose qui généralement attire les chats comme des aimants. « Généralement »… La jeune féline s’empressa d’aller se frotter à l’autre jambe de la madame ! Je sentis un courant d’air, comme si je m’étais délicatement fait snober par un animal rudement malin, qui attirait mon attention de plus en plus. Je me relevais vivement, oubliant que la jeune femme voulait des croquettes pour son rongeur. Je laissais le chat faire, après tout, si celle-ci n’aimait pas la compagnie des animaux, elle avait qu’à commander directement ses produits et venir les chercher en quelques secondes. D’un autre côté, j’avais également peur de me faire de nouveau snober par la bête, me faisant passer pour quelqu’un qui ne s’y connait vraiment pas en animaux ! Ou pire encore, j’allais lui faire peur et elle allait courir dans tout le magasin, moi après, mon supérieur après et le patron après. Chacun pour attraper l’autre, en bref, le gros déluge ! Il ne valait mieux rien faire, pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas

Zelda N. Estragos

avatar

bibliothecaire
❖ Sexe : Féminin
❖ Arrivé le : 12/01/2013
❖ Missives : 43
MessageSujet: Re: S'occuper d'un animal, c'est tout un art. [PV Mel'] Mer 13 Fév - 16:00

Si je n'avais pas déjà un rat, j'aurais adopté ce chat immédiatement.
Sérieusement, c'est ce que j'appelle avoir du culot. Pauvre gamin, vilainement snobé par un félin. Je me suis retenue de rigoler. Très fort. Surtout que la demoiselle se frottait maintenant à mes chevilles. Une bestiole noire et blanche, adorable. Malheureusement pour elle, je n'étais pas venue dans l'idée d'adopter un nouveau compagnon, et je suis du genre à m'obstiner sur mes principes. Même en ronronnant comme un tracteur, la miss n'allait pas attirer mon attention plus que ça.
Néanmoins, la tentation de caresser cette féline était grande. Je craignais seulement que cette dernière soit amatrice de rongeurs bien chauds. C'est vrai que cette appréhension peut paraître absurde au premier abord, mais je suis extrêmement soigneuse avec les êtres que j'aime. Et jusqu'à preuve du contraire, Nayden en fait partie. C'est un court dilemme intérieur qui prit place dans mon esprit ; mais le cœur remporta les voix, et je me baissais pour gratifier l'animal bicolore de quelques caresses sur son crâne, Nayden accroché à mes cheveux. En me relevant, je commençais à peine à analyser les paroles de mon interlocuteur.
J'avais raison, ils avaient bien changé l'agencement du magasin. En même temps, je m'en doutais un peu, c'est un endroit que je connais presque par cœur. Sinon, le jeune homme avait parlé de croquettes au chocolat ? Pourquoi pas. Ils ne savent plus trop quoi inventer, après tout. J'espérais juste que ces friandises n'étaient réellement pas nocives pour l'organisme de mon petit compagnon. Parce que l'idée de cette nourriture et bonne, et en faire goûter à Nayden ne pouvait pas être mauvais. De toute manière, si il s'avérait que mon animal n'appréciait pas cette nouvelle nourriture, je pourrais toujours éparpiller les graines dans les rues, au pire des cas. Les rats sauvages existent aussi, sans parler des oiseaux et autres créatures errantes ou sauvages.

Quoi qu'il en soit, je regardais un moment l'étalage, en laissant mes doigts effleurer chaque paquet de croquettes, indécise. Tout d'abord, je saisissais un paquet de ces fameuses friandises chocolatées, avant de me diriger vers les granulés basiques que je prends d'habitude, pour les mélanger ensuite à d'autres arômes. Nayden est un rat de luxe. Par contre, avec le chocolat, je ne savais pas vraiment quel paquet prendre. Rien ne m'empêchait de me décider plus tard. Le chat se frottait toujours à mes mollets. Je me demandais bien pourquoi. Suis-je aussi attirante que ça pour la gente féline ? D'ailleurs, que faisait un chat en liberté dans le magasin ? C'est vrai, c'est vrai, j'aurais pu me poser cette question plus tôt, mais ça va hein, je suis quand même très fatiguée par mes sculptures aquatiques. Et d'ailleurs, cette question méritait réponse. C'est pourquoi je sollicitais une nouvelle fois le gamin, avant qu'il ne se fasse la malle.

« - Au fait, c'est normal que ce chat se promène ici ? »

Pour moi, la réponse allait être négative, d'emblée. Le propriétaire du magasin ne laisserait jamais un chat se promener dans un endroit où les souris, les oiseaux et les rats peuvent entrer librement, comme Nayden par exemple. Cet animal s'était sans doute enfui. Et je suppose que l'attraper pouvait aider le jeune garçon.
Je posais mon rat sur l'étalage, consciente que le rongeur n'allait pas s'échapper, et me baissais pour prendre la féline rebelle dans mes bras. Alors que je m'accroupissais, je sentis Nayden sauter sur mes omoplates, et regagner mon épaule droite, alors que le chat reposait en partie sur celle de gauche. C'était très risqué, ça. Je craignais que la sale bestiole ne fauche mon cher partenaire d'un coup de patte. Mais je n'allais pas la laisser tomber maintenant. Puisqu'elle était dans mes bras, autant la garder, en comptant sur sa gentillesse. Malheureusement, les pattes griffues de mon animal de compagnie se faisaient sentir le long de ma nuque ; il allait à la rencontre de son camarade carnivore. Avant qu'une catastrophe n'arrive, j'interpellais l'employé d'une voix calme, pour ne pas effrayer les deux êtres que j'avais sur moi.

« - Vous pourriez prendre le chat, s'il vous plaît ? Je pense que c'est moins risqué pour mon rat, même si je pense pas qu'il se laisserait avoir aussi bêtement. »

Grouille-toi, vite, dépêche-toi, fais ton boulot. C'est ce que je pensais, anxieuse. Je savais pourtant que cette peur est absurde, mais c'est cet instinct protecteur qui me poussait à surprotéger mon ami à quatre pattes. C'est une créature beaucoup trop sociable, qui n'a jamais vu de chat en liberté. On ne peut pas lui en vouloir de souhaiter causer avec le chat, néanmoins, le félin était bel et bien dangereux pour lui. Que fait un chat lorsqu'il voit de la pâtée ? Il va la manger. Et si ça se trouve, ce félin voyait de la pâtée en Nayden.
Revenir en haut Aller en bas

Melvin Shiro

avatar

Psychic bronze
❖ Sexe : Féminin
❖ Arrivé le : 25/11/2012
❖ Missives : 95
MessageSujet: Re: S'occuper d'un animal, c'est tout un art. [PV Mel'] Dim 3 Mar - 10:01

La question de la jeune fille me donnait plusieurs possibilités de réponses. Soit je disais que oui, tout était normal et que les chats pouvaient se promener comme ils le voulaient dans l’animalerie, le tout en mentant bien évidemment. Soit je disais que non et je révélais au monde entier mon incapacité a dresser des chats rebelles. Ou alors, quelque chose d’encore mieux.

« Oui c’est normal, j’adopte ce chat en fin de journée, je veux juste étudier son comportement avant de l’amener à l’académie. » Voilà qui était fait. La jeune femelle me regardait avec de grands yeux, comme si j’avais dit quelque chose d’encore plus attirant que la jeune fille mais ça n’allait pas suffire pour la raisonner. Elle continua sans relâche à se frotter contre la cliente.

On peut dire que je n’avais pas vraiment de chance avec les filles. Autant animal qu’humaine. D’une part, je me faisais snober par un chat, d’autre part, je me faisais humilier par la cliente qui prit le chat sans aucune crainte et surtout, sans se faire snober par la bestiole. Faut croire que c’était peut-être ma tête qu’elles n’aimaient pas. Mais je ne devais pas me préoccuper de ça maintenant, au pire j’irai chez le coiffeur. Je pris le chat dans mes bras, comme le demandait la demoiselle. C’est vrai qu’avec un rat sur l’épaule, ce n’était pas très conseillé de jouer avec un chat, surtout aussi petit et inconscient. Et quelle surprise ! La féline se laissa porter comme si je la connaissais depuis un moment, elle m’accorda même un regard remplit de gentillesse et une petite léchouille râpeuse sur la main. Bon, c’était au moins ça de gagné, mais elle n’allait pas s’en tirer comme ça. Je soufflais intérieurement et me reconcentrais sur mon travail initial.

« Il vous fallait autre chose ? » Je la voyais avec ses paquets de granulés pour rat, et elle ne m’avait rien demandé d’autre en arrivant dans l’animalerie.

La jeune féline était contre le fait que la cliente ait fini ses achats. Elle monta sur une de mes épaules et montra un petit coffret de jouet en plastique, le tout dédié pour rongeur. Elle miaulait pour accompagner ses gestes. Belle stratégie commerciale chaton ! Le coffret comprenait 3 jouets en plastique différent. Un os, une petite balle et une briquette de jus de pomme, qui était malheureusement vide. A côté, une petite gamelle spéciale pour granulé. Le coffret rêvé pour une dompteuse de rat comme elle ! Mais faire de la pub, c’est bien autre chose que de faire acheter quelque chose aux clients. Je repris le chat dans mes bras, évitant qu’elle monte ainsi sur les étagères et qu’elle fasse tout tomber. C’est qu’elle était vraiment prête à tout pour attirer toute l’attention sur elle. Et ça, c’était la dernière chose que je voulais faire ! Surtout pour éviter les ennuis.

« Et bien sûr, notre nouveau coffret spécial rongeur est à -50% cette semaine, une très belle occasion pour vous » Autant finir la stratégie commerciale du chat, ça pouvait toujours l’intéresser, et ça ferait un peu plus d’argent pour rendre le patron content, pourquoi s’en priver ?

Mais maintenant c’était à elle de choisir, elle pouvait directement passer en caisse et partir avec ses granulés, ou alors elle prenait avec un magnifique coffret et son rat allait être le plus content des rongeurs sur l’île ! Mais ça, ce n’était ni au chat, ni à moi de décider.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: S'occuper d'un animal, c'est tout un art. [PV Mel']

Revenir en haut Aller en bas

S'occuper d'un animal, c'est tout un art. [PV Mel']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Age :: L'Animalerie "Les meilleurs compagnons"-