New Age


 
AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Point commun, point de vue (PV Shiroi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

avatar

MessageSujet: Point commun, point de vue (PV Shiroi) Sam 12 Jan - 13:21

Chapter 1 : Un plan diabolique

Il n'était pas dix heures lorsque Scott revint de son footing matinal. Non pas qu'il ait besoin de se maintenir en forme (quoique) mais à l'heure du footing, il avait plus de chance de repérer les lieux, et surtout les habitant(e)s. Lorsqu'il ouvrit la porte de son appartement, la première chose qu'il vit fut Rapace, son chat gris qui ronronnait comme un séisme. En arrivant sur l'ile, se sentant un peu seul dans cet appartement relativement grand, il s'était prit un chaton afin de lui tenir compagnie. Il en avait demandé un affectueux, et celui-là était loin de ne pas l'être. La seule condition était de le nourrir aux heures prévues. Si par malheur on oubliait, les fauteuils étaient là pour rappeler à l'ingénieur qu'il n'avait pas remplit sa part du contrat.
En rentrant, Scott trouva ledit chaton en train de roupiller sur sa veste, lancée à l'arrache sur le canapé. Il soupira en le voyant s'étirer dessus, et se dirigea vers son coin cuisine. Il se servit un café bien noir, bien corsé, le genre de boissons qui vous arrache les yeux et vous donnent un air de psychopathe pendant une journée entière. Cependant, lui, ça le faisait tiquer. D'autant plus que ses yeux n'étaient pas visibles. Il balaya son appartement de son regard électronique et s'arrêta sur une pile de journaux. Ils étaient originaires d'Auckland, sa ville natale, Sydney, Djakarta, Moscou, Paris et La Rochelle. Toutes les villes qui lui servirent d'escales lorsqu'il est partit de chez lui pour venir sur l'ile. Il prit le premier de la pile, regardant avec nostalgie la couverture du Zealand Time, qui montrait l'équipe nationale de rugby mettre une branlée phénoménale à l'équipe française. Il avait assisté à ce match, frissonnant de plaisir lorsque les adversaires de son équipe avaient fait face à leur terrible Haka. Ils sont forts ces français, quand même. Il s'assit aux côtés de Rapace qui dormait, comme les 3/4 de la journée, voire même 90% de la journée, et feuilleta pour la énième fois la liasse de papier et d'encre.

Une fois terminé, il le reposa et alla laver sa tasse. Il n'avait pas encore eu de véritable mission concernant son poste, et l'appellation quant à celui-ci semblait faire des soucieux et des divergences. Pour sa part, il s'en fichait, tant qu'il pouvait vivre tranquillement dans son coin. A l'abri du monde, quoi. Les quelques années qu'il vécut sur l'ile comptaient parmi les meilleures de sa vie, et depuis qu'il avait prit l'appartement isolé dans la résidence trois mois plus tôt, il se découvrait une nouvelle vie. C'était pas pareil que de vivre en compagnie de gens qui vous apprécient ou vous déteste. Elric était repartit sur le continent, et il se retrouvait plus ou moins seul. Il parlait de temps en temps avec ses collègues, avec quelques exceptions, comme la jardinière, qui restait assez réservée, mais dans l'ensemble, c'était un milieu de travail plutôt tranquille.

En début d'après-midi, il travailla sur son manuscrit et ficha une bonne dizaine de feuilles à la poubelle. Il activa d'un simple claquement de doigts sa télévision, qu'il plaça sur la chaîne musicale afin de lui donner de l'inspiration. Lorsqu'il décida de s'arrêter d'écrire, le soleil commençait à se coucher, et il se leva. Il était temps de se préparer. Il enfila un veston simple et un pantalon ample. L'endroit où il souhaitait se rendre nécessitait d'être bien habillé. Il sortit de chez lui, non sans avoir déposé une dose de croquettes dans le bol de Rapace, et se dirigea vers l'établissement scolaire. Il réfléchissait, car il n'avait pas encore trouvé de solutions concernant sa présence sur les lieux, mais il espérait bien qu'il trouverait sur place. Il n'avait généralement pas eu d'ennuis concernant ses petites virées par le passé, et il s'en sortirait tout aussi bien maintenant qu'il avait une place dans le personnel de l'établissement.

Il arriva au pied du bâtiment, et siffla un coup. Il avait toujours été stupéfait de la grandeur de cette bâtisse. Il ouvrit la porte et se dirigea vers le deuxième étage. Du bruit en provenait, et nul doute que les élèves, au vue de l'heure encore faible, devaient être en train de faire les andouilles dans le couloir, énervant par la même la surveillante qui avait changé récemment. Il se souvenait de son époque, où les surveillants faisaient les cons avec les élèves, avant de rappeler tout le monde à l'ordre lorsque l'heure se faisait tardive. Il l'aimait bien, ce mec. La nouvelle surveillante, il ignorait ce qu'elle valait. De toute façon, il n'était qu'un technicien de maintenance qui fait sa ronde pour éviter les incidents de la nuit. Il bossait surtout en début de soirée, et profitait de cette période pour se rincer l'oeil en cachette, et de manière plus ou moins facile. A savoir qu'il avait failli être découvert une paire de fois, mais son don lui permettait de se sortir de catastrophes. Petite visite des douches, et juste avant d'être découvert, la pression de l'eau fait exploser une canalisation. Une pompe était défectueuse, et il cherchait d'où venait le problème (officiellement).

Il se baladait dans le couloir des deuxièmes années. La plupart des élèves, qui connaissaient son métier, le saluaient avec respect, humour, pour certains, et il était fier de cet image d'ancien élève qui avait eu une bonne position au sein de l'école après ses études. Lorsque l'heure serait venue, il se mettrait en position pou observer... Observer quoi ? Comment, et qui ? Ces questions méritaient une réponse, et il se mit à réfléchir, faisant diminuer l'intensité des diodes de son viseur, signe qui montrait que son attention faiblissait.
Revenir en haut Aller en bas

Shiroi Jigoku

avatar

Professeur
❖ Sexe : Masculin
❖ Arrivé le : 14/11/2012
❖ Missives : 100
MessageSujet: Re: Point commun, point de vue (PV Shiroi) Dim 13 Jan - 14:41

<< Moi ? Maltraité mes serviteurs ? Non... Je leur montre juste ce qu'ils sont. >>

Où suis-je ? Hum... encore un rêve d'où je suis spectateur de ma misérable vie d'avant. Pourquoi autant de haine ? Tien, je me rappelle de ce jour. J'étais dans la forêt et ma stupide soeur de substitution accompagner de son chien-chien de frère voulaient absolument que je vienne en forêt avec eux et si j'avais refusé, ils iraient décapiter mon lapin en peluche fait maison moi-même. Alors, je n'avais pas le choie de les suivrent. Finalement j'aurais dû les laissés martyrisé ma peluche, car ce petit séjour dans la forêt était perturbante pour moi. Ils m'ont laissé tout seul dans la forêt, en hiver. J'avais froid, j'avais faim, j'avais soif, j'étais tétanisé à cause des histoires qu'ils m'avaient racontés pendant une heure avant de disparaître. Au final, j'étais resté deux jours et deux nuits dans la forêt sans rien à manger si à boire et rien pour me réchauffer. Quand des inconnus passants par là m'avaient trouvé, ils avaient appelé une ambulance et résultat, trois jours à l'hôpital. Une fois renter je m'étais fait engueuler puis puni d'écran auquel j'avais rarement le droit. Une fois que j'étais dans ma chambre, enfin... le grenier qui me servait de chambre, ma soeur était venue et je me souviens encore de ce qu'elle m'avait dit : " Ben... tu n'es pas très résistant ! En plus tu fais une comédie... " Moi ? Jouer de la comédie ? Et bien je me suis toujours dit qu'un jour je me vengerais. Je n'avais que cela tête, la vengeance.


- Maître, réveillez-vous... il y a Miss Jade qui vous attend devant votre lit en sous-vêtement...

- PARDON ?!

Encore un autre jour banal, un réveil brusque par mon majordome parmi tant d'autres... Et comme à mon habitude un bon poing dans la figure qui soulage mais, qui ne l'arrête pas pour autant. Je me lève et comme chaque matin je me retrouve dans la salle de bain avec ce crétin qui me fait la toilette matinal. Evidement il en profite pour me taquiner à sa façon et comme d'habitude je rétorque à coup de pied un peu partout même entre les jambes. Lutter avec lui est quotidien mais aujourd'hui il a dépassé les bornes. Non, je ne répéterais pas ce qu'il m'a fait et dit... Mais je le pousse contre le mur de la douche, puis je sors attrapant le fouet et lui ordonne de se mettre dos nu face à moi. Il est toujours dans la douche.

- Maître, ne vous fâcher pas, ce n'est qu'une constatation !

- Une constatation faussé et en plus insultante.

Je commença à le fouetter, il sort de petits cris de sa part qui me fit drôlement plaisir à entendre. Après dix coups de fouet, je le lui lance et lui ordonne de le laver puis je descendis du premier étage pour aller déjeuner. Ce que fait Hasley au petit déj' est-ce que je préfère le matin habituellement. Là, fouetter Eliot était une première et j'ai apprécié ce moment.

- Fait-moi chauffé du lait.

Elle m'apporte alors le lait une fois chaud.

- Trop chaud, refroidis-le.

Elle le refroidit sans rien dire.
Hasley n'est pas du tout comme Eliot, elle est obéissante et sérieuse. Lui a beau être obéissant, il n'est pas du tout sérieux et ne manque pas de dire ou de faire ce que je n'aime pas en souriant. C'est bizarre, il n'y a qu'à lui que ça fait ça, normalement c'est à tout le monde... étrange. Après avoir mangé j'ordonne à Hasley d'aller soigner Eliot car, un servant blessé ne me sert à rien. Pendant ce temps je prépare mes affaires pour mes cours car, oui, encore un jour d'école. Après trente minutes d'attende, Hasley range le matériel de soin puis Eliot descend des escaliers sans rien dire. Il s'est peut-être enfin calmer ? Nous partons alors de la résidence des professeurs puis on prend la voiture, Eliot conduit comme d'habitude et me dépose à l'endroit habituelle où je vais passer ma journée. Bien habiller, bien coiffé, prêt à faire cours.
Les cours se passent bien, mes élèves n'ose pas vraiment faire n'importe quoi, ils savent ce qu'il en coûte d'essayer de saccagé mon cours... Le midi arrive déjà et je mange seul, dans mon bureau. Je n'aime pas la compagnie des autres professeurs ou élèves surtout dans le bruit. Je n'aime pas non plus la nourriture du self je préfère celle que me prépare Hasley. Après avoir donc mangé ce qu'elle m'avait préparé, je me repose tranquillement sur mon fauteuil de bureau confortablement installé, pratiquement conçu pour ne pas vouloir se lever. Le soir, Après une journée de cour assez fatigante, j'ai envie de changer un peu mes habitudes. Je n'ai pas envie de vivre comme les vieux tout de suite. Il me vient à l'esprit un divertissement des plus malfaisants. Épier les jeunes demoiselles... Mais où, quand et comment ? Alors, ce sera ce soir et où ? Quand les demoiselles se déshabilleront dans leurs chambres bien sûr. Comment ? Je n'en sais rien pour le moment.
Je m'en vais et pris la voiture où Eliot m'attend dedans. Evidement je ne lui dis pas mon petit plan. Une fois que j'ai mangé puis qu'Eliot m'est lavé, je fis mine de me coucher déjà à cette heure là pour que personne ne s'aperçoit de mon absence. Je prends la voiture et démarra. C'est un plan un peu fou mais ça change de mes habitudes. Une fois arrivée là-bas, je fais mine que j'ai oublié un truc dans mon bureau. Je me rapproche petits à petits des couloirs des deuxièmes années. Si quelqu'un me voit, je sais déjà quel excuse je vais sortir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Point commun, point de vue (PV Shiroi) Jeu 17 Jan - 17:33

Chapter 2 : Rencontre imprévue

Au fur et à mesure de ses réflexions, Scott s'engagea progressivement dans la cage d'escalier qui menait au couloir des troisièmes années. Il croisa des étudiants qu'il appréciait, et en voyait certains se diriger vers la salle de douche commune. Epier les douches lui semblait trop simple. Et surtout, il l'avait déjà fait. Souvent. Il cherchait une nouvelle idée, ui lui permettrait de pouvoir admirer les étudiantes sans risques, et quelque chose de rentable. Parce que les douches, c'était bien, mais ça avait souvent le chic pour cacher le meilleur à cause de la vapeur d'eau chaude. Il s'enlisa de plus de plus dans ses réflexions et se retrouva nez à nez avec une porte condamnée. C'était lui qui l'avait fermée pour cause de chaudière défectueuse dans cette pièce. Lui seul en avait alors la clé.

Il s'y était aménagé un petit espace secret, bien rangé, dans lesquels il avait glissé ses armes de crime. Jumelles, capteurs... Des trucs technologiques qu'il avait bidouillé avec Elric pour pouvoir observer à leur aise. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas utilisé ces outils, depuis le départ d'Elric, précisément. Cela le rendait nostalgique, tous ces objets, et les observations qu'il faisait avec n'avaient pas la même saveur qu'avec son ami. Cependant, il s'autorisa à ouvrir la porte et à la refermer derrière lui. Il souleva la fausse planche qui dissimulait la cachette de ses outils et chercha une idée. Il avait là une petite caméra infra-rouge qu'il avait fabriqué avec son ami. Il ne savait pas trop comment elle fonctionnait, c'était Elric qui s'était chargé des détails. Toujours est-il qu'avec cette caméra et le petit poste récepteur, on pouvait voir comme en plein jour. Allait-il succomber à l'envie de la placer quelque part où il pourrait voir parfaitement ?

Il sortit un tournevis de sa poche, avec une idée en tête qui venait de lui éclairer l'esprit. Il passa une demie-heure à démonter et remonter son idée, et fut satisfait du résultat. Il avait posé la caméra sur une petite structure métallique qui avait la forme d'une araignée. Il s'essaya à quelques manipulations avec son don, et parvenait à la diriger avec excellence. Maintenant que l'outil était prêt, il fallait une idée. Et il ne fallait pas chercher loin. Il rangea l'araignée dans son sac et sortit de la salle, après s'être mis un peu de charbon sur le visage et sur les mains. Il enleva sa veste et sa chemise et sortit. Vue la chaleur qu'il faisait dans la petite pièce, il n'avait eu aucun mal à simuler une activité de réparation intense. Il se dirigea vers la salle de réunion, au rez-de-chaussée, après avoir emprunté les toilettes des garçons pour se débarbouiller, et réenfilé ses vêtements.

Officiellement, il avait fait une petite réparation de routine sur la chaudière. Et en se dirigeant vers la cage d'escaliers qui le mèneraient jusqu'au rez-de-chaussée, où se trouvait la salle où il voulait mettre la Camérachnide, il tomba nez-à-nez avec un homme qu'il avait déjà aperçu dans l'établissement. C'était un prof. Scott lui adressa un léger sourire, puis un léger signe de tête, avant de le dépasser et de continuer sa route. Il n'avait pas encore remarqué qu'il avait oublié de ranger son matériel, encore moins qu'il n'avait pas refermé la porte de la chaudière. Les choses allaient changer, dans cet établissement, mais Scott n'avait plus que son régal du soir en tête, et avec un sourire mesquin, il pénétra dans la pièce où les filles seraient réunies plus tard.
Revenir en haut Aller en bas

Shiroi Jigoku

avatar

Professeur
❖ Sexe : Masculin
❖ Arrivé le : 14/11/2012
❖ Missives : 100
MessageSujet: Re: Point commun, point de vue (PV Shiroi) Sam 19 Jan - 16:28

Spoiler:
 


Je passe dans les escaliers afin de voir les lieux de plus près et rencontre alors un drôle de bonhomme. Il aurait l'air banal s'il n'avait pas son truc à la tête lui cachant les yeux. On dirait une sorte de machine qui lui permettrai de voir. Mais voir quoi ? Que peux voir cet homme qui vient de me sourire ? Je lui répond avec un petit sourire aussi qu'il vit avant de descendre et moi de monter. Il voit normalement avec ce truc, après ce qui serait pratique se serait de voir dans le noir et à travers les murs ou mieux, directement sous les vêtements ! Enfin... je n'espère pas, je ne veux pas être vu nu devant cet inconnu, je n'ose même pas imaginer qu'il voit à travers les habits. Mais je ne m'inquiète pas, au pire si je vois que c'est le cas je n'est qu'à le trouver et HOP, à plus de souvenir. Mais bon, moi je n'ai pas besoin de truc ultra-technologique pour voir les dames en tenus légères...

Je suis dans les couloirs puis j'aperçois la porte de la chaudière ouverte. Je m'approche puis voir pleins de choses intéressantes... une trappe et surtout du matériels dont certains je ne connais pas le nom. Curieux comme je suis, je touche un peu au matériel puis passe la tête pour voir l’intérieur de la trappe, un vrai antre d'espionnage. Je vais m'amuser... j'entre dans la petite pièce aménager et regarde un peu partout. Cet endroit doit être au type de tout à l'heure, avec sa machine sur la tête, j'en suis sur.

Je regarde partout, un vrai poste d'observation. Je m'assis sur le fauteuil et regarde tout autour le repère de l'inconnu. Que vais-je bien pourvoir faire avec tout ça ? Je touche un peu à tout les boutons et voit ce qu'il se passe comme un gamin qui aurait découvert une cachette secrète d'un méchant. Méchant ? Ce n'est pas vraiment " méchant ", je dirais plutôt un intelligent pervers. Dans les films, les gamins se font toujours découvert avec la porte et tut ouverte. Et bien là, c'est moi qui vais le surprendre. Je le lève puis regarde pour voir si quelqu'un arrive puis referme la trappe en prenant les objets autour avant. Je les met sur le bureau puis je m'installe sur le fauteuil où il est sur de me voir une fois dans la petite pièce aménager, l'attendant ainsi comme ça avec un objet à la main que je traficote pour m'occuper jusqu'à son arriver le sourire aux lèvres.

Je me demande s'il a déjà vu miss Enola en petite tenu... Ou encore s'il est intéresser que par la gente féminine ou les garçons... Personnellement moi je m'en fiche fille ou garçon peut m'importe même si je suis attirés par beaucoup plus de catégories de filles que de garçons. J'invite plus les filles dans mon lit c'est comme ça. Je ne pense pas que les homme intéresse cet inconnu bien équipé car n'y a que des endroits que seul les filles y vont comme les douches ou les chambre alors c'est bien un hétérosexuel. Je tiens tout de même à préciser à moi-même que j'aime que coucher avec les garçons et parfois les draguer mais vite et je n'y met pas tout mon énergie non plus. Je préfère prendre mon temps et courtiser les femmes, j'aime beaucoup les femmes et leurs manières de faire et de dire les choses. D'ailleurs cette petite Jade n'échappera pas si facilement de mes " griffes ".

Alors Alors, que fait le maître des lieux ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Point commun, point de vue (PV Shiroi)

Revenir en haut Aller en bas

Point commun, point de vue (PV Shiroi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Age :: Pensionnat-