New Age


 
AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Quand le loup devient l'innocent chaperon... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

avatar

MessageSujet: Quand le loup devient l'innocent chaperon... [Terminé] Mar 1 Jan - 20:20

« Tu as des yeux d’albinos, non ? »

La salle commune. Une pièce meublée confortablement, remplie de fauteuils, de canapés et de sofas bien douillets. Une pièce où le calme ne s’installe que pendant les heures de cours, une pièce qui n’appartient qu’à nous, les étudiants. C’est un endroit que je fréquente beaucoup. J’adore sauter de fauteuil en fauteuil pour rejoindre mes amies installées un peu plus loin, passant sans aucune honte sur les genoux des gêneurs sans m’en préoccuper – la plupart y sont habitués depuis longtemps.
Le seul souci, c’est qu’aujourd’hui, aucune de mes amies n’est là. Je soupire et vais m’asseoir dans un coin de la pièce, calme pour une fois. Eh bien, où sont passés les turbulents et les clowns de service ? Ne me dites pas que ce jour est réservé à l’ennui… Pourtant, les cours viennent tout juste de se terminer et un coup d’œil à ma montre m’informe qu’il n’est que 16h50. Ah, tout s’explique… A 17h, il est possible pour les élèves d’acheter les petits plats que nous préparons au club de cuisine. Parce que j’en fais partie, voyez-vous ! Certes, je ne suis pas la plus douée, mais j’en fais quand même partie, c’est bien, non ? A cette heure-ci, tout le monde devait déjà faire la file pour acheter sa viennoiserie… Des fois, je trouve bien dommage que mes camarades soient si gourmands…
N’y aura-t-il donc personne pour résister à la tentation du club de cuisine ? Je fais rapidement le tour de la salle des yeux. Quelques élèves font leurs devoirs ici et là, d’autres lisent et il y a deux groupes qui discutent chacun de leur côté. La plupart sont plus âgés que moi et, même si je ne veux pas l’admettre, ça me gêne de parler avec un aîné. Je n’ai aucun mal avec les adultes, ce sont les autres élèves qui m’intimident… Ils ont l’air plus expérimentés, plus savants, plus sages, et je me sens tellement inférieure par rapport à eux… Je suis sûre qu’ils savent tous contrôler leur don à la perfection ! Dire que je manque de tuer quelqu’un à chaque apparition de ma louve…
Eh oui, je suis parfois timide ! Qui l’eût cru, hein ? Voilà une autre facette de ma personnalité : Miharu le petit scarabée. Je fais la moue en pensant à ma propre faiblesse et lisse doucement le bout de ma robe qui m’arrive aux genoux. Je suis habillée simplement aujourd’hui, pas d’extravagance ni d’originalité. Une robe blanche sur laquelle j’ai ajouté des bouts de tissu rouges, qui forment des spirales et des vaguelettes – comme celles de mes tatouages. On ne remarque presque pas que j’ai personnalisé cette robe si simple, c’était comme si je l’avais achetée ainsi. Je porte aussi des ballerines blanches et un serre-tête rouge dans les cheveux. C’est tout. Difficile à croire qu’hier encore, je me promenais en yukata, hein ?
Soudain, mon attention est attirée par un garçon qui vient d’entrer. Lui aussi a l’air plus âgé – génial ! Encore un mec à ne pas approcher… Cachée dans mon coin, je le fixe de mes yeux rouges. Tiens, c’est bizarre, on dirait que… Je me lève d’un coup et vais à sa rencontre alors qu’il s’installe dans un des canapés libres.


« Tu as des yeux d’albinos, non ? »

C’était on ne peut plus stupide. Je vois très bien qu’il n’est pas albinos : ses cheveux ne sont pas blancs et ses yeux sont presque marrons. Mais ils ne le sont pas tout à fait et je suis certaine qu’il tient ça d’un albinos. Vous pouvez me croire, je m’y connais : ne suis-je pas moi-même atteinte de l’albinisme ?
Je devrais sans doute m’excuser de l’agresser ainsi alors que je ne le connais absolument pas – et qu’il est plus vieux que moi –, mais je n’en fais rien. Aujourd’hui, mort à la timidité !


« Je m’appelle Miharu. Miharu Okami. »

Le pire, c’est que je lui souris. Avec ma robe, mon serre-tête et mon sourire d’ange, je crois que j’ai l’air d’une vraie petite gamine innocente. Je dois même avoir l’air d’avoir moins de quinze ans… Une vraie enfant face à un jeune homme qui n’a pas vraiment l’air sociable : j’ai peur et je regrette déjà d’avoir été lui parler…


Indianred


Dernière édition par Miharu Okami le Dim 20 Jan - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Aidan Ryota Clear-Closed

avatar

Psychic bronze
❖ Sexe : Masculin
❖ Arrivé le : 27/12/2012
❖ Missives : 72
MessageSujet: Re: Quand le loup devient l'innocent chaperon... [Terminé] Mar 1 Jan - 21:34

Sans troubler le silence, Aidan était entré et venait de s’asseoir dans un des canapés libre de la salle commune. Il était resté près du seuil quelques minutes à attendre. Aucun bruit, il avait donc conclus que la pièce était vide. Aussi fut il surprit d’entendre soudainement parler.

« Tu as des yeux d’albinos, non ? »

Le jeune homme manqua de peu de sursauté. Lui qui se croyait seul…encore loupé. A la mention du terme « des yeux d’albinos », il se figea légèrement et resta ainsi un moment.

*Pourquoi les gens ne pouvait il pas s’empêchera de lui faire une réflexion sur ses yeux ? Encore une petite nouvelle qui ne sait pas quoi…*.

Tout en pensant, il se retourna.

*…inventer…*

Il se retrouva face à une jeune fille.

« Je m’appelle Miharu. Miharu Okami. »

Aidan la regarda bouche ouverte. Elle souriait, était vêtu d’une petite robe blanche, avait un air enfantin. Et surtout ses cheveux était blanc et ses yeux rouges…

* Une albinos, une vrai…roh mais n’importe quoi « une vraie » ce n’est pas une espèce d’animal rare ! Abruti !*

Il se mit une gifle mentale et secoua la tête. Fermant sa bouche, il prit un air moins étonné. S’apercevant qu’il n’avait même pas répondu à la question de cette nouvelle camarade. Il se força donc à dire quelque chose.

« Euh…Ils ne sont pas complètement rouge en fait…mais yeux je veux dire. »

Il fronça les sourcils gêner, il n’aimait parler de lui, de la famille, des origines, tout se genre de choses. Il hésita alors un peu, et se dit qu’un petit détail n’avait sans doute pas bien d’importance.

« On ma dit…ma mère ma dit que ça devait venir d’une lointaine cousine ou tante, je ne sais pas exactement. »

Il haussa les épaules.

« Peu importe. ».

Aidan se réinstalla correctement dans le canapé, s’enfonçant dedans. Peut être cette drôle de fille allait t’elle partir, peut être pas. Feuilletant le livre qu’il avait emmené, il décida de faire un bref effort. Après tout, il ne cherchait pas à se montrer antisocial, juste désagréable et distant.

« Tu serais sans doute mieux assise, pour discuter », dit il sans se retourner.

Libre à elle de venir, ou de s’en aller.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand le loup devient l'innocent chaperon... [Terminé] Mar 1 Jan - 22:28

« Tes yeux sont très beaux… »

Il me regarde et a l’air étonné. Au début, j’avais cru voir de la colère dans ses yeux mais, visiblement, je me suis trompée… Tant mieux ! En fait, il n’a pas l’air si méchant que ça. Je dirais même qu’il réagit normalement – toutes les personnes que j’agresse et qui ne me connaissent pas préfèrent garder leurs distances, en général.

« Euh… Ils ne sont pas complètement rouges en fait… mes yeux je veux dire. »

Incroyable ! Il ne m’a pas niée et m’a quand même répondu ! Je suis aux anges : peut-être que mes aînés sont fréquentables, en fin de compte ! Je le vois froncer un peu les sourcils. Oui, je l’ennuie, mais ce n’est pas comme si ça me dérangeait plus qu’autre chose. J’ennuie souvent les gens sans le vouloir et je le sais très bien mais, tant que mon interlocuteur me tolère et ne souhaite pas me frapper, je reste avec lui. Car si je devais abandonner dès les premiers signes d’énervement, je crois bien que mes amis se compteraient sur les doigts d’une main !

« On m’a dit… ma mère m’a dit que ça devait venir d’une lointaine cousine ou tante, je ne sais pas exactement. »

Donc, un membre de sa famille avait été albinos… Waw, ça me fait tout bizarre. Je sais que d’autres gens sont comme moi mais je n’en ai jamais rencontré et le fait qu’on m’en parle, ça fait vraiment tout drôle… J’ai parfois l’impression d’être seule au monde et d’être unique plus que je ne le devrais – un don, c’est déjà bien assez ! Y penser me ruine toujours le moral alors je fais tout mon possible pour me considérer comme quelqu’un de normal. Mais je ne le suis pas et ne le serai jamais. Bah, tant pis, ou devrais-je dire : tant mieux ! Ne dit-on pas qu’être unique au monde est une chose souhaitable ? Si ça se trouve, ma simple existence incarne le rêve de tas de gens ! Je devrais sans doute être heureuse… Eh bien, je le suis ! Mon sourire ne disparaîtra pas. Pas aujourd’hui.

« Peu importe. »

Oui, peu importe. Peu importe qu’on soit différent ou pas, qu’on soit unique ou pas. On est comme on est, et c’est tout. Il se réinstalle dans le canapé et reprend son bouquin. Non, pas ça… Ne me dites pas que la conversation va se fermer, comme ça… J’avais donc tort : les aînés resteront encore et toujours des êtres mystérieux qui n’acceptent de communiquer qu’avec leurs semblables de leur âge…

« Tu serais sans doute mieux assise, pour discuter. »

Un large sourire illumine mon visage. Il ne le sait sans doute pas encore, mais il n’aurait jamais dû dire ça. Cette simple phrase marque la mort de sa solitude et de son calme. Le pauvre ne me connait vraiment pas…
Plus que ravie, je m’assieds – ou plutôt, me jette – dans le canapé à côté de lui. Je suis excitée plus que je ne voudrais l’admettre : je vais enfin pouvoir parler à un « grand » !


« Merci ! »

J’essaie de me calmer et de réduire un peu mon sourire. Par miracle, j’y arrive et le fixe dans les yeux. Ma timidité s’estompe totalement, je me sens détendue et sereine, comme à l’accoutumée.

« Tes yeux sont très beaux. Tu ne les aimes pas ? »

J’avais remarqué qu’il ne semblait pas très heureux de parler de ses yeux. A moins que ce ne soit pas ça qui le dérange… Oh non, ne me dites pas que ce qui l’avait gêné, c’était le fait d’avoir un membre albinos dans sa famille ? Pitié, tout sauf ça… Si ça se trouve, il me déteste déjà à cause de ma maladie et se montre juste poli envers moi…

« Et… Qu’est-ce que tu lis ? »

Sûrement un livre compliqué que je ne comprendrais pas – je ne suis qu’en première année, après tout. En fait, je me fiche éperdument de ce bouquin. Je veux juste lui donner l’occasion de changer de sujet. Comme ça, s’il ne veut plus parler de ses yeux à moitié albinos, il ne le fera pas. Je ne veux pas qu’il me haïsse encore plus à cause de ma curiosité… Et voilà que ma timidité revient…


Indianred
Revenir en haut Aller en bas

Aidan Ryota Clear-Closed

avatar

Psychic bronze
❖ Sexe : Masculin
❖ Arrivé le : 27/12/2012
❖ Missives : 72
MessageSujet: Re: Quand le loup devient l'innocent chaperon... [Terminé] Mer 2 Jan - 11:47

« Merci ! »

Le jeune homme acquiesça d’un vague signe de tête. Et regarda la jeune fille s’installer, ou plutôt se jeter à coté de lui, un grand sourire sur le visage. Elle semblait ravie. Il l’observa, comme il observait tout le monde. Elle paraissait très jeune, une première année sans doute. Heureuse d’être là, à première vue.

« Tes yeux sont très beaux. Tu ne les aimes pas ? » Demanda t’elle.

Aidan releva le nez de son bouquin.

« Merci. Mais qu’est ce qui te faire dire ça ? ».

Il réfléchit rapidement, et enchaina sans laisser à sa camarade le temps de répondre.

« Je n’ai rien contre en fait. C’est original et apparemment ça plait à de nombreuses filles… »

*Bien que la raison de ce phénomène reste un mystère pour moi.* pensa t’il.

Les filles qui c'étaient intéressées à lui, bien que ce n'est pas forcément durait longtemps, avaient toujours fait pour la plupart une espèce de fixation sur ses yeux.

« Simplement, les gens sont un peu lourd avec ça. On me pose souvent des questions aussi idiotes que bizarre. Je ne sais pas pour toi, mais c’est exaspérant à force. »

Il croisa les bras.

« La dernière en date m’a demandé si ma vision était en couleur ou uniquement rouge. »

Il soupira.

« Quelle dinde. »

Aidan se replongea dans son bouquin, ce jusqu'à ce que la jeune fille lui pose une nouvelle question.

« Et… Qu’est-ce que tu lis ? »

« Tous ses gestes qui vous trahissent. »

Il marqua une pause.

« Ca donne la signification de geste du quotidien, que l’on fait souvent sans s’en rendre compte et qui donnent des informations particulières sur nous. Comme croiser les bras, et touché sans arrêt ses cheveux. »

Nouvelle pause.

« C’est intéressant. »

Il doutait néanmoins que sa passionne sa compagne.

« Enfin pour ceux que ça intéresse. »

* Ah ba oui c’était brillant comme phrase, bravo… *

Aidan passa la main dans ses cheveux. Et se mordit aussitôt l’intérieur de la lèvre.

*Si elle me demande ce que ca signifie je suis cuit… *

Le fait de se passer la main dans les cheveux étant généralement un signe de spécialité, dans son cas, cela lui arrivait de faire ça pour se donnait une contenance.

« Tu es en première année c’est ça ? » demanda t’il comme pour changer de sujet.

Il en était presque sur, mais bon quitte à orienté le sujet. Mine de rien, le jeune homme parler, et pour le moment ne c’était pas encore montrer désagréable ou agressif. Etrange non ? Laissant son regarde retourner à son livre, il ne lu cependant pas et se contenta de la fixer. Il lui était difficile de concentrer avec quelqu’un ainsi à coté. Surtout que la jeune fille l’avait déjà surprit une fois, il ne tenait pas particulièrement à ce que ça se reproduise. Lorsqu’on était surprit, on ne savait jamais si ça allait être en bien ou en mal. Et parfois, cela lui faisait parfois perdre, peut être même souvent, la façade neutre et contrôlé qu’il essayait d’afficher. Aussi il attendit patiemment, pour une fois, que sa camarade lui réponde, guettant ce qu’elle allait dire. Elle se montrait plutôt amicale certes, mais cela n’allait sans doute pas durer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand le loup devient l'innocent chaperon... [Terminé] Ven 4 Jan - 14:30

« Troisième ? Quatrième année ? »

« Merci. Mais qu’est ce qui te faire dire ça ? »

Visiblement, il n’a pas l’air de m’en vouloir. Il n’a pas évité la question et me répond sans gêne. Tant mieux : je n’aurais pas supporté me faire un ennemi…

« Je n’ai rien contre en fait. C’est original et apparemment ça plait à de nombreuses filles… »

Voilà qui me rassure : le fait que ses yeux soient à moitié albinos ne le dérange pas. Je soupire presque de soulagement tellement je suis contente.

« Simplement, les gens sont un peu lourds avec ça. On me pose souvent des questions aussi idiotes que bizarres. Je ne sais pas pour toi, mais c’est exaspérant à force. »

J’acquiesce pour lui dire que je comprends. Pour moi qui suis totalement albinos, il est fréquent que des gens me posent des questions – parfois vraiment déplacées. Mais je ne leur en tiens pas rigueur, même si j’ai parfois l’impression d’être traitée comme un monstre de foire. Cependant, ma bonne humeur et ma joie constantes font souvent oublier aux gens que je suis différente d’eux et ils me considèrent comme une de leurs camarades, tout à fait normale.

« La dernière en date m’a demandé si ma vision était en couleur ou uniquement rouge. »

Je le regarde, éberluée. Sérieusement ? Comment pouvait-on être si stupide… ? Si on me demandait ça, je ne crois pas que je réussirais à le prendre à la rigolade…

« Quelle dinde. »

C’est déplorable de voir le niveau d’intelligence de certaines personnes… Heureusement que celles-là restent en minorité !


« Ça, c’est sûr… »

Je n’insulte jamais les gens, mais là, il y a de quoi… Et puis, je ne l’ai pas vraiment insultée, cette fille… J’ai juste approuvé l’avis de mon interlocuteur dans la plus pure des politesses, voilà !

« Tous ses gestes qui vous trahissent. »

Ah, c’était le nom de son livre. Je m’en fichais bien, maintenant, et j’avais déjà oublié que je lui avais posé la question… Bah, je n’allais quand même pas lui dire de ne pas parler de ça si je le lui avais moi-même demandé ! J’écoute donc, mon petit sourire habituel sur les lèvres.

« Ça donne la signification de gestes du quotidien, que l’on fait souvent sans s’en rendre compte et qui donnent des informations particulières sur nous. Comme croiser les bras, et toucher sans arrêt ses cheveux. »

Je fronce les sourcils, essayant de comprendre. J’avais déjà entendu parler de ça, mais en faire toute une étude… Aaah, c’était barbant !

« C’est intéressant. »

Je me mords la lèvre inférieure. Il aimait ça, lui ?

« Enfin pour ceux que ça intéresse. »

Il a sûrement remarqué que ça ne m’intéressait guère… Mais était-il en train de me traiter d’idiote, là ? Heureusement que je ne suis pas susceptible, j’aurais pu mal le prendre ! Il se passe la main dans les cheveux mais c’est à peine si je le remarque. Je peux me montrer très observatrice parfois, mais de là à décrypter chaque petite geste…

« Tu es en première année c’est ça ? »

Je lui souris à nouveau, contente de pouvoir parler. Je ne suis pas une pipelette, non, mais j’ai toujours aimé m’exprimer… Est-ce une mauvaise chose ?


« Oui, je suis en première année. J’ai quinze ans. »

Il est perspicace, en plus de ça… Et s’il sait donner une signification au moindre geste, alors ce mec pourrait devenir inspecteur de police, ou mieux encore !

« Et toi, tu es en troisième ? Quatrième année ? »

Je ne savais pas exactement en quelle année il était, mais j’étais presque sûre que c’était au-delà de la seconde...

« Et pour répondre à ta question, je trouve que tes yeux sont beaux parce qu’ils sont originaux. Le simple fait qu’ils ne soient pas comme ceux de tout le monde suffit à plaire. Mais bon, vu qu’ils sont un peu albinos, je crois que mon avis ne peut pas être impartial… »

Je rigole doucement, le visage radieux. Je me souviens alors de mes anciennes amies, celle du monde normal… Je les imagine à des centaines, si pas des milliers de kilomètres de moi. Et je me sens un peu, un tout petit peu triste. J’ai l’impression que nous vivons dans des dimensions différentes et pourtant, il me suffirait d’un simple avion pour les retrouver… Elles me manquent. Quand je souriais et riais, elles me disaient que j’étais mignonne et adorable. J’étais la plus jeune du groupe et elles me traitaient comme leur petite sœur. Je les adore vraiment. Peut-être qu’un jour, je pourrais les revoir ? Alors, je continue à sourire, en espérant que ce jour arrive vraiment…

Indianred
Revenir en haut Aller en bas

Aidan Ryota Clear-Closed

avatar

Psychic bronze
❖ Sexe : Masculin
❖ Arrivé le : 27/12/2012
❖ Missives : 72
MessageSujet: Re: Quand le loup devient l'innocent chaperon... [Terminé] Sam 5 Jan - 17:29

« Oui, je suis en première année. J’ai quinze ans. » Avait répondu sa camarade.

Aidan c’était contenté de fermer brièvement les yeux. Il était évident que la jeune fille faisait partie des première années. Et il ne l’aurait sans doute pas imaginé ailleurs.

« Et toi, tu es en troisième ? Quatrième année ? »

« Troisième année. » répondit il à son tour.

*Eh oui…mine de rien, le temps passe. Vraiment, mine de rien… *.

« Et pour répondre à ta question, je trouve que tes yeux sont beaux parce qu’ils sont originaux. Le simple fait qu’ils ne soient pas comme ceux de tout le monde suffit à plaire. Mais bon, vu qu’ils sont un peu albinos, je crois que mon avis ne peut pas être impartial… »

Le jeune homme regarda attentivement sa compagne tandis qu’elle parler. Ne la quittant pas des yeux, il haussa les épaules.

« Eh oui j’ai l’originalité dans le sang que veux tu. » Dit-il en gardant son air sérieux. « Toi aussi. » rajouta t’il.

Il continua d’observer cette fille, qui lui semblait de plus en plus radieuse. Elle était sans doute de nature heureuse. Et il lui en fallait peu pour se sentir bien. Aidan enviait les gens comme ça, capable d’être réellement de bonne humeur. Car dans son cas de figure, il s’agissait plus de paraître que de vrais sentiments. Sa camarade si souriante, lui parut s’éloigner quelques peu dans ses pensées, et au bout de quelques minutes il décida de briser le léger silence qui avait à peine eu le temps de s’installer.

« Au fait, comment t’appel tu ? » Demanda-t-il.

C’était toujours plus pratique de savoir le prénom de la personne avec laquelle on discutait. A moins bien sur qu’elle ne représente aucun intérêt.

« Et je me demandais aussi, continua t’il. Quel est ton pouvoir ? ».

Il prit une intonation agréable pour poser cette question. Parfois cela contrarié les gens de devoir y répondre. Mais il ne pouvait s’empêcher de la poser. Il aimait savoir à qui ou quoi il avait à faire. C’était ainsi.

Refermant son livre, il le posa sur l’accoudoir. Ayant une personne avec qui faire la conversation, il ne lui était pas utile pour le moment, et il n’avait pas la tête à essayer de se concentrer de toute façon.

« A quoi pensais-tu ? » Demanda-t-il ensuite.

Libre à la jeune fille de lui répondre ou non.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand le loup devient l'innocent chaperon... [Terminé] Sam 5 Jan - 18:25

« Rawr »

« Troisième année. »

J’avais deviné juste ! – ou presque… Eh bien, pour une fois que j’arrive à deviner quelque chose…

« Eh oui j’ai l’originalité dans le sang que veux-tu. »

Ce mec était bizarre, voire sérieusement louche. Il disait une blague mais sans même esquisser l’ombre d’un sourire. Je ne rencontrais pas souvent des gens comme ça… Était-ce parce qu’il était grand ? Est-ce que quand moi, j’aurai son âge, je deviendrais comme lui ?

« Toi aussi. »

Pas faux. Pour être originale, je suis originale ! Un pouvoir, déjà. Et l’albinisme ensuite. Ce n’était pas rien, ça commençait même à faire vachement beaucoup ! Je le regarde en souriant doucement, me disant qu’il est beaucoup trop sérieux. Ça ne pouvait pas être dû à son âge : j’ai déjà vu des quatrièmes années s’amuser… Eh bien, peut-être était-ce un Kami qui avait mis ce garçon sur mon chemin ! Ma mission devait être de le rendre plus joyeux, à n’en pas douter. Et c’est avec plaisir que j’accomplirai mon devoir dès que l’occasion se présentera, je vous le garantis !

« Au fait, comment t’appelles-tu ? »

Ah, il a déjà oublié ? Je lui ai déjà dit mon nom, pourtant… Bah, il fallait avouer que je l’avais agressé et surpris, c’est sûrement normal qu’il ne se souvienne pas. Un jour, il faudra que j’apprenne à me maîtriser !

« Et je me demandais aussi… Quel est ton pouvoir ? »

Tiens, sa voix a changé. Oui, je ne remarque peut-être pas quand on se passe la main dans les cheveux mais quand l’intonation change, ça, j’y fais attention ! Je comprends pourquoi : les pouvoirs peuvent parfois être un sujet tabou. Certaines personnes ont des pouvoirs vraiment étranges et ne préfèrent pas en parler, c’est ainsi. Heureusement, ce n’est pas mon cas. De toute façon, la plupart des internes savent déjà quel est mon pouvoir. Soit ils l’ont vu, soit ils en ont entendu parler. Pourtant, mon pouvoir n’est ni dangereux ni meurtrier, il est juste insolite. C’est rare de pouvoir invoquer un animal, et un animal imposant et peu commun, ça attire souvent les regards…
Je vois avec plaisir mon interlocuteur refermer son livre. Mine de rien, je ne connais pas son nom non plus. Il pose l’ouvrage sur l’accoudoir. Je prends ça comme un bon signe : ça veut dire que je ne l’embête pas tant que ça et que me parler ne doit pas le déranger. Génial !

« A quoi pensais-tu ? »

L’espace d’une seconde, mon sourire s’efface. Mais à quoi m’attendais-je ? De la part de quelqu’un qui lit Tous ces gestes qui vous trahissent, c’est normal qu’il ait remarqué mon petit moment d’absence, non ? Je souris de nouveau.


« Je m’appelle Miharu Okami. Et toi ? »

Miharu Okami… Ce nom aux sonorités japonaises en surprenait plus d’un. Pourtant, je ne vois pas le problème : quand on regarde au-delà de mon albinisme, on remarque vite mes traits purement asiatiques…

« Je pensais à mon ancien chez-moi, au Japon. Dans le monde normal. A mes amis, à ma famille. Tout ça me manque… »

Et mon sourire disparaît de nouveau. Je fixe le sol, triste. Non, qu’est-ce que je fais ? Moi, être triste ? C’est impossible ! Je lève les yeux vers mon nouvel ami, l’air malicieux. Dans deux secondes, il me détestera… Mais est-ce de ma faute ? Non, c’est lui qui m’a demandé quel était mon pouvoir… Et, sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit, je lève les mains à hauteur de mon visage en faisant « Rawr ». Au même moment, une énorme boule de poils blanche bondit de derrière le canapé, fonçant droit sur le jeune homme, le faisant tomber par terre. Boule de poils qui disparut aussitôt, comme évaporée. Moi ? Je me tords de rire sur le canapé, me serrant les côtes tellement je ris. Le pauvre ne doit rien comprendre !

« D-Désolée… » fais-je en essayant de me calmer. « C’était plus fort que moi… »

Après des efforts surhumains, je parviens à me calmer et lui tends la main pour l’aider à se relever, toujours perchée sur le canapé.

« Je peux me cloner sous la forme d’une louve. Seulement, ça m’épuise et j’ai trop utilisé mon pouvoir ces derniers temps, donc je ne peux pas te montrer plus que ça… Mais ne t’en fais pas, un jour, je te ferai voir toute l’étendue de la puissance d’Amaterasu ! »

Soudainement, je me souviens du sérieux qu’affiche toujours mon nouvel ami et je me dis qu’il risque de m’en vouloir… Un peu gênée, je lui demande :

« Tu… Tu ne m’en veux pas, hein ? »


Indianred
Revenir en haut Aller en bas

Aidan Ryota Clear-Closed

avatar

Psychic bronze
❖ Sexe : Masculin
❖ Arrivé le : 27/12/2012
❖ Missives : 72
MessageSujet: Re: Quand le loup devient l'innocent chaperon... [Terminé] Dim 6 Jan - 15:10

« Je m’appelle Miharu Okami. Et toi ? ».

*Oups…*

Il se mordit la lèvre, et se mit mentalement une baffe.

* Cervelle cacahuète !! Mémoire de…de…de poisson chat !*

Le jeune homme fit une vague grimace. Non ce n’était pas « poisson chat » le bon terme.

*…Poisson rouge…oui c’est ça, poisson rouge !*

Il secoua la tête, revenant à la situation principale.

« Tu me l’avais dit…Faute d’inattention, j’ai la tête ailleurs parfois. Je m’appel Aidan. Mon nom complet est Aidan Ryota Clear-Closed. C’est un peu…long, j’avoue. »

Pourquoi donc parlait-il autant ? Il n’était pas nerveux. Peut être était ce simplement parce que cette fille était sympa. Elle n’avait que peu d’importance, en tant que première année, néanmoins elle avait le mérite d’être distrayante.

« Je pensais à mon ancien chez-moi, au Japon. Dans le monde normal. A mes amis, à ma famille. Tout ça me manque… » Dit elle.

Ah oui ? Encore une gamine nostalgique de chez elle. C’était si beau, si bien, si merveilleux…Le jeune homme leva les yeux au ciel. Ce genre de niaiserie avait une bonne tendance à l’agacer. Si les gens se trouvaient si bien chez eux, il n’avait qu’à y rester. Il soupira. Elle lui parut triste l’espace d’un instant, et il se demanda si cela avait un lien avec sa réaction, avant de hausser les épaules. Ce n’était pas son problème après tout. Soudainement, sa camarade le regarda avec un air malicieux, à moins qu’il n’eu rêvé. Et sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit, elle leva les mains à hauteur de son propre visage et émit un son, vaguement semblable à un grognement. Aidan esquissa à peine le début d’une mine perplexe quand une énorme masse blanche lui tomba dessus et l’éjecta par la même occasion du canapé.

*Gnnehh…qui, que, quoii ?!*

Il se redressa rapidement et s’avisa qu’il n’y avait pas trace de son agresseur, et que Miharu se tordait de rire.

« Je peux me cloner sous la forme d’une louve. Seulement, ça m’épuise et j’ai trop utilisé mon pouvoir ces derniers temps, donc je ne peux pas te montrer plus que ça… Mais ne t’en fais pas, un jour, je te ferai voir toute l’étendue de la puissance d’Amaterasu ! »

« Tu… Tu ne m’en veux pas, hein ? » Demanda t’elle au bout de quelques minutes.

Se relevant complètement, il soupira une énième fois.

« Ne m’en veux pas non plus alors. »

D’un geste rapide, il effleura du bout des doigts ceux de la sa compagne. Son intention n’était pas de lui faire réellement du mal. Juste de lui paralyser les deux premières phalanges…

Ceci fait, il recula ensuite et s’appuya sur l’accoudoir à l’autre bout du canapé. Il observa Miharu.

L’inconvénient de son don, ou pouvoir, qu’importe le nom qu’on lui donnait, se résumer dans son étrange irrégularité. Parfois, Aidan en faisait ce qu’il voulait, d’autres fois, il ne dosait pas assez et le résultat escompté était assez faible. Mais la plupart du temps, il avait la main sacrément lourde. Cela ne l’empêcher pas de l’utiliser à tord et à travers pourtant. Ce qui lui avait déjà valu par le passé quelques ennuient. Néanmoins, ça ne l’arrêtait pas pour autant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand le loup devient l'innocent chaperon... [Terminé] Jeu 10 Jan - 19:42

« C'est trop cool ! »

Je le regarde se relever sans mot dire, inquiète. Il n’a pas l’air très content… Je dirais même qu’il a l’air assez fâché !

« Ne m’en veux pas non plus alors. »

J’ai peur. Cette voix grave, ce regard assassin, je pense vraiment qu’il va me frapper – ou pire, me tuer ! Qui sait quel pouvoir il possède ? Si ça se trouve, s’il est là tout seul, c’est qu’il y a une raison de l’éviter… Je vois sa main se lever et, instinctivement, je ferme les yeux. Le coup tarde à arriver et je soulève les paupières. Au final, je n’ai senti qu’un léger frôlement au niveau des doigts.
Mon regard se pose sur les iris bordeaux du jeune homme. On dirait… On dirait qu’il attend que je fasse quelque chose. Je regarde alors ma main, persuadée que je vais y trouver une couleur bizarre, des pustules ou un truc du genre. Mais là aussi, je reste perplexe. Ma peau est intacte et je ne sens toujours aucune douleur… Peut-être possède-t-il un pouvoir à retardement, ce qui expliquerait pourquoi il me fixe de cette façon…
Ne pas savoir me rend malade. Que va-t-il se passer et quand est-ce que ça arrivera ? Et puis, je comprends. Aidan ne possède pas de pouvoir à retardement. C’est moi qui ne me suis pas rendue compte du problème. En effet, je ne peux plus bouger ma main. Cette soudaine paralysie s’étend du bout des ongles jusqu’au poignet. Je mets un petit temps avant de parler à nouveau à Aidan, beaucoup plus calme cette fois.


« Waw… C’est impressionnant… »

Et puis, sans crier gare, mon excitation naturelle revient et un large sourire vient illuminer mon visage d’ange.

« C’est trop cool ! Et ça dure combien de temps ? »

Ce n’est pas que j’aimerais pouvoir bouger ma main mais… Une main, c’est utile, quand même ! En plus, il avait touché ma main droite et c’était elle qui m’était le plus indispensable. Comment je vais faire pour manger, peindre et m’entraîner à la calligraphie, maintenant ? Et cuisiner pour le club ? Et même écrire pour les cours ?

Indianred


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Aidan Ryota Clear-Closed

avatar

Psychic bronze
❖ Sexe : Masculin
❖ Arrivé le : 27/12/2012
❖ Missives : 72
MessageSujet: Re: Quand le loup devient l'innocent chaperon... [Terminé] Ven 11 Jan - 19:00

Le jeune homme observait sa camarade, dans l’attente d’une quelconque réaction. Il eu l’impression de l’avoir un peu affolée. Néanmoins il lui sembla qu’elle reprit son calme assez rapidement, et au bout de quelques minutes elle se décida à parler.

« Waw… C’est impressionnant… » Dit elle.

*Ah ? Vraiment ?*

Il fut surprit, ne s’attendant pas à un tel enthousiasme. Il n’en montra cependant rien.

« Evidemment. » se contenta-t-il de répondre. Comme si cela allait de soit.

« C’est trop cool ! Et ça dure combien de temps ? »

Aidan tressaillit à peine, presque imperceptiblement. En théorie, il avait voulu la paralysie plutôt légère, donc l’effet était court. Il n’en était néanmoins pas sur à cent pour cent. Mais il ne pouvait pas répondre à Miharu qu’il ne savait pas.

« Ca ne devrait pas durée très longtemps. » dit-il. « C’est une question de minutes. »

Combien de minutes en revanche, ça…Peu importait, cela finirait bien par passer, et elle retrouverait tôt ou tard l’usage de sa main. Il ne pouvait simplement pas dire quand avec exactitude voila tout.

Il croisa les bras.

* Et maintenant ? se demanda t’il mentalement*.

Il n’avait plus l’habitude de discuter aussi longtemps avec une personne sans finir par se disputé avec. Les choses avaient encore le temps de tourner mal. On était jamais sur de rien après tout, enfin du moins dans une certaine mesure.

« Je ne vois pas quoi te dire de plus. » lâcha t’il au bout d’un moment.

Bien sur, il aurait pu essayer de continuer à faire la conversation comme de rien, comme si tout était merveilleux…

* Les oiseaux chante, les pissent après les fleurs, et les petit poneys font des caca papillons…le bonheur…* pensa t’il.

Aidan était un peu las, faire semblant demander déjà beaucoup d’effort, alors tenir une conversation, relancer un sujet, plaisant pour son interlocutrice, et dont il n’aurait rien à faire, était au dessus de ses forces. Mais peut être allait elle, d’elle-même trouver quelque chose. Ca ne l’étonnerait pas. Il délaissa l’accoudoir et se laissa tomber de nouveau dans le canapé. Enfoncé dans les coussins, il ferma les yeux et attendit. Il ne se détendit pas pour autant, et resta sur ses gardes. Cependant, le manque de sommeil le rattrapa et il s'endormit.


Il était chez son père, l'année de ses onze ans, et il avait trouver refuge dans le placard sous l'évier...M. Van Haken assis dans son immense fauteuil en cuir devant son poste de télévision regardait son équipe disputé un match important contre une autre équipe. Quel sport? Aidan ne le savait pas à l'époque. Il s'agissait de foot. Sport que le garçon détesterait par la suite. Quand une panne de courant survint, plongeant l'appartement dans le noir le plus total, l'homme du se trouver une nouvelle occupation. Aidan ne bougea pas, à l'abri, en boule au fond du meuble, tandis que son père l'appelait, le cherchait. Il ne fallait pas faire de bruit. Sinon il le trouverait et si c'était le cas...Il ne fallait pas, cependant essayant de trouver une position vaguement plus confortable, il se cogna. Et pesta contre cet idiot de placard...Puis plaqua ses deux mains sur sa bouche...

Sur le canapé, Aidan s'agitait.

Les portes s’ouvrirent et deux mains l'attrapèrent.


Le jeune homme se redressa violemment tout en ouvrant les yeux, et dévisagea un instant Miharu.

Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand le loup devient l'innocent chaperon... [Terminé] Ven 18 Jan - 21:42

« Hey... Ça va ? »

« Ça ne devrait pas durer très longtemps. C’est une question de minutes. »

De minutes… ? Me voilà bien soulagée : l’espace d’un instant, j’ai vraiment cru que ça allait durer plus longtemps. Rassurée, je me perds dans la contemplation de mon membre paralysé. Aidan avait neutralisé toutes les terminaisons nerveuses et ce qui s’y rapportait de ma main droite… Le jeune homme possède un pouvoir puissant, c’est certain… J’espère juste qu’il sait l’utiliser et qu’il ne le fait pas trop souvent… En vérité, Aidan ne m’inspire pas totalement confiance. Tout dans son attitude et sa façon d’être dévoile la part d’obscurité en lui. Nous en avons tous une, mais la sienne est beaucoup plus visible et sûrement plus importante que la mienne… D’une certaine manière, je me sens triste pour lui : le pauvre a certainement vécu d’horribles épreuves pour finir comme ça…

« Je ne vois pas quoi te dire de plus. »

Ces paroles, peu communes dans une discussion, me sortent de mes sombres pensées. Mon regard se détache de ma main pour se poser sur Aidan. Il quitte l’accoudoir et revient s’installer dans le canapé d’où je l’avais expulsé quelques minutes plus tôt. Cette fois, il n’a plus rien à craindre : je fais rarement le même tour deux fois et, en plus, je n’ai vraiment pas envie qu’il se venge maintenant que je connais son pouvoir…
Je m’apprête à lui dire quelque chose quand je le vois fermer les yeux. Plutôt intriguée, je referme la bouche pour l’observer d’un œil curieux. Il a beau avoir les yeux fermés, il est totalement conscient, du moins, c’est ce que je crois… Mais que fait-il ? Peut-être qu’il prie ? Non, ce serait saugrenu dans une situation pareille… Quoiqu’il en soit, je n’ose pas rompre le silence. Au bout d’un court moment, sa respiration se régularise et sa tête retombe doucement sur le dossier du canapé. Cette fois, c’est sûr, il dort ! Je souris doucement en massant ma main endolorie qui semble se réveiller. C’est horrible : j’ai l’impression d’avoir toute une fourmilière en mouvement à l’intérieur de ma pauvre main ! Mais je prends mon mal en patience et au bout d’un petit temps d’ardent massage, ma main redevient enfin comme avant ! Mon sourire s’élargit et je me tourne instinctivement vers Aidan pour lui annoncer la nouvelle. Je m’arrête juste à temps en me souvenant qu’il dort. Coupée dans mon élan, j’espère ne pas avoir fait de bruit mais, heureusement, il dort toujours. Cependant, ses sourcils sont froncés et il semble être terriblement crispé… Peut-être fait-il un cauchemar ?
Lentement et en me faisant la plus discrète possible, je change ma position : d’assise, je pivote sur le canapé en effectuant toute une série de mouvements et de contractions pour me retrouver dans une de mes positions préférées, c’est-à-dire les jambes par-dessus le dossier, le dos contre le siège et la tête dans le vide. Pour une raison obscure et ce depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours fait ça. Ne me demandez pas pourquoi.
Et puis, je vois Aidan commencer à bouger de plus en plus. Inquiète, je me demande si je ne dois pas le réveiller mais je n’en ai pas le temps : le jeune homme bondit presque du canapé et me fixe de ses yeux bordeaux, en sueur. Ma position lui semble peut-être étrange, mais je m’en fiche éperdument. Il y a bien plus important…


« Hey… Ça va ? »

Ma voix n’est plus celle qu’elle était, elle n’est plus excitée et joyeuse. Maintenant, elle est douce et mes paroles ne sont qu’un chuchotement dans la vaste salle commune. Je me fais vraiment du souci pour lui et mon comportement est devenu tout d’un coup beaucoup plus sérieux. L’étincelle de malice brillant naturellement dans mes yeux s’est éteinte pour laisser la place à un regard bienveillant et soucieux. Quelque chose a fait peur à ce grand gaillard de troisième année. Mais comment quelque chose pourrait-il lui faire peur ? Il a l’air tellement fort et insensible… Je n’ose même pas imaginer quel était son rêve…

Indianred
Revenir en haut Aller en bas

Aidan Ryota Clear-Closed

avatar

Psychic bronze
❖ Sexe : Masculin
❖ Arrivé le : 27/12/2012
❖ Missives : 72
MessageSujet: Re: Quand le loup devient l'innocent chaperon... [Terminé] Sam 19 Jan - 13:45

L’instant se transforma en longues minutes pendant lesquelles le jeune homme resta sans rien dire, tout en continuant à dévisager Miharu. Il ne remarqua même pas la position étrange qu’avait prit sa camarade.

« Hey… Ça va ? »

Il ne réagit pas tout de suite, puis sursauta.

« Euh ca va ? Oui, ca va. »

Il cligna plusieurs fois des paupières, puis se frotta les yeux. Il c’était endormi et avait rêvé, plutôt cauchemardé à dire vrai. Ce n’était pas réel…Enfin ça n’aurait pas du l’être. Mais son cauchemar ressemblé à s’y méprendre à…un souvenir. Si il se mettait à revivre son passé lorsqu’il dormait il n’avait pas finit de passer de mauvaise nuit. En supposant qu’il ne s’endorme pas comme ici, à un autre moment.

Aidan secoua la tête comme pour chasser tout ceci de son esprit. Quand il se sentit un peu mieux. Il regarda de nouveau la jeune fille, d’un regard moins agressif.

« Ca va maintenant ». Dit-il.

Ce n’était pas tout à fait le cas, mais il ferait avec, et il avait connu pire.

« On parlait de quoi juste avant ? » demanda t’il autant pour se changer les idées que pour changer de sujet.

*Ah oui…je lui ai dit que je n’avais rien de plus à dire…Ca aide pas vraiment.*

Le jeune homme se passa la main dans les cheveux et soupira. Puis haussa un sourcil.

« Tu n’étais pas assise dans l’autre sens à la base ? »

Il était vrai que cette position était curieuse, et ne semblait pas très confortable. Du moins pour un être humain. Les chauves souris elles auraient adoré.

Se redressant, il se décolla du canapé tout en restant assit dedans.

« Je crois que la sieste ce n’est pas mon truc » dit il tout en effleurant du bout des doigts les petites cicatrices de son poignet.

Il lui arrivait régulièrement de faire ça, de manière tout à fait inconsciente cependant. Il avait souvent répété ce geste à l’époque ses petites marques de brulures étaient en cours de cicatrisations.

"Et sinon?" Demanda t'il. "Un sujet de conversation à proposer? Au point ou on en est."

Aidan sourit légèrement. C'était un phénomène plutôt rare. De plus se sourire était plus automatique que sincère. Il l'utilisait d'ailleurs pour les occasions ou il voulait avoir l'air agréable ou sympathique. Ce qui n'arrivait pas souvent non plus.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Quand le loup devient l'innocent chaperon... [Terminé] Dim 20 Jan - 13:53

« J'espère te revoir bientôt... »

« Euh ça va ? Oui, ça va. »

Je n’en suis pas vraiment convaincue : le pauvre a toujours l’air aussi agité. Bah, je suppose que ça arrive à tout le monde de faire des cauchemars, même aux grands troisièmes terrifiants… N’empêche que s’endormir comme ça en plein milieu de la journée, c’est bizarre… Je le laisse reprendre ses esprits sans rien dire. Aidan effectue toute une série de mouvements consistant à se réveiller complètement, du frottement des yeux au clignement successif des paupières, en passant par la respiration plus intense.

« Ça va maintenant. »

Maintenant… Voilà qui affirme la véracité de mes craintes : mon camarade avait vraiment fait un horrible rêve…

« On parlait de quoi juste avant ? »

Je fais une petite moue de côté, dans l’incapacité de lui répondre. Justement, on ne parlait de rien. Voilà qui était pour le moins embarrassant : moi qui ne manque d’habitude jamais de discussion, je suis à présent à court de sujets…

« Tu n’étais pas assise dans l’autre sens à la base ? »

Ah, il a fini par remarquer. Je lui réponds par un petit rire clair. Inutile d’essayer de lui expliquer : je sais très bien que ça ne servirait à rien… Combien de fois n’avais-je pas tenté en vain de faire comprendre à mes parents combien cette position était confortable ? Pourtant, je ne mens pas, j’aime vraiment ça… De toute façon, je crois qu’il a déjà compris que je suis bizarre…

« Je crois que la sieste, ce n’est pas mon truc. »

Je ne réponds toujours pas, n’osant pas me mêler de ses affaires. Il pourrait mal prendre le fait que j’essaie d’en savoir plus… Cependant, je n’allais pas oublier cette histoire de sitôt ! Je sais déjà ce que je vais faire : attendre un peu pour le retrouver et lui demander des explications dans quelques jours, une semaine tout au plus… Ce cauchemar m’intrigue vraiment et je sais que je ne pourrai pas tenir plus d’une semaine sans savoir, curieuse que je suis. En espérant ne pas me retrouver paralysée de la tête aux pieds…
Je baisse les yeux sur le poignet d’Aidan, qu’il caresse doucement. Je suis obligée de relever un peu la tête pour mieux voir, perchée comme je suis. Ce que je vois me donne des frissons : il avait des marques de brûlures. Je pince les lèvres, un peu apeurée par ces horribles marques. Tout le monde n’a pas la chance d’avoir les mêmes marques que moi… Et soudain, je me sens misérable. Misérable d’avoir eu une belle vie, des parents qui m’aiment, des amis et aucun souci. Nous n’étions pas riches mais l’argent ne manquait pas, nous n’étions pas particulièrement aimés mais nous n’étions pas seuls… En bref, tout allait bien et je suis sûre que même maintenant, tout va bien pour mes parents. En plus de ça, j’avais eu un superbe pouvoir : une gardienne puissante qui donnerait sa vie pour me protéger, même si sa mort signerait aussi la mienne, je présume.
Aidan, quant à lui, a l’air d’avoir vécu d’horribles choses. Qui suis-je pour lui poser des questions ? Qui suis-je pour essayer de le comprendre ? Quoi que j’essaie de faire, j’en serai incapable, c’est certain…

« Et sinon ? Un sujet de conversation à proposer ? Au point où on en est… »

Et je le vis me sourire. Comment pouvait-il sourire après ce cauchemar et avec ces brûlures sur le poignet ? D’ailleurs, peut-être en avait-il aussi autre part… J’ai presque envie de pleurer…
Il m’a demandé un sujet de conversation, mais il est impossible pour moi de lui en proposer. Surtout qu’il doit avoir envie d’être seul, ne serait-ce que pour se reposer – le fait qu’il se soit endormi doit témoigner d’une mauvaise nuit et je ne crois pas que son cauchemar l’ait beaucoup reposé… Doucement, je me rassieds normalement, en pivotant sur le canapé sans toucher Aidan. Ces découvertes sur lui m’ont assez bouleversée et je sais qu’il me faudra du temps pour les accepter. Je le regarde avec des yeux tristes, n’ayant pourtant aucune idée de ce qu’il a vécu…


« Il commence à se faire tard et j’ai encore des devoirs à faire pour demain… »

Mon attention est attirée par un groupe d’élèves entrant dans la salle commune, de petits gâteaux dans les mains, parlant et riant à souhait. Je souris en les voyant et me retourne vers Aidan.

« J’espère te revoir bientôt… »

J’aimerais bien que ce soit réciproque, mais rien n’est moins sûr. Doucement, je me lève et cours avec légèreté vers la porte de la salle, ma robe blanche voletant derrière moi. Je m’arrête en ouvrant la porte et me retourne vers Aidan pour lui adresser un petit sourire et lui faire un signe de la main. Et puis, je passe le seuil et m’enfuis à travers les couloirs, pensant déjà à notre prochaine rencontre et à ce que je pourrai lui dire à ce moment-là.

Indianred


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Aidan Ryota Clear-Closed

avatar

Psychic bronze
❖ Sexe : Masculin
❖ Arrivé le : 27/12/2012
❖ Missives : 72
MessageSujet: Re: Quand le loup devient l'innocent chaperon... [Terminé] Dim 20 Jan - 19:57

« Il commence à se faire tard et j’ai encore des devoirs à faire pour demain… J’espère te revoir bientôt… ».

La vu d'un groupe d'élèves, surement des premières années, avait servit de prétexte à Miharu, bien qu'elle n'est pas mentionné de raison particulière à son départ, en dehors de l'heure tardive. Peut être avait il finit par lui faire peur? C'était une fort possibilité.

Aidan n'avait rien répondu. Et avait regardé simplement sa camarade s'en aller. Bientôt? Espérait elle sérieusement le revoir? Il secoua la tête. C'était évident qu'ils allaient certainement se recroiser, néanmoins cela ne voulait pas dire qu'elle viendrait lui parler. Le jeune homme haussa les épaules. Au fond ça n'avait pas d'importance. Aucune...Si ce n'était qu'il se sentit bien seul d'un coup...Comme d'habitude au final. A croire que les choses ne changeaient jamais vraiment. Sur cette note optimiste au possible, Aidan s'allongea de tout son long dans le canapé qu'il possédait à présent entièrement.

Terminé
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quand le loup devient l'innocent chaperon... [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Quand le loup devient l'innocent chaperon... [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Age :: Pensionnat-