New Age


 
AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Je veux savoir, apprenez-moi ! [Macha O'Hagan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Aliénor Brecilien

avatar

Elemental bronze
❖ Sexe : Féminin
❖ Arrivé le : 18/07/2012
❖ Missives : 213
MessageSujet: Je veux savoir, apprenez-moi ! [Macha O'Hagan] Dim 30 Déc - 15:39

    Ecoutez ! Entendez-vous ce son mélodieux et cristallin résonnant en écho dans les tréfonds du jardin du Pensionnat ? Suivez le, doucement et pas à pas, il vous conduira alors dans un endroit interdit où seuls quelques rares élus détiennent la clés. Oui, vous l'aurez deviné, ce sont les serres ; lieux maîtres des membres du club botanique. Un endroit calme et paisible où les mains vertes et les amoureux des plantes peuvent s'exercer et se ressourcer en toute tranquillité. Mais alors, d'où pouvait-il provenir ce son singulier ? Eh bien, si vous tendez attentivement votre oreille peut-être reconnaîtrez-vous ce bruit pourtant bien familier... Et oui, le son d'un carillon de vent. Maintenant que vous le savez, peut-être rebrousserez-vous le chemin maintenant que vous êtes satisfait, ou bien continuerez-vous votre recherche pour trouver cet objet ?

    Si votre choix se tourne sur le dernier cas, vos pas vous mèneront surement à l'une des serres. Et plus vous vous approcherez, plus un autre son vous titillera les oreilles. Une voix. Fluette et douce, chantant une mélodie avec beaucoup de douceur. Et si vous ouvrez avec prudence la porte, vous trouverez alors la jeune Aliénor. Elle était seule, habillée d'un tablier, de gants et les cheveux attachés en queue de cheval pour que ses longues mèches ne la dérangent pas dans ses travaux. En effet, elle était penchée au dessus des choux bien logés dans la terre humide et qui se faisaient gentiment arrosée par la jeune française armée d'un arrosoir. Et tandis que le carillon pendu au dessus d'Aliénor sonnait au rythme d'une brise légère, l'étudiante continuait de chanter en bichonnant les légumes une chanson tirée d'un film qu'elle appréciait grandement :

    - La maison est derrière... le monde est devant..
    Nombreux sentiers ainsi, je prends...
    A travers l'ombre, jusqu'à la fin de la nuit...
    Jusqu'à la dernière étoile qui luit...
    Brumes et nuages...
    Noyés dans l'obscurité...
    Tout va se mêler...
    Ooooh... Tout va...


    Elle posa l'arrosoir sur la table et lâcha un soupir avant de souffler d'une seule voix accompagnée d'une dernière note du carillon :

    - ... se mêler...

    Elle resta silencieuse un petit moment en observant tout ce petits mondes légumiers. Tout semblait convenable, elle avait bien arrosé chacun de ses petits patients avec beaucoup de délicatesse. Mais était-ce suffisant ? Elle n'avait vraiment pas l'impression de faire ce qu'il fallait, mais elle était tout de même satisfaite de son travail. Au fond, c'était reposant d'exercer dans ce club, même si pour les autres étudiants c'était là un activité pour les vieux et inintéressant, c'était peut-être pour ça qu'il y avait si peu de membres... Si bien que la pauvre Aliénor se demandait si elle était la seule à y être inscrite.

    - Et voilà mes amours, vous êtes tout beaux maintenant ! Déclara l'orpheline avec un grand sourire rayonnant.

    Mais oui, on peut parler avec les légumes, on a le droit, non ? Cela semblait complètement idiot et ridicule, mais de la part d'Aliénor, cela semblait réellement innocent et naïf. C'était au fond un peu le cas et tant pis si quelqu'un la surprenait, ça la détendait de parler avec eux, alors elle n'allait pas se gêner. Quoi qu'il en soit, elle rangea l'arrosoir dans un coin de la pièce tout comme ses affaires de jardinage ; elle avait assez fait pour aujourd'hui, bien qu'au fond elle voulait faire une tout dernière chose... De la poche de son tablier, elle sortit un bulbe et le prit délicatement au creux de sa main.

    - Un bulbe de Lys, j'ai pu en trouver en ville... Mais je ne sais pas comment m'y prendre... J'ai beau avoir fait de nombreuses recherches, j'ai peur de m'y prendre n'importe comment...

    Elle semblait attristée, regardant cette petite boule avec un air de chiot battu. Le lys. Une fleur si somptueuse et magnifique à tel point qu'Aliénor en tomba amoureuse. Oui, c'était sa fleur préférée. Elle souhaitait en faire pousser une, s'en occuper toute seule et la bichonner jusqu'à que que cette plante lui offre une magnifique fleur. Mais elle avait peur de ne pas savoir comment s'en occuper et de la tuer au bout de quelques soins. D'où son angoisse.

    - Je ne suis peut-être pas prête...

    Elle soupira et rangea à nouveau son bulbe dans la poche de son tablier avant de déclarer avec un élan plus enthousiasme :

    - C'est pourquoi je dois apprendre et m'exercer !

    Elle sourit à tout ce petit monde légumier, comme si elle venait de faire une promesse. Mais au fond, elle savait qu'elle aurait besoin d'une aide beaucoup plus expérimentée qu'elle pour l'aider à avancer. Mais qui ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Je veux savoir, apprenez-moi ! [Macha O'Hagan] Dim 6 Jan - 17:01

Le mois de Mars aux Bermudes était une merveille. Chez elle, en Irlande, Macha avait souvent l'habitude de rester enfermée à regarder la pluie tout en soupirant, déçue de ne pouvoir sortir profiter des végétaux en pleine éclosion. En réalité, dans ses souvenirs, les printemps étaient toujours pluvieux et rares étaient les jours où un petit rayon de soleil lui permettait de sortir. Mais ici, sur l'île, tout était différent ! La plupart des fleurs du jardin qu'elle entretenait depuis plusieurs mois déjà avaient fleuries, les autres bourgeonnaient, pleines de promesses... Le matin, elle se levait et allait le plus vite possible au pensionnat pour travailler, le sourire aux lèvres. L'herbe et les pétales des fleurs étaient couvertes d'une fine couche de rosée suite à la nuit fraiche et dès neuf heure, les rayons du soleil venait les réchauffer, effaçant toute trace d'humidité pour le reste de la journée et ce jusqu'à ce que le soleil se couche de nouveau à l'horizon. La terre humide permettait de travailler aisément et de soigner les plantes avec plus de facilités, un vent doux faisait bruisser les feuilles des arbres, le soleil chauffait la peau de Macha tandis que ses mains et ses vêtement s'imprégnaient de la douce odeur de terreau... Oui, vraiment, elle était au paradis.
Alors qu'elle se promenait dans les jardins, réfléchissant au lieu qu'elle allait désormais entretenir, une voix lui parvint aux oreilles. Douce, délicate, légère, elle chantonnait un air que l'irlandaise avait déjà entendu : celui chanté par Pippin dans le troisième volet du Seigneur des Anneaux. Intriguée, elle se mit à suivre la direction d'où provenait la mélopée pour arriver devant la serre. Elle vit alors une jeune fille s'occupant de la petite rangée de choux se relever et poser à côté d'elle un arrosoir. Interdite, Macha resta là à l'observer avec la désagréable sensation de l'espionner dans un moment intime sans pour autant parvenir à s'en aller. C'est alors que la jeune fille de la serre, qui devait toujours se croire seule, se mit à regarder quelque chose au creux de ses mains avant de se mettre à parler.
« Je ne suis peut-être pas prête... C'est pourquoi je dois apprendre et m'exercer ! »
N'en pouvant plus, l'irlandaise s'arracha à la contemplation de la scène pour pénétrer dans la serre d'un pas timide. Les joues rosées par la gêne, elle s'avança de deux mètres avant de demander à mi-voix :
« Ex... Excusez-moi, vous avez besoin d'aide ? »
Elle connaissait la fille qui se retourna alors pour lui faire face : il lui semblait l'avoir déjà croisée dans les jardins plusieurs fois et avoir vu sa photographie dans le trombinoscope des membres du club de jardinage. Par contre, il lui était impossible de se souvenir de son nom.
« Vous êtes dans le club de jardinage, non ? Si vous voulez planter quelque chose, je peux vous aider... Il y a encore beaucoup de place dehors, le longs des allées... Et si c'est une fleur délicate ou que vous connaissez mal, je saurais sûrement quoi faire... »
Morte de honte d'avoir autant parlé à une inconnue sans savoir ce que celle-ci voulait - après tout elle ne parlait peut-être pas de plante lorsqu'elle avait parlé à voix haute - Macha se tut et attendit la réponse de son interlocutrice.
Revenir en haut Aller en bas

Aliénor Brecilien

avatar

Elemental bronze
❖ Sexe : Féminin
❖ Arrivé le : 18/07/2012
❖ Missives : 213
MessageSujet: Re: Je veux savoir, apprenez-moi ! [Macha O'Hagan] Jeu 24 Jan - 16:55

    Alors qu'elle s’apprêtait à ranger ses affaires, une voix douce s'éleva dans les airs. Mais bien que doucereuse, elle surprit grandement la petite Aliénor qui eut un sursaut de panique, créant ainsi sans le vouloir une bourrasque de vent qui s'engouffra dans la serre. Elle manqua de peu de faire tomber quelques pots et frappa de plein fouet le carillon de vent. L'orpheline, remit de ses émotions, se hâta d'arrêter le tintamarre de l'objet et vérifia bien que tout ses protéger légumiers allaient bien. Plus de peur que de mal ! Décidément, Aliénor devra contrôler son pouvoir, surtout quand elle éternue d'ailleurs, le résultat est bien pire que sous l'effet d'une surprise. Elle finit pas soupirer de soulagement et se tourna vers la nouvelle venue.

    Ce qui l'a frappa en premier temps, ce fut ses longs cheveux verts... Oui, vert ! C'est vraiment une teinture qu'on voyait rarement mais elle n'était pas pour autant choquant. Cette personne avait en tout cas de très jolies yeux qui ne manquèrent pas d'attiser tout l'émerveillement d'Aliénor qui se sentait déjà quelque peu complexée par son physique quelque peu banale. Quoiqu'il en soit, elle fut touché que la jeune femme lui propose son aide, elle, sa professeur de Botanique ! Car oui, elle l'avait reconnu pour l'avoir vu bien souvent dans les jardins et puis, la secrétaire lui avait dit, quand elle s'était inscrite dans le club et qu'elle l'avait questionné sur sa professeur, qu'elle était facilement reconnaissable par ses cheveux exprimant bien sa passion : vert. Mais c'était bien la première fois qu'elle était en tête à tête avec elle et cela impressionnait grandement Aliénor qui était déjà à l'origine si facilement intimidable. Elle perdait toujours ses moyens en présence de professeurs, se sentant aussi vulnérable qu'une vulgaire petite fourmis.

    Bref, elle avait oublié de répondre, non ? Totalement plongée dans ses pensées, il lui fallut quelques secondes bien silencieuses pour assimiler tout ce que madame O'Hagan lui proposait pour finalement s'incliner respectueusement à la manière japonaise. Pourquoi à la manière japonaise ? Euh... je ne sais pas. C'est peut-être du fait qu'elle regardait trop de manga et qu'elle trouvait cela bien pour montrer tout le respect qu'elle avait pour son aînée.

    - Ou... oui ! Je suis... dans le club jardinage... Je m'appelle Aliénor Brecilien, enchantée Madame...

    Elle se releva nerveusement, les joues marquées par la gêne tandis que sa voix vibrait de timidité. L'orpheline commençait à tripoter nerveusement son tablier alors qu'elle se dandinait un pieds sur l'autre en fixant le sol sans osait poser ses yeux sombres sur sa professeur.

    - Et... et bien... A dire vrai... Il y a bien une fleur que je désire m'occuper... pour moi... mais... j'ai peur de ne pas m'occuper comme il faut... Mais vous n'êtes pas obligée de m'aider... je ne veux pas vous déranger... Vous devez être occupée...

    Plus elle parlait, plus le ton de sa voix baissait en volume et finit la discussion quasiment en murmurant. Ce n'était pas gagné...
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Je veux savoir, apprenez-moi ! [Macha O'Hagan]

Revenir en haut Aller en bas

Je veux savoir, apprenez-moi ! [Macha O'Hagan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Age :: Pensionnat-