New Age


 
AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Le chant de l'oiseau [PV Naoko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

avatar

MessageSujet: Le chant de l'oiseau [PV Naoko] Mer 31 Oct - 13:07

Le soleil filtrait à travers les volets de la chambre. L'obscurité de dissipait peu à peu. Tout était calme dans la pièce. Koori était déjà réveillé mais préférait éviter de se lever pour ne pas réveiller ses colocataires. Cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas senti aussi seul. Évidement, il n'était pas vraiment seul puisqu'il avait des coloc', mais c'était tout comme. Ses amis du foyer lui manquait énormément. Mais il devait tourner la page. Ce n'est pas en restant bloqué dans le passé qu'on avance. Il le savait mieux que quiconque.

Malgré la « peur » de réveiller ses compagnons de chambre, il se leva et s'habilla. Il fit son petit geste matinal : Sa vaine tentative de coiffer ses cheveux. Après avoir, pendant une bonne dizaine de minute, effectué le geste, il renonça, comme toujours, et sortit de la chambre.

Les couloirs était désert...Ou presque. Seul le bruit des chaînes de Vlad était audible. Koori alla dans la direction opposée. Il ne connaissait pas très bien l'académie, d'où le fait qu'il se perdit assez vite. Seul le bruit de la surveillante de nuit lui disait où il ne fallait pas aller, vu les rumeurs flippantes courant sur elle. Il finit par se retrouver dans le grand hall. Quelques nouveaux dormaient là, sur les fauteuils, en attendant qu'on accepte de leur donner une chambre. Koori traversa rapidement la salle pour éviter de faire du bruit, et franchit la porte principale pour se retrouver dans les jardins.

La beauté des jardins de l'académie n'était plus à prouver. La jardinière savait parfaitement s'y prendre, et les membres du club de botanique avaient la main verte. Pas une seule fleur fanée. Pas un seul arbre mort. Pas un seul légume pourri. On pouvait vraiment féliciter la responsable des jardins. L'odeur des fleurs était divine, et les jardins chantaient. Oui, ils chantaient. L'eau des fontaines qui coule, les oiseaux qui chantent...Tout cela engendrait une magnifique mélodie. Koori s'assit sur un banc et ferma les yeux.


Dernière édition par Koori Hi le Mer 21 Nov - 15:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Le chant de l'oiseau [PV Naoko] Mer 31 Oct - 14:18

Encore une matinée à se lever à l’aurore pour contempler le ciel, sa couleur orangé, laissant apparaître les premières lueurs. Naoko se leva donc, regardant comme chaque fois ses colocataires dormir. Elle avait déjà décidé de sa tenue pour aller dehors.

La jeune fille avait décidé, au vue du froid dehors, de porter un pantalon noir, ressemblant plus à un slim, lui collant la peau mais découvrant sa silhouette d’adolescente. A cela, elle ajouta un débardeur blanc et sa veste noire par-dessus.

Même s’il ne neigeait pas, même s’il ne faisait pas aussi froid que cela, elle décida de porter un bonnet avec deux petites oreilles de chat cousues. Naoko finit par enrouler son cou d’une écharpe, elle aussi noir. L’adolescente s’assit sur son lit pour mettre des chaussettes, elles aussi noirs et ses bottes. Ca y est, Naoko était habillée de la tête aux pieds, tout en noir.

Sur la pointe des pieds, elle sortit enfin de la chambre et laissa un soupire partir. Elle vérifia qu’il n’y avait personne et partit dans le jardin. Elle le trouvait magnifique, et puis, il y avait son ami l’écureuil qui devait se trouver non loin d’ici. Elle entendit, quand elle posa un pied au dehors, le bruit des oiseaux qui chantaient.

Elle ne put s’empêcher d’éprouver un sentiment de bonheur. Comme toujours, respirer l’air frais du dehors était apaisant. A son habitude, le petit écureuil aperçut la jeune femme et s’empressa d’aller d’arbre en arbre pour courir vers celle-ci. Naoko s’abaissa à son niveau, fit un creux avec ses mains. Il vint dans ses mains. Elle approcha donc l’animal de son visage et celui-ci lui léchouilla le nez, ce qui fit détonner un sourire aux lèvres de Naoko.

-Bonjour Naoko ! Belle journée n’est-ce pas ?

Elle acquiesa d’un mouvement de tête, ramenant l’écureuil à son épaule, et se levant en le retenant pour qu’il ne tombe pas.

-Tu m’avais manqué tu sais ? Je sais qu’une nuit c’est si peu mais pourtant…
Naoko lui caressa le début de la tête en marchant dans l’herbe. Elle ne s’attendait pas à voir quelqu’un là, alors, sans prendre ses précautions, elle ouvrit la bouche et commença à chanter en langage humain. Mais son chant fut rapidement interrompu quand elle découvrit qu’un jeune homme avait pris place sur l’un des bancs.

-…

-Naoko ! Continu s’il te plaît ! J’aime tant ta voix…

Naoko aurait voulut continuer, mais elle restait tétanisée. Elle ne faisait plus un geste et regarda le jeune homme sans le quitter du regard, ayant une mono expression.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Le chant de l'oiseau [PV Naoko] Mer 31 Oct - 16:25

Koori était presque sur le point de s'endormir quand un oiseau vint à sa rencontre. Il avait les plumes grises par dessus, et rouge par dessous. Il était plutôt trognon, avec son petit bec et ses petites pattes. L'oisillon tournait autour de lui...Probablement intrigué. Le garçon fouilla dans ses poches dans l'espoir de trouver quelque chose à lui donner. Il ressortit un paquet de biscuit, qu'il avait ramené du foyer. Ces gâteaux étaient loin d'être les meilleures qui soient, mais ils se laissaient manger. Koori en sortit un. Il en fit des petits morceaux et en jeta un à l'oisillon. Celui-ci fonça sur la nourriture et l'engloutit. Il en jeta un autre...Puis un autre....Et encore un autre. Il lançait les morceaux de moins en moins loin, et l'animal s'approchait petit à petit. L'animal vint finalement manger dans sa main. C'était un rouge gorge, comme le supposait Koori. Finalement, l'oisillon arrêta de se goinfrer, probablement repu, et il se mit à chanter. Tous les autres oiseaux se turent pour l'écouter. Ou du moins, c'est l'impression qu'on avait. Son petit chant était magnifique...Mélodieux. On avait presque l'impression que le temps s'était arrêter.

Quand l'oisillon eut terminé, Koori lui caressa la gorge. Ses petites plumes étaient toutes douces, et il n'avait pas peur. On aura rarement vu un oiseau se faire « dompter » si facilement. Soudain, le rouge-gorge s'envola en direction de la forêt. Le jeune homme le suivit, mais quand il arriva sur les lieux, une silhouette noire se mit à zigzaguer à travers les arbres. L'oisillon fendit l'air à sa poursuite, suivit de Koori.

Hey, arrête toi !


La personne accéléra de plus belle. Koori fit de même. Il profita d'une pente pour aller encore plus vite. Grave erreur. Dans sa lancée, il ne pouvait plus s'arrêter. Il eut l'idée de faire apparaître un mur de glace pour bloquer le fuyard....Et lui même par la même occasion. Malheuresement, Koori ne maitrisait pas son pouvoir. A la place d'un mur, il verglaça toute la pente. Les deux personnes tombèrent alors et se mirent à glisser. Ils prirent de la vitesse, beaucoup de vitesse. A un moment, un embranchement fut en vu. L'un allait vers la plage, l'autre vers la ville. L'inconnu tourna à gauche, et Koori le suivit. C'était la route de la plage. Il compris alors que le sable allait les bloquer...Et les sauver. La personne tomba donc sur le sable.

BOUGE ! Criais-je.


Le fuyard n'eut pas le temps de bouger. Koori tomba directement sur lui...Ou plutot sur elle. Après l'incident, Koori se retrouvait nez à nez avec une magnifique jeune femme aux cheveux roux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Le chant de l'oiseau [PV Naoko] Mer 31 Oct - 21:03

Naoko avait vu le jeune homme jouer avec un petit rouge-gorge. Malgré que l'homme soit à une distance suffisante d'elle, elle ne voulait s'approchait. Puis, le petit oiseau reconnu Naoko. En effet, ils se connaissaient de longue date. La jeune fille l'appréciait mais le fait d'avoir cet humain en obstacle l'en empêchait sévèrement.

Le rouge gorge l'ayant aperçu et reconnut tout à l'heure, il se leva de la main de l'homme pour foncer avec joie sur sa jeune amie humaine. Mais le jeune homme poursuivit l'oiseau. Voyant cela, elle ne décida pas vraiment de ses actes, plutôt conduite par l’instinct animal qui coulait dans ses veines, le fait de fuir l'humain. Elle commença à courir vers la forêt, même si elle allait sans doute déraper au vue de la boue du chemin.

Alors qu’elle croyait, ou du moins son instinct, être sortie du pétrin, une vague de glace se trouva sous ses pieds. Elle perdit l’équilibre et sombrait dans la forêt. Elle avait peur et ferma les yeux. Le petit écureuil se trouvant sur son épaule lui grignota l’oreille pour la faire sortir de sa peur, lui lécha la joue pour la rassurer malgré la descente rapide dut à la glace.

Naoko avait même froid aux fesses, mais elle ne pouvait rien y faire. Elle voulait se cacher les yeux mais l’écureuil l’en empêchait. Puis, il eut un embranchement.

-Naoko va à gauche !

C’était la direction de la plage, là où le sable pourrait amortir sa chute. Mais Naoko, malgré qu’elle puisse connaître les environs, elle n’avait pas vraiment l’habitude d’aller vers la plage. Pourquoi ? Et bien il y avait surtout beaucoup de personnes, aussi bien vieilles qu’adultes que jeune, ainsi que des enfants jouant. Aucun animaux n’étaient près d’elle et elle aurait eut peur. Au bout d’un moment, elle s’arrêta enfin sur le sable. Elle entendu une voix au loin.

-BOUGE !
Mais elle ne put pas vraiment avoir le temps de bouger. En effet, l’autre personne la culbuta. Elle était en face de lui. Elle ne put garder un petit gémissement de douleur. Elle prit panique en ne voyant plus l’écureuil à son épaule.

-Naoko je suis là !

Le petit écureuil monta sur l’épaule du jeune homme, car oui, c’était un jeune homme qu’elle avait bel et bien devant elle, ce n'était pas une femme qui aurait remplacé ses attributs féminin par des vêtements ample. Même si de loi elle se disait déjà sérieusement que ça ne pouvait être qu'un homme, elle en eut la sincérité au contact de celui-ci.

Elle ne put s’empêcher de rougir. Elle voulait se défaire de ce contact mais comment ? Elle ne pouvait pas le pousser sauvagement, surtout qu’elle avait l’impression d’avoir déjà vu sa tête quelque part.

Naoko ne savait pas comment s’y prendre avec un homme qui sortait de nulle part, qui lui était tombé dessus. La jeune fille ne comprenait pas surtout comment la boue s’était transformé en glace mais ceci devait être dut à un pouvoir d’une quelconque personne. Elle posa ses mains sur le torse du jeune homme, non sans dégoût, mais il fallait bien le lever…

-…

Elle poussa un peu plus fort avant de dire doucement, d’une voix presque inaudible.

-Vous pourriez vous pousser ?...
C’était bien l’une des rares fois où elle parlait. Il se poussa donc et elle se leva presque précipitament pour finalement retomber dans la bout.

-…

Elle voulu se relever mais elle s’était malheureusement heurter la cheville à un petit caillou. C’était merveilleux, se disait-elle, d’avoir autant de malchance en une seule et même journée.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Le chant de l'oiseau [PV Naoko] Jeu 1 Nov - 10:56

Le situation était assez gênante, il fallait bien l'avouer. La position était assez louche. Heureusement que la plage était vide à cette heure là. La jeune femme était vraiment belle, il n'y avait pas à dire. Mais Koori évita de penser à ça. Soudain, il sentit quelque chose sur son épaule. Un écureuil. Après un oiseau, c'était un écureuil qui lui grimpait dessus sans rien craindre. Les animaux de l'île ne semblaient vraiment pas farouche. Il se mit même à couiner quelque chose en écureuil. Évidemment, le garçon ne compris strictement rien, mais la jeune fille semblait presque subjugué par l'animal, comme si ils se comprenaient. C'était juste impossible, et Koori élimina cette idée de son esprit. Finalement, la fille poussa légèrement le jeune homme. Encore sonné, il ne réagit pas immédiatement.

Vous pourriez vous pousser ?

Koori finit par réagir et glissa sur le côté. L'inconnue fit mine de se lever, puis se rassit aussitôt. Elle eut pour réflexe de se toucher la cheville et il ne fut pas difficile pour le garçon de comprendre qu'elle s'était fait mal. Il fit fit apparaître un glaçon, un des rares trucs qu'il arrivait à faire sans problème avec son pouvoir.

Tiens.

La jeune fille hésita, puis après un chapelet de paroles incompréhensible de l'écureuil, elle le prit et l'appliqua sur sa cheville. Puis elle finit par dire très faiblement, comme si il ne fallait pas qu'il entende :

Merci.

Un silence s'ensuivit. Personne ne dit strictement rien. Personne n'osait rien dire. Tout à coup, le petit rouge gorge apparut et se pose sur Koori. Il se mit à chanter. Avec le bruit des vagues en arrière fond, la mélodie était encore plus belle. Quand il eut terminé, il se tourna vers la jeune fille et se mit à piailler. Il en était maintenant sur : Elle comprenait les animaux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Le chant de l'oiseau [PV Naoko] Jeu 1 Nov - 14:21

Naoko avait mal à la cheville. Elle, pourtant si proche de la nature, ne pouvait se dire qu’un simple caillou pourrait la blesser autant. Et pourtant, si. Sa cheville gonfla légèrement, ce qui lui fit se mordre les lèvres pour ne pas crier. Même une petite blessure pouvait, très souvent, avoir une douleur intense. Le petit écureuil regarda la blessure de Naoko et s’en inquiéta assez rapidement. Même si aucun trace n’était visible à l’œil nue, qui sait ce qui se passait à l’intérieur. Il grignota donc l’oreille de la jeune fille avec tendresse.

-Naoko, ça va aller ?...

Elle acquiesça d’un mouvement de tête, lui faisant croire que tout irait pour le mieux, qu’il fallait attendre. Mais cela se voyait qu’elle n’allait pas vraiment bien, sa cheville gonflait à vue d’œil. C’est alors que des glaçons apparurent. Elle regarda le jeune homme qui se trouvait à leurs côtés.

-Tiens.
Naoko comprit alors que si la boue s’était gelé, c’était dut à ce jeune homme. Elle ne voulait pas prendre le glaçon au départ, pas pour paraître impolie, mais elle ne voulait pas d’aide de cet homme. Surtout que de plus, c’était de SA faute si Naoko se trouvait avec une douleur intense à la cheville.

-Naoko, ta cheville est bien trop enflée ! Prend ce glaçon pour que ça se dégonfle et que tu ailles mieux ! C’est de sa faute si la boue s’est gelée alors il te doit bien ça !

La jeune fille, après un long moment, décida de le prendre quand même. Le petit écureuil se prénommait Sayu. Elle le plaça sur sa blessure, un petit frisson la parcouru. Le froid, elle n’aimait pas spécialement ça, surtout que ça accentuer sur le coup la douleur.

-Remercie-le…

Naoko n’en avait pas spécialement envie mais c’était la moindre des choses.

-Merci…

C’était dit d’une façon si faible qu’elle se demandait même s’il avait put l’entendre d’aussi loin. Tout d’un coup, après un silence, le petit rouge gorge commença à chanter doucement.

-Tu avanceras quand la pluie se sera abattue ♫

Naoko l’écouta chanter, encore et encore en souriant un peu. Puis celui-ci bougea son petit fessier de volatile et se posa sur l’épaule de la jeune fille. Alors celle-ci imita une sorte de crie d’oiseau.

-Tu es là mon petit oiseau… Pourquoi es-tu ici et pourquoi l’as-tu approché, toi qui déteste tant l’humain ?

-Il m’a nourrit en riant ! Il avait l’air si gentil !

Naoko se tut et regarda le jeune homme. C’est vrai, les oiseaux étaient des animaux plus ou moins beaux selon leurs plumes. Mais de là à ce que l’un se lie d’amitié avec un rouge gorge, c’était surprenant. Elle décida donc de se lever avec du mal, pour finalement retomber.

-Aïe…

Elle laissa échapper cette plainte humaine de douleur tandis que des animaux, malgré l’odeur désagréable de l’humain à ses côtés, venaient à elle.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Le chant de l'oiseau [PV Naoko] Jeu 1 Nov - 17:50

Après la discussion entre l'oisillon et la jeune fille, celle-ci retenta de se lever, mais elle retomba immédiatement. Il fallait dire que la cheville était vraiment enflée. Soudain, Koori vit une bosse se former sous le sable. Une pince sortit. Par réflexe, le garçon recula. Il s'agissait en faites d'un crabe. Rapidement, il fut rejoint d'un groupe de mouettes, d'un hérisson, qui c'était un peu éloigné de la forêt, et d'un tas d'autres animaux. Ils s'étaient tous réunis autour de la jeune fille, comme si ils attendaient quelque chose. Elle leur baragouina quelque chose d'un air hésitant, et ils semblèrent déçus. L'écureuil vint alors lui chuchoter quelque chose à l'oreille. Au début elle semblait résigné à ne pas lui céder, vu son visage. Puis on pouvait lire de l'hésitation...Jusqu'à comprendre qu'elle cède. Elle se mit alors à chanter, accompagnée du rouge gorge. Sa voie était réellement mélodieuse, magnifique. Elle était si douce... En plus, ses cheveux volaient dans le vent et tous les animaux l'écoutaient. Koori était subjugué par la beauté de la scène. Et soudain il comprit Il était en train de tomber amoureux.

Ça paraissait stupide, illogique, incroyable, mais il avait eut un véritable coup de foudre. Il ne connaissait même pas son nom, mais ça lui importait peu. L'amour est aveugle, non ? De toute façon, il la connaissait à peine, il fallait qu'ils se connaissent un peu plus. Elle paraissait assez refermée sur elle même, ça allait être difficile. Quand elle eut finit de chanter, les animaux s'en allèrent, sauf le rouge gorge et l'écureuil.

Je...Je suis désolé pour la pente. Je ne maitrise pas encore tout à fait mon pourvoir, c'était pas ce que je voulais faire....

Elle ne répondit pas. Elle tenta encore une fois de se lever, en vain.

Tu veux que je t'aide ?

A peine Koori eut-il terminé sa phrase que la jeune fille lui jeta un regard assassin. Il recula, par réflexe, et trébucha. Il s'étala littéralement dans le sable. Quand il se releva, il crut voir un sourire sur le visage de la jeune fille, mais il s'effaça aussitôt. L'écureuil lui dit alors quelque choseà l'oreille.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Le chant de l'oiseau [PV Naoko] Ven 2 Nov - 10:35

Naoko se trouva bientôt encercler d’une multitude d’animaux marins. La plupart, Naoko les connaissaient malgré qu’elle n’aille pas à la plage. Il y en avait tellement, de toutes les couleurs, de toutes les espèces vivants sur la petite île. La jeune fille les regarda, un à un. Ils semblaient demander quelque chose.

Au début, elle ne voulait pas tendre l’oreille pour pouvoir s’occuper de la distance entre elle et le jeune homme. Mais bientôt, après des petites plaintes qui faisaient bourdonner ses oreilles, elle reposa son regard sur la multitude d’animaux. Elle n’osait même pas compter combien ils pouvaient être.

-Naoko ! Chante-nous une chanson !

C’était dit. Naoko aimait souvent leurs chanter des berceuses aussi bien humaines qu’animal. Mais malheureusement, l’endroit et la situation n’étaient certainement pas adéquats. Et l’humain qui se trouvait près d’eux ne leur faisaient pas changer leurs discours de ce qu’ils voulaient. Une chanson, une simple chanson. Voilà ce que désiraient tous ces animaux. Mais Naoko semblait gênée.

-Naoko ! Une chanson, s’il te plaît !

La jeune fille finit par céder et ouvrit, après quelques secondes, la bouche. Elle laissa des sons partir de sa gorge avant de chanter une chanson française qui ne serait sans doute pas comprise par les japonais, tant leur langue était difficile. Elle aimait chanter de sa langue natale qui semblait si harmonieuse avec ses traits.

On pouvait entendre que parfois, elle hésitait à élever la voix. La peur ? oui sans doute. Puis, elle s’arrêta de chanter et eut une sorte de tonnerre d’applaudissement de tout les animaux réunit. Ils n’avaient pas remarqués que Naoko allaient mal, sinon, ils n’auraient pas demandé à ce qu’elle chante. L’écureuil n’avait rien dit par pur égoïsme mais Naoko ne lui en voulait aucunement, cela lui avait fait du bien malgré l’hésitation de certaines paroles. Puis elle se retourna vers l’homme.

-Je...Je suis désolé pour la pente. Je ne maitrise pas encore tout à fait mon pourvoir, c'était pas ce que je voulais faire....
Naoko ne dit mot. Elle comprit que c’était lui et uniquement lui qui lui avait fait du mal avec tout ça. Elle soupira en voulant se lever. Mais c’était vain, encore une fois. La douleur était bien trop forte.

-Tu veux que je t'aide ?

Naoko posa un regard assassin envers le jeune homme. Si elle n’avait pas rencontré cet homme, elle ne serait pas dans ce triste état. Et celui-ci recula tant elle devait lui faire peur. Elle esquissa un sourire quand elle remarqua que celui-ci était tombé dans le sable. Mais ce sourire disparut bien rapidement, laissant place à la mono-expression qui envahissait son visage. Le petit écureuil regarda encore une fois la cheville de la fille avant de dire à Naoko.

-Ce jeune homme devrait t’aider… Comme l’a dit le rouge-gorge, il a l’air gentil. Il a même proposé son aide. Ce ne sont pas nous, les animaux, qui pourront t’aider… Alors Naoko, demande-lui de l’aide avant que ton état n’empire.

Naoko était réticente à cette idée mais elle soupira et posa un regard plus ou moins doux vers le jeune homme. C’est vrai, il n’y avait que lui qui pouvait l’aider dans son état même si un cheval aurait put faire l’affaire. Sauf qu’un cheval en pleine plage, ça ne se trouvait pas si facilement que cela puisse paraître… Elle prit son courage à pleine mains même si elle avait une sorte de regard implorant vers l’écureuil, lui disant qu’elle aurait préféré que cela ne se produise pas.

-Je…

Naoko se demanda comment elle pourrait faire pour demander de l’aide. Et oui, quand on a l’habitude de ne pas vivre aux dépends des autres, il est dur de formuler de l’aide. Pourtant, là elle en avait besoin plus que quiconque.

-J’ai-j’aimerai….

Un petit effort encore et elle pourrait se sentir heureuse et fière d’avoir réussit. Quoique fière, peut-être pas, vue qu’elle voulait vivre seule.

-Aide-moi s’il te plaît (en japonais dans le texte)

Elle se sentait bête. Formuler du japonais à un français, comme elle, il ne comprendrait pas, mais elle restait tétanisée. Elle garda son regard vers lui jusqu’à ce que Sayu vienne à la rencontre du jeune homme.

-Aide là je t’en supplie !

Même s’il ne comprendrait sans doute pas, Sayu tenta.


Dernière édition par Naoko Shizuru le Ven 2 Nov - 17:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Le chant de l'oiseau [PV Naoko] Ven 2 Nov - 12:06

C'est agaçant d'entendre deux personnes parler mais de ne rien y comprendre. Vraiment. Lorsque l'écureuil eut terminé, la jeune fille se mit à parler. Enfin parler, c'est un bien grand mot. Bégayer est plus adapté au bruit qu'elle émit.

Je...

Un simple mot et elle hésita déjà. Après un effort probablement énorme pour elle, elle finit par ajouter :

J'ai-j'aimerai...
Soudain, Koori fut surpris. Elle ne formula pas sa demande en français, mais en japonais. Grâce au bracelet traducteur, il compris tout de même, mais cela l'étonna tout de même. L'écureuil ajouta quelque chose qui devait avoir environ le même sens, mais difficile de réellement le savoir.

D'accord, je vais t'aider.

Elle parut surprise. Koori remarqua qu'elle n'avait pas son bracelet. Elle avait du oublié que cela existait, à force de vivre sans. Il mit sa tête sous le bras de la fille pour l'aider à se lever, et à marcher. Cela ne semblait pas franchement l'enchanter. Elle avait vraiment des efforts à faire pour ce qui est du contact humain. La montée fut longue et difficile. Ils finirent par arriver à l'embranchement. Ils pouvaient chercher une pharmacie en ville, ce qui était bien plus proche, où alors retourner à l'internat. La première possibilité parut la plus logique. Malgré tout, quand Koori se mit à aller vers la ville, la jeune fille se plaint.

P...Pourquoi on va...par là ?

Dans ton état, on arrivera pas à retourner à l'académie. Il faut qu'on trouve une pharmacie en ville.

A peine eut-elle entendue le mot ville qu'elle se mit à bouger. Évidemment, la ville était remplie de personne, et se n'était pas là qu'on allait trouver des animaux. Mais il fallait absolument aller là-bas. En plus, si ses souvenirs étaient correct, il n'y avait actuellement aucune infirmière à l'académie. Mais la jeune fille continua de se débâtir. Elle était vraiment têtue.

Écoute, je me contrefiche de se que tu diras ou se que tu ferras, peut importe si tu m'insultes où si tu me pète les jambes, je te porterais là-bas. Vu ton état on a pas le choix.

L'écureuil ajouta quelque chose, et la jeune fille finit par se calmer, non sans une grimace.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Le chant de l'oiseau [PV Naoko] Ven 2 Nov - 17:34

Naoko tremblait légèrement. En effet, elle se disait qu’il n’avait put comprendre ce qu’elle avait dit au vue de ses paroles. Elle avait complètement oubliée l’existence de ce fabuleux bracelet qui traduisé instantanément le moindre mot qu’une personne. Aucune insulte dans des langues étrangères ne pouvaient donc être dit, ce qui était très avantageux pour le maintient d’une société comme celle-ci.

-D'accord, je vais t'aider.

Naoko sentit la tête du jeune homme sous son bras qui ne put que la faire rougir à ce contact. Même banale, c’était un contact de plus entre elle et lui. Elle était surprise qu’il fasse ceci pour elle mais elle ne pouvait rien faire de plus, ne pouvant marcher toute seule. Le chemin paraissait long, très long. Elle s’accrochait au jeune homme sans vraiment le vouloir, par peur de tomber et d’être laissée là, seule. Pour une des rares fois, elle se sentait bien.

Mais le fait qu’elle se rende compte que c’était aux côtés d’un humain, elle préférait ne pas le montrer. Et oui, se dire cela, qu’on pouvait être heureux aux côtés d’un de ces humains était simplement impossible pour elle. Sayu restait sur l’épaule de Naoko, voyant bien que celle-ci allait de plus en plus mal et qu’elle commençait à changer un peu. D’un coup, elle aperçut la ville et paniqua. Elle ne connaissait pas grand-chose là-bas. On aurait put prendre Naoko pour Tarzan version féminine. Elle commença à se débattre un peu.

-P...Pourquoi on va...par là ?

-Dans ton état, on arrivera pas à retourner à l'académie. Il faut qu'on trouve une pharmacie en ville.
Mais Naoko commence à se débattre. Elle ne veut pas allée dans cet endroit remplit d’humains. Elle veut rentrer à l’internat, aller à l’infirmerie, se faire soigner par une seule personne. Elle se débattit un peu mais l’homme était bien trop fort pour elle.

-Écoute, je me contrefiche de se que tu diras ou se que tu ferras, peut importe si tu m'insultes où si tu me pète les jambes, je te porterais là-bas. Vu ton état on a pas le choix.

Malgré qu’elle comprenne ce qu’il pouvait baragouiner, elle se débattait toujours autant. Vraiment, elle avait peur. Elle pensait même lui griffer la peau pour qu’il la lâche, appeler ne serait-ce qu’un chien pour qu’il vienne le mordre et qu’elle puisse s’enfuir. Mais s’enfuir était impossible. Elle se sentait prisonnière comme une princesse dans un compte où le méchant l’emmène dans sa chambre et l’y enferme. Mais Sayu vint alors lui dire à l’oreille.

-Naoko, laisse toi donc faire ! Arrête de te débattre ! Je reste à tes côtés, tu n’as pas à t’inquièter !

Naoko s’arrêta donc. Elle arrêta de se débattre mais c’est en grimaçant qu’elle s’accrochait. Il n’avait pas intérêt à la reposer à terre avant qu’ils reviennent au pensionnat sinon elle sortirait les griffes. Elle se maintenu donc à lui. Ils arrivèrent ensuite enfin à l’endroit qu’elle attendait tant. Elle cacha son visage dans le cou de celui-ci. Elle ne supportait pas les regards qui se posaient sur elle. Non, elle n’en pouvait plus. Naoko tremblait doucement contre le corps du jeune homme.

-Je-Je veux…partir…

Elle se maintenu à lui encore plus.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Le chant de l'oiseau [PV Naoko] Sam 3 Nov - 12:21

Une fois arrivé en ville, Koori sentit la jeune fille trembler. Elle s'agrippa et se colla encore plus à lui Elle avait vraiment l'air apeurée. On aurait pu la comparer à un enfant ayant peur qu'il y ait un monstre dans sa chambre. Il n'y avait pourtant pas trop de monde, mais ça devait largement suffire pour elle.

Je-je veux...partir...

Koori ne pouvait malheureusement pas faire demi-tour. L'état de la cheville était vraiment inquiétant. L'écureuil tente de parler à la jeune fille, probablement pour la rassurer. Ça ne parut pas franchement efficace. Le rouge gorge, toujours présent, entonna une petite chanson, en vain.

Désolé de te faire endurer ça, murmura Koori.

Ils finirent tout de même par arriver à la pharmacie. Lorsque le pharmacien vit l'état de la cheville, il fonça vers l'arrière boutique et revint avec une pommade et une boîte de pansements. Koori pensa fortement qu'elle n'allait pas apprécier que le pharmacien lui applique la crème, mais il se tut. Elle était toujours aussi apeurée, mais elle ne dit rien quand le pharmacien la toucha. Peut-être qu'elle ne s'en rendait même pas compte, qui sait. Il laissa la fille s'assoir sur une chaise pour attendre un peu que la cheville désenfle. Elle était pressée de partir, c'était évident, mais il fallait attendre. L'écureuil n'arrêtait pas de lui parler, probablement pour lui dire qu'il était là, qu'il ne fallait pas avoir peur, etc. Il s'était caché car les animaux étaient interdit dans la pharmacie. Le rouge gorge était resté dehors, lui. L'animal finit tout de même par se taire et un silence se fit entendre dans la boutique. Koori n'aimait pas le silence. Il avait toujours l'impression que c'était sa faute si il y avait des blancs. Mais qu'aurait put-il dire ? Pourquoi elle avait fuit ? C'était évident, elle avait eu peur de lui, et le rouge gorge la connaissait. D'où lui venait sa peur des humains ? Beaucoup trop indiscrets. Il finit par se rendre compte qu'il ne connaissait même pas son nom.

Au faites, c'est quoi t...

Le pharmacien arriva et coupa la parole à Koori pour dire qu'elle pouvait probablement marcher. Il ne leur faisait même pas payer car c'était une urgence. Après que Koori l'eut remercié, ils sortirent le plus rapidement possible de la ville, la fille toujours agrippée à lui.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Le chant de l'oiseau [PV Naoko] Mar 6 Nov - 13:38

Ils continuèrent leur chemin, allant de plus en plus loin. Naoko voulait s’arrêter, partir en fuyant. Mais non : impossible. Vraiment, elle en avait marre d’être portée. Même si le contact presque peau à peau était agréable, elle pouvait voir les multiples regards qui se dirigeait vers elle et l’écureuil. Elle aurait voulu être une petite souris et se cacher dans son trou.

-Désolé de te faire endurer

Elle pouvait comprend qu’il lui dise ça mais c’était trop tard. Naoko n’en avait vraiment pas envie. Elle se disait, toujours autant maudite. Elle s’accrochait quand ils arrivèrent enfin à la pharmacie. Elle dut être déposée sur une chaise même si elle ne voulait pas se décrocher de l’homme, de peur. Pourtant, la pharmacie ne regorgeait pas de beaucoup de monde, même loin de là.

Mais la peur subsistait comme si rien ne pouvait la guérir. C’était comme si elle avait une maladie orpheline insoignable mais qui ne l’empêchait pas de vivre et de bouger. Le pharmacien vu la blessure de Naoko et se dépêcha d’aller dans l’arrière boutique pour chercher quelque pommade qui la soignerait et ferait désenflée la cheville.

Elle préféra fermer les yeux et laisser le pharmacien qui avait l’habitude de le faire. Elle essaya de s’imaginer qu’elle était dans la forêt, accompagnée de ses amis les animaux.

Elle ouvrit la bouche comme si elle allait chanter puis ouvrit les yeux pour remarquer que le pharmacien avait enfin finis sa besogne. L’écureuil avait beaucoup parlait pour tenté de rassurer Naoko mais il l’avait vu, au fur et à mesure, qu’elle s’était détendu.

-Mer..ci…

C’était à peine inaudible, sans doute personne, à part elle et l’écureuil, avait dut entendre ce remerciement. Puis elle regarda l’homme qui lui posa une question qui n’aboutit pas car le pharmacien lui coupa la parole.

-Au faites, c'est quoi t...

Naoko sut deviner ce qu’il aurait put demander : son prénom. Mais voulait-elle le dire ? A quoi cela pourrait lui servir maintenant qu’elle était, si on peut dire, sur pied ? A quoi cela rimer ? A rien. Même par politesse, elle avait envie d’oublier cette question. Elle voulait oublié ce moment désastreux. Mais finalement, après mûre réflexion…

-Je…Naoko…

Elle détourna e regard et regarda les médicaments. Puis elle se remit sur le jeune homme qui ne tarda pas à lui dire son prénom et l’aggrippa comme d’habitude.

-On…repart dans la forêt ?...

Elle se fit raccompagner par le petit rouge gorge qui piailler de bonheur de la voir reprendre des couleurs. Elle esquissa un sourire et regarda le petit écureuil, tout heureux. Ils arrivèrent de nouveau à la forêt. Elle demanda timidement de se faire reposer sur une pierre puis elle regarda Koori.

-Pourquoi… m’as-tu suivis ?...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Le chant de l'oiseau [PV Naoko] Mar 6 Nov - 16:16

Finalement, la fille avait bien compris sa question. Elle s'appelait Naoko, et Koori lui dit son nom à son tour. Elle sembla immédiatement rassurée dans la forêt et lui demanda de la poser. Soudain, elle posa une question qu'il n'avait pas prévu.

Pourquoi...m'as-t suivis ?

Lui même ne connaissait pas la réponse. L'avait-il suivit à cause du rouge-gorge, ou par simple réflexe, après tout quand quelqu'un s'enfuit on a le réflexe de le poursuivre pour savoir pourquoi.. Il décida de dire la vérité.

En faites...Je ne sais pas. C'était probablement un réflexe. Comme ton réflexe a été de me fuir, le mien a été de te poursuivre pour savoir pourquoi.

Koori ne sut dire si cela avait convaincue Naoko. Elle paraissait perturbée, hésitante, mal à l'aise. Elle lâcha une autre question.

...Tu... viens d'où ?


C'est difficile à croire, mais je suis né en Antarctique. Mes parents étaient des chercheurs.

Naoko semblait écouter, mais il avait peur de l'ennuyer alors il se tut et proposa de retourner à l'académie. Ils se remirent donc à marcher. Elle pouvait probablement marcher seule maintenant, mais elle continuait pourtant à s'agripper à lui.


Dernière édition par Koori Hi le Mer 5 Déc - 13:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Le chant de l'oiseau [PV Naoko] Ven 16 Nov - 20:33

Naoko avait donc baissé le regard. Mais quand celui-ci recommença une phrase, elle perçut que les yeux du jeune homme changeaient de couleur. C’était maintenant un beau jaune qui ornait les yeux de Koori.

Naoko ne put s’empêcher de se demander comment cela pouvait-être possible. Physiquement et chimiquement dit, cela relever de l’impossible. Les yeux possédaient une seule et même couleur, ou parfois un de couleur différente de l’autre. Mais jamais elle n’avait put voir deux yeux changer subitement de couleur quand une personne parlait. C’était déjà un humain anormal pour elle, alors voir que ses yeux puissent changer de couleur l’émerveillé tout en lui faisant peur.


-En faites...Je ne sais pas. C'était probablement un réflexe. Comme ton réflexe a été de me fuir, le mien a été de te poursuivre pour savoir pourquoi.

Naoko semblait hésitante. En effet, être poursuivis juste par plaisir… Elle avait l’envie de lui demander s’il n’était pas un pervers sexuel mais elle préféra s’abstenir. Elle se disait que ce n’était pas des choses à dire. Certes elle n’appréciait pas les humains mais pas au point d’insulter ceux qui ne lui ont rien fait.

-Et...pourquoi tes yeux ont changés de couleur ?

Et oui, la question tant attendu sortit de la bouche de la jeune fille. Ah, comment elle attendait de poser cette question ! Naoko était tellement curieuse, cela lui titiller bien trop fortement sa curiosité. Elle se devait de demander. Et ce qui la choqua le plus c’est que le jeune homme voulu bien raconter sa vie.

-En faites, mes yeux reflètent mes émotions. Leur couleur changent en fonction de ce que j'éprouve. Mon père m'avais dit que c'était parce que je suis né sous une aurore boréale. Je pense qu'il avait dit ça comme ça, mais qui sait, c'est peut-être la vraie raison.

Naoko semblait passionnée par les mots qui entravaient la bouche de Koori. Elle était subjuguée par son histoire alors que pourtant, c’était juste une histoire parmi tant d’autre qui avait des allures de contes enchantés. Le fait de se dire qu’il avait put vivre dans le grand froid la motivée à écouter encore plus, tant elle aimait les animaux du grand nord.

-C'est difficile à croire, mais je suis né en Antarctique. Mes parents étaient des chercheurs. Bref, mes yeux deviennent bleu quand je suis...normal, jaune quand je suis perturbé ou que j'hésite, noir quand je déprime, violet quand je mens, ou rouge quand je suis en colère.

Naoko aurait voulu en savoir plus. Ce qui semblait pourtant si étrange venant d’elle, mais elle n’y pouvait rien.
Elle avait envie de savoir, toujours plus. Alors qu’elle aurait pu marcher plus ou moins normalement, elle préféra s’agripper encore à Koori. Le contact humain lui avait manqué, ce contact de corps chaud à corps chaud.

Elle ne l’avait plus éprouvé depuis la mort de sa mère, cela faisait déjà une paire d’année. Un animal, ça à beau être chaud, ce n’est pas pour cela que le rapport était le même. Ils continuèrent donc à marcher en direction de l’académie.

-…

Elle laissa échapper un soupire de fatigue puis s’agrippa un peu plus.

-C’était…comment là-bas ?... Dans… le grand froid…

Sayu était plus ou moins étonné d’entendre sa jeune amie parler mais elle était plus ou moins heureuse. L’écureuil n’appréciait certes pas les humains mais elle aimait voir Naoko se décoincer peu à peu.

-Excuse moi si…mes questions te gènent…

Elle détourna le regard, regardant le ciel ensuite, se disnat qu’il allait sans doute pleuvoir, ce qui ne tarda pas à arrivé. Déjà une petite pluie commença à couler. Naoko espérait simplement que la terre ne se transforme pas en boue et qu’eux deux tombent ainsi… Ainsi que Sayu…


Dernière édition par Naoko Shizuru le Dim 9 Déc - 19:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Le chant de l'oiseau [PV Naoko] Dim 18 Nov - 12:56

Koori appréciait le fait qu'elle se tienne à lui. Son corps était chaud. D'accord, le sien c'était réchauffé depuis qu'il avait fait sa dépression, et c'était finit tout ça. Mais cela faisait longtemps qu'il n'avait pas senti autant de chaleur humaine.

C’était…comment là-bas ?... Dans… le grand froid…

Décidément, Naoko enchainait les questions bien curieuses....

Excuse moi si…mes questions te gênent…
Ça ne le gênait même pas tant que ça. Avant qu'il réponde, il sentit des gouttes d'eau. Il plut de plus en plus. Ils finirent par se mettre sous un arbre, dont les grandes branches et les nombreuses feuilles les protègeraient. Il en profita pour répondre.

Je ne sais pas. Lorsque je suis né, mes parents ont quittés leur travail et leur vie là-bas. Pour que je puisse vivre dans des conditions plus favorables. Après quoi j'ai vécut avec eux dans les Alpes françaises...Jusqu'à mes 10 ans...

Il repensa à Chugo et à ses parents, mais changea immédiatement de sujet.

La pluie risque de durer. Si on attend, ça va être long. On ferrait mieux de continuer.

A peine eut-il finit ses mots qu'ils enleva son blouson à capuche et le tendit vers Nao. Elle semblait hésitante et incrédule.

Ton bonnet ne te protégera pas de la pluie et ta veste ne m'a pas l'air bien chaude. Prend ça pour ne pas attraper froid. Moi j'ai l'habitude.

Elle finit par accepter et ils se remirent en marche. Koori était trempé, mais bon. Ça ne le gênait pas plus que ça. Ils finirent par arriver dans les jardins, mais ils continuèrent leur chemin jusqu'au grand hall, pour être à l'abri. Il était aux environs de midi. Ça avait prit un long moment de remonter Nao jusqu'à la pharmacie. Arrivé dans le hall, ils s'arrêtèrent...Et Koori ne sut quoi faire. Il ne voulait pas la quitter, mais il le fallait bien ou elle allait se douter de quelque chose, et il devait se connaitre un peu plus. Mais dans ce cas, que dire pour la revoir ? Plongé dans ses pensées, il ne remarqua pas immédiatement que Nao lui tendait son manteau. Elle murmura un simple mot.

Merci.

Koori crut voir un sourire sur son visage, puis elle partit, et le rouge gorge, qui s'était posé sur l'épaule de Koori, se mit à chanter...Quand à lui, il savait qu'il allait la revoir. Même si ils ne s'étaient rien dit, il le savait.


Dernière édition par Koori Hi le Mer 5 Déc - 13:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Le chant de l'oiseau [PV Naoko] Mer 21 Nov - 15:50

La pluie commençait à tomber, doucement mais sûrement. Koori prit alors la décision d’aller sous un arbre. Le corps de Naoko devait lui sembler lourd avec toute la montée qu’ils s’étaient pris. Mais ils n’y pouvaient rien. Quand ils s’arrêtèrent sous un arbre, Koori reprit doucement.

-Je ne sais pas. Lorsque je suis né, mes parents ont quittés leur travail et leur vie là-bas. Pour que je puisse vivre dans des conditions plus favorables. Après quoi j'ai vécut avec eux dans les Alpes françaises...Jusqu'à mes 10 ans...
Nao arrêta de poser des questions. Même si elle avait envie d’en savoir plus, elle sentait que celui-ci était triste malgré qu’elle ne puisse voir la couleur des yeux du jeune homme. Elle se recolla un peu, frissonnant légèrement avec le froid qui s’installait, mais elle préférait ne rien laisser paraître et rentrer au plus vite.

-La pluie risque de durer. Si on attend, ça va être long. On ferrait mieux de continuer.

Quand il eut finis ses mots, Naoko remarqua que le jeune homme lui tendit son blouson. Certes il pleuvait plus ou moins fortement, mais même s’il s’occupait bien d’elle, elle aurait pensait qu’il était trop égoïste pour partager cela et qu’elle serait donc tremper au final. Mais non, lui était différent des autres.

-Ton bonnet ne te protégera pas de la pluie et ta veste ne m'a pas l'air bien chaude. Prend ça pour ne pas attraper froid. Moi j'ai l'habitude.
Il avait raison, elle le savait. Elle regarda la veste d’un air incrédule, non sûr d’elle. Elle n’osait pas abuser de lui. Et puis, elle avait l’habitude de la pluie et du froid. Ce n’était pas une petite pluie comme ça qui allait la tuer, loin de là.

La jeune fille prit donc le manteau et le déposa sur ses épaules, en continuant le chemin. Il était environ midi quand ils arrivèrent dans le hall. Naoko descendit du dos du jeune homme, regardant ses quelques cheveux trempés. Elle tendit le blouson à Koori qui semblait perdu dans ses pensés.

-Merci

Quand il l’eut repris, elle dégaina un léger sourire et s’en vint vers sa chambre, boitant légèrement. Elle décida de prendre une douche. Naoko se demanda quand est-ce qu’ils allaient se revoir, sans doute bientôt. Sous les jets de la douche, elle se rinça, lavant Sayu de même.

-Koo…ri..

Elle déposa sa main sur l’un des murs de la douche. Vraiment, ce jeune homme l’intriguait au plus au point, si bien qu’elle désirait déjà le revoir.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le chant de l'oiseau [PV Naoko]

Revenir en haut Aller en bas

Le chant de l'oiseau [PV Naoko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Age :: Pensionnat-