New Age


 
AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

{ il y a des choses qui ne s'expliquent pas }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

avatar

MessageSujet: { il y a des choses qui ne s'expliquent pas } Jeu 12 Juil - 18:17


{ des choses qui ne s'expliquent pas }
On peut toujours dire que le feu est maudit mais alors la tornade l'est aussi.
Seven&Eclipse*
Comme un trésor impossible à atteindre, un but qu'on s'est fixé, une chose qu'on aimerait pouvoir toucher de nos mains sans jamais s'en lasser. Une chose que l'on regardera toute notre vie s'il le faut, tant est qu'il ne nous échappe pas. Il faudrait que cette chose existe mais nous n'en avons pas les coordonnées. Peu importe que la pluie nous trempe, peu importe que la neige nous refroidisse, peu importe que le soleil nous chauffe, le seul but dans la vie que je devrais atteinte sera celui-là. L'accomplissement d'une chose éperdument recherchée par mon pitoyable être sans importance. Il faut que j'atteigne la vérité, sans m'écorcher les genoux déjà bien abîmés. Pourquoi est-ce si difficile de croire en une chose qu'on a pas vu ? Même si on ne les voit pas, ça ne veut pas dire qu'ils n'existent pas. Je ne vois pas mes poumons mais je respire, je ne vois pas mon cœur mais je le sens battre, je ne vois pas mon cerveau pourtant... Non laissez tomber le cerveau. Ce que j'essaie surtout de dire, c'est qu'on aura beau croire, la vérité n'est pas toujours celle qu'on espère. Peut-être que je le savais déjà, mais au plus mes journées deviennent longues et insupportables et plus je me rends compte que je n'avais pas totalement tord... voire que j'avais complètement raison.

Ce rêve me hantait depuis plusieurs semaines déjà. Ce rêve où je vois le feu prendre possession de notre maison, cette belle demeure. Seven et moi-même, pétrifiées, encore gamines et sans défense, que pouvions-nous faire d'autre, à part attendre un miracle ? Y avait-il vraiment un échappatoire à ce spectacle épouvantable ? Le feu ne faisait pas de bruit, pas plus que les gens que l'on chérissait tant, restés à l'intérieur. Étaient-ils morts sans la moindre souffrance ou n'avaient-ils pas eu le courage de crier ? Pourquoi ne l'auraient-ils pas fait ? Toutes ces questions se mélangeant et bouillonnant dans ma tête, ces questions auxquelles je sais personne ne pourrait y répondre. Je sais que je me torture, mais parfois, j'en ai besoin. Je ne sais pas pourquoi, il y a des moments comme ça où me torturer me semble fondamental. Peut-être que sinon, je me sentirais coupable de n'avoir rien ressenti comme douleur. Qui peut savoir ? Personne ne pouvait sans l'essayer, et j'étais la seule à pouvoir chercher la réponse. Cependant, au fond de moi, j'étais sûre que je ne l'aurai pas, car je ne voulais pas la chercher. Je ne savais pas pourquoi, ou en tous cas, je ne savais plus. Le feu envahissait mon champs de vue et c'était tout ce qui importait. Je me sentais désemparée, coupable et je venais de me décevoir moi-même. Je me demandais si ça aurait été possible que je sauve tout le monde. Peut-être oui, peut-être non. Je ne voulais pas non plus chercher la réponse. C'est à ce moment-là que je me sens me perdre, mourir peu à peu, sans savoir ce que je fais dans ce trou noir, sans savoir pourquoi mes larmes ne coulent plus puis là, d'un coup sans prévenir, je ne sentais plus rien et me réveilla sous une note prétentieuse et agaçante qui me torturait la tête..

Ce matin-là, comme tous ceux déjà vécus jusqu'à présent, le réveil sonna à la bonne heure. J'aurai tellement voulu qu'il soit en retard, mais je ne pouvais pas vraiment décider à moins d'en changer l'heure. Chose que je n'aurais pas put faire puisque Seven aurait réglé le sien à la bonne heure. Ainsi donc le bruit insupportable de l'appareil me perçait les tympans, chaque matin il me narguait. C'était tous les jours de la même manière, comme si c'était normal qu'on doive suivre le train-train quotidien, celui qui nous démotive tant de recommencer. Mais avais-je vraiment le choix ? J'aurais put décider de rester dans mon lit, mais j'en connais les conséquences, et je ne voulais pas les réessayer. Ce n'était pas de la peur mais du bon sens, je sais ce que je rate, je suis heureuse de le faire. Me revoilà ainsi dans la même situation que les autres jours passés, avec ce même ennui au visage, ce même ennui qui me serre contre mon lit, qui ne veut pas le quitter. J'entends alors un bruit sourd, un glissement certain, auprès de la fenêtre. Seven aurait ouvert les rideaux ? Peu importe, je restais encore dans mon lit, je ne voulais pas me lever pour voir si les rideaux étaient ouverts. De toutes façons, la réponse arrive rapidement, puisqu'en peu de temps, je sentis le soleil taper sur mon visage à moitié sous les couvertures, posé contre l'oreiller. Il faisait donc beau, aujourd'hui. J'entendis des pas plus loin, s'éloigner de la fenêtre, aller jusqu'à la salle de bain. Le robinet s'ouvre, j'entends l'eau filtrer dans les égouts et en déduit que Seven doit se brosser les dents. Le robinet s'arrête, les pas recommencent, se rapprochent puis s'éloignent à nouveau et la porte s'ouvre. Je perçois des voix inaudibles dans le couloir avant que la porte se referme. Encore une fois, c'est pareil.

Ainsi donc je me lève avec cette peine habituelle qui un jour me rongera de toute volonté et m'empêchera complètement de me lever. Seven est donc vraiment partie sans moi... Me laisserait-elle dormir aujourd'hui ou bien serait-ce juste parce qu'elle était pressée ? Je ne savais pas et je n'avais pas envie de savoir, ou en tous cas, pas maintenant. Mes pieds se posèrent doucement sur le sol, et mes mains dans mes couvertures. Pourquoi aujourd'hui était-il plus dur que les autres jours ? Qu'avais-je fait hier soir pour être aussi fatiguée aujourd'hui ? Ce n'est pas inhabituel que je sois fatiguée, mais aujourd'hui est pire. Je devais m'apprêter mais je n'en avais aucune envie. Qu'est-ce qui était différent, aujourd'hui ? Je ne savais pas mais en tous cas, je savais une chose, je n'irais pas en cours. Ainsi donc dans mon pyjama, je me levais, m'habilla, m'apprêta et à la manière de ma sœur, repartit. En fait, nous avions les mêmes habitudes, mais à des périodes différentes. J'étais plus à la traîne, elle était plus énergique, dynamique.

Je vagabondais sans but certain dans les couloirs, par-ci par-là j'entendais un cours en passant devant une classe sans jamais comprendre le sujet. Parfois je reconnaissais un mot déjà entendu de la part d'un professeur, tels que "Tais-toi" ou "Punition collective par ta faute". Ces mots si affectueux que seuls les gens comme moi peuvent comprendre sont à tomber par terre, il suffirait que le professeur soit un peu indulgent envers mon sommeil pour qu'il n'ait jamais à les prononcer. Pourtant, ça tombait toujours sur moi. Aujourd'hui au moins, ils ne s'adresseraient pas à moi, puisque je ne suis pas en cours... Et pour une raison mystérieuse, je m'étais dirigée vers les jardins, que j'admirais sauf que ce que je voyais, c'était plus un immense dortoir où on me lâchait en liberté. Ainsi me voilà à dormir dans la pelouse, sans même entendre qu'il avait déjà sonné...

#pv Seven Walker
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: { il y a des choses qui ne s'expliquent pas } Jeu 12 Juil - 21:27


Des choses qui ne s'expliquent pas
&&
S E V E N . W A L K E R && E C L I P S E . W A L K E R
Seule.....Seule dans le noir infinie de ma mémoire. Ainsi je savais à quoi ressemblait un rêve perdu, ça ressemblait à rien. A par un immense trou noir percer dans ma mémoire ou plutôt dans mon monde, mon monde ou je rêve habituellement de diverses choses plus absurdes que les autres. Serte le monde des rêves est très vastes , entre les rêves d'aventures, d'amours, d'amitiés , de voyages .... Tout ça réunie dans un seul et pourtant si beau pays. Dedans, tu peux faire tout se que tu veux, courir tout nue dans les champs de Maïs en compagnie de Mouloup : Mélange entre un mouton et un loup , oui ceci n'est pas très courant... Dans se monde fabuleux aux mille et une couleurs, tout le monde est beaux , gentils, et c'est en quelques sortes le pays des bisounours. Mais Opposé à lui, le monde des cauchemars.... Là où la peur règne maître des lieux. Là bas, il y a tout les méchants qui viennent briser nos rêve les plus fabuleux et c'est à se moment que le cauchemars commence. Accidents, meurtres, viols, kidnappings bref, tout se qu'il y a de plus triste et horrible. Je ne savais pas vraiment se que je faisais en se moment, rêvais-je ou faisais-je un cauchemar? Bonne question, je n'en sais trop rien moi même, moi qui possède pourtant une âme, un corps , une vie... Ma vision est toujours noir, je ne voyais rien à se que je faisais, tombais-je? Étais-je assise? Je n'en savais rien, une chose est sur, c'est que dans se que je fais, je suis totalement consciente de mes actes et aussi totalement responsable.

Pendant se temps là, ou je restais dans le noir complet, je pensais à ma soeur, que faisait-elle en se moment même où je pense à elle? Je n'en savais rien non plus, ça me tracassais un peu, fait-elle un rêve ou bien un cauchemar? Ou bien les deux? Toutes les réponses à mes questions sont dans ce qui est nommé par les scientifiques "le cerveau" de ma soeur bien que je pense moi même et que j'en ne suis pas sur qu'elle en a vraiment un. Mais je pensais à tout autre chose aussi, je ne sais pas quoi exactement mais je pense... Je pense à beaucoup trop de chose en une seconde que parfois je m'étonne moi même de mon intelligence..... Ça me fais peur aussi , peur d'avoir trop bien réussi un exercice ou alors un Examen , être encore critiquer car je suis la première de ma classe.... Tout ça me perturbe mais pas simultanément, j'oublie quelque petites choses en cour de route , se qui m'arrange souvent la tache qui ce si dit, n'est pas si simple que sa en a l'air. Bien heureusement d'un sursaut magnifique et d'une étrange musique , je sors de se trou noir géant ou je me trouvais depuis plusieurs heures, adieu monde inconnue, adieu le noir , adieu mon moi même antérieur.... Bonjour la lumière!

Un étrange bruit sonorisé envahie automatiquement la pièce , qui avant ça, était très calme , sans bruit aussi fort que celui qui bip dans cette pièce. Je parie, que , en se moment même, Eclipse grogna intérieurement. Je souriais les yeux fermer, ils ne voulaient pas se décollés pour s'ouvrir, laisser place à mes deux pupille noir qui envahie mon oeil ne laissant aucune chance à ma couleur marron de mes yeux. Me forçant à les ouvrirent , mes paupières pales se décolle enfin, laissant place à mes yeux qui malheureusement mal réveiller , je ne voyais rien. Je souris, encore sous ma couette chaude mais je décide aussitôt de me lever, sur un coup de tête. Je vira doucement ma couette , la replaçant comme il faut avant de m’asseoir sur mon lit , mes pieds touches à peine le sol, normal , je suis au milieu du lit. Je posa une de mes mains sur le matelas moue qui m'aide à m'endormir et de l'autre je me frotta les yeux, un peu la tête dans les nuages. Je frappa doucement mon réveil afin de l'éteindre pendant que celui de Eclipse sonna toujours, comme chaque matin devrais-je dire. Alors je m'avança sur le bord de mon lit, met mes chaussons aux pieds et je me leva enfin. Je re fais alors d'un geste simple mon lit , le retapant si bien qu'ont dirais que je n'est pas dormit dedans! Mes yeux étant habituer au noir de la pièce ou je me trouvais se tourna vers Eclipse qui dormait toujours, ou peu être pas, je souris encore une fois. Après ça, je me dirige d'un pas léger vers la fenêtre de notre chambre, attrape les bouts de tissus qui sont les rideaux et les ouvrit. Aujourd'hui, le soleil était déjà debout , le ciel est dégager, une bonne journée s'annonça ! J'ouvre donc la fenêtre pour faire rentrer l'air frais du matin dans la pièce ainsi que de la lumière pour ne pas utiliser les lampes. Un rayon de soleil vient s'écraser sur le visage mis découvert de Eclipse, ça éclaire sont beau teint frais et chaleureux.

Pendant se temps, après avoir ouvert la fenêtre, je me dirige toujours du même pas vers notre salle de bain commune de notre chambre, ouvrant la porte et la laissant entre ouvert pour voir si Eclipse se réveille . J'allume le robinet tout en prenant ma brosse à dent et mon dentifrice personnel. L'eau coula pendant que je me brossais les dents mais, toujours aucun signe de l'éveil D'Eclipse. Je soupira calmement avant de recracher ce que j'avais dans la bouche et de me rincer. Je fais ensuite ma toilette avec du savon et un gant de toilette pour me débarbouiller la tête de mort vivant que j'ai le matin. Puis je referme le tout en retournant dans la chambre, Eclipse dort toujours et son réveil sonna toujours. Je rigola en étouffant mes rires et je part m'habillé. Attrapant la jupe à carreau de l'établissement ainsi que la chemise et la cravate , l'uniforme qui symbolise l'établissement et qui est obligatoire à porter. J'enfile le tout avant de mettre les petites chaussures de l'uniforme à mes pieds et de partir de la chambre en prenant mon sac avec soins. Toujours aucun signe d'Eclipse à l'horizon.Je sors de la chambre en prenant soins de ne pas faire de bruit en refermant la porte , beaucoup de monde discutait dans les couloirs de l'internat. J'entend quelqu'un prononcer mon nom, je me retourne donc, surprise.

- Seven! Comment vas-tu? Eclipse n'est pas avec toi?

- Ha bonjour ! Je vas bien, merci et toi? Non Eclipse dort encore.

- Je vais bien. On y va ensemble?

- Avec plaisir!

Je souris alors à ma camarde et je pars aussitôt avec elle, laissant Eclipse seule, dormir paisiblement.. C'est bien la première fois que je la laisse. Pendant se temps, je pars en classe, je n'aime pas vraiment louper les cours. Pendant plusieurs minutes j'écoute le professeur attentivement quand je tourne la tête regarder le ciel bleu de la mâtiné. Puis mon regard descendit vers un point fixe. Au début, ça ne me disait rien, puis je reconnue Eclipse, ma soeur, elle était en train de dormir sur la pelouse, paisiblement je suppose. Je demanda alors à sortir de la classe, j'ai eu l'autorisation. J'accourue dans les jardins de l'établissement, recherchant Eclipse. En vingt, je ne la trouve pas mais, après une ou deux minutes , elle était la, en face de moi, par terre. D'un pas décider , je vais vers elle, m’agenouille près d'elle et la secoua doucement.


- Eclipse.....Eclipse réveil toi! Il fais froid dehors à cet heure si!
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: { il y a des choses qui ne s'expliquent pas } Jeu 12 Juil - 22:42


{ des choses qui ne s'expliquent pas }
On peut toujours dire que le feu est maudit mais alors la tornade l'est aussi.
Seven&Eclipse*
Je m'étais mise à dormir, encore une fois. L'herbe sur mon visage bougeait avec le vent d'un rythme irrégulier et agréable, une légère brise qui faisait virevolter quelques gouttes de la rosée dans mes cheveux. Ceux-ci détachés, passèrent une fois sur mes yeux, une fois sur mes joues puis dans mon cou, retournant alors dans mon dos, comme si ce n'était qu'un jeu enfantin auquel il était drôle de jouer. Peut-être était-ce le cas, mais je doute sérieusement que des cheveux puissent trouver une activité amusante. Au final, tout ne se résumait plus qu'à ça, un simple jeu où personne s'amuse, un jeu où tout se répète encore une fois, ou plus rien n'atteint notre pauvre âme qui prend pitié de notre corps. Tout ça, ce n'est plus qu'un vilain quotidien qui nous hante, qui nous maintient dans notre philosophie fermée et inutile. Philosophie sans importance qui ferme notre esprit encore un peu plus à chaque seconde de nos misérables existences, philosophie qui est la même, peu importe l'époque. Celle d'être le meilleur quoi qu'il arrive, le plus populaire, le plus beau, le plus stylé. Cependant, ça n'a d'importance qu'aux yeux des "autres", les autres qui regardent les Walker de travers, parce qu'elles sont différentes des "autres". Oui, Seven et moi sommes différentes des autres car nous avons été élevées comme ça, avec une philosophie ouverte, par laquelle on ne fait pas tout pour être accepté dans un groupe, mais pour être nous-même, et pas juste une personne parfaite. Parfois les gens disent que je suis bizarre, parfois les gens disent que Seven est trop timide, mais ils ne savent rien de nous deux, rien du tout, et s'ils jugent, c'est leur choix, mais qu'ils ne viennent pas nous mettre des bâtons dans les roues, à notre objectif : la vérité.

Alors que paisiblement, je dormais bien que contre le sol, je me sentais en sécurité et dans un état de confort absolu. Oui, le sol était dur et mouillé par la rosée du matin, mais finalement, c'était peut-être ça qui me réconfortait, d'avoir un peu de frais sur moi, même si ma peau, aussi froide peut-elle être, n'en avait pas besoin. Alors pourquoi ? Pourquoi est-ce que d'un coup, ça me semblait fondamental, cette petite goutte dans ma nuque et l'autre sur ma joue ? Comme si c'était un besoin de l'avoir sur moi, comme si elle m'aidait à vivre... Profondément endormie, je pénétrais dans l'antre des rêves, celle dont on ne s'échappe qu'en en mourant. Oui, pour échapper à un rêve, il faut toujours s'apprêter à souffrir. C'est peut-être ce qu'on peut appeler un coup de fouet, ce qui te réveille avant la douleur. Est-ce comme ça aussi de mourir dans la réalité ? Est-ce que tu meurs avant de souffrir ? Je me demande. Au fond de moi, je voulais savoir mais en réalité, j'avais peur de la réponse. Je me contentais alors de ne pas en avoir, et continuais à rêver. Il pouvait se passer la pire des conneries dans ce rêve, je ne m'en souvenais pas. Comment était-ce possible qu'un rêve semble aussi réel et à la fois fictif, mais sans que tu te doutes que ça l'est ? Je trouve que le rêve est une chose passionnante qui mérite qu'on s'y enferme. C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles j'aime tant dormir. Étudier un rêve est une chose merveilleuse, peu importe quel rêve cela peut être. Le comparer à la réalité, se demander lequel des deux est le plus incompréhensible, tout ça me fait vibrer pour une raison que j'ai toujours ignoré. Dormir est si agréable quand on est conscient de rêver... On peut y faire tout ce qu'on veut.

Non, c'était trop beau pour qu'on me laisse dans ce rêve. La voix de ma sœur retentit dans ma tête et mon corps se mit à bouger doucement. Si c'est pour elle, alors je me réveillerai, mais il faut juste me laisser le temps de le faire. La flemmardise envahissait mon corps tout entier, je traînais à ouvrir les yeux et toute la peine que j'émettais pour me réveiller semblait dure à vivre. Je me torturais de ne pas pouvoir rester endormie. Mais c'était Seven, il était hors de question que je la laisse seule alors qu'elle m'avait appelée. Ainsi mes paupières se levèrent doucement, mon corps se tourna avec peine vers ma jumelle qui me fixait intensément et je la regardai, sans jugement négatif ou positif, d'une manière tout à fait neutre dont moi seule ai le secret. Elle semblait inquiète, son visage était pâle, tout comme le mien. Chose à laquelle j'aurais dut être habituée, mais cette fois-ci, il le semblait plus que d'habitude. Pourquoi ? Je ne savais pas.

    «Hello. Tu sais, il ne fait pas froid, par terre.»

Peut-être était-ce vrai ? Je n'avais pas froid, couchée ainsi, mais je n'avais pas tellement chaud non plus. En tous cas je ne lui ai pas menti, je ne le ferais pas, jamais. Premièrement, ce n'est pas mon genre, deuxièmement, surtout pas à ma sœur. Je pourrais me détester jusqu'à la fin de mes jours si jamais je lui mentais. C'est la dernière chose au monde que je voudrais faire. Si seulement je pouvais éviter de le faire toute ma vie, ce serait un bonheur et une fierté complète pour moi. Avoir la conscience tranquille envers sa propre jumelle est une bonne chose, je vous assure. Pourtant, elle ne semblait pas satisfaite de ma réponse. Je soupirai, m'assit et tapota d'une main accueillante la place à côté de moi, comme pour l'inciter à s'asseoir.

    «Je suis désolée de m'être réveillée en retard, j'avais vraiment pas envie, tu sais. C'est déjà un miracle que je sois là.»

C'était difficile à s'avouer, mais c'était vrai, et j'aurai au moins eu la satisfaction de savoir que je ne lui ai toujours pas menti. Ça, c'est la meilleure chose qui puisse arriver. Ne jamais mentir à ma jumelle, Seven, que je chéris tant.

#pv Seven Walker
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: { il y a des choses qui ne s'expliquent pas }

Revenir en haut Aller en bas

{ il y a des choses qui ne s'expliquent pas }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Age :: Pensionnat-