New Age


 
AccueilAccueil  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Toi aussi vas-tu lécher le sol ? [PV : Abbygaell K. Sosa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

avatar

MessageSujet: Toi aussi vas-tu lécher le sol ? [PV : Abbygaell K. Sosa] Mer 27 Juin - 13:45

Un billet d'avion. Il est étrange comment une vie peut basculer du tout au tout avec un simple bout de papier. Pour certains ce changement peut se faire à l'aide d'un gros chèque, un simple bout de papier sur lequel est placé un montant qui ne peut faire que rêver. Pour Rei, il s'agit d'un simple billet d'avion. Ce n'est aucunement la première fois qu'il prendra un tel engin, mais la destination elle est véritablement unique. L'un des sujets sensibles du jeune homme est bien celui sur son don. Quelqu'un d'aussi fier que lui ne peut supporter l'idée de perdre le contrôle sur quelque chose qui lui appartient, qui fait entièrement parti de lui. Pourtant, qu'importe ses efforts, il arrive toujours des accidents, certes ils s'amenuisent avec le temps, mais l'idée qu'ils puissent réapparaître a toujours effrayé Yagami. Pourtant, à l'aide de ce simple billet il pouvait détruire cette peur, il existait en ce monde un endroit où des personnes semblables à lui se rassemblaient. Ils n'avaient plus à se cacher par peur du concept de « normalité » construit par la société, ils pouvaient être eux même. Rei ne cherchait pas à trouver des personnes comme lui. Il savait très bien que c'était impossible, en dehors du fait qu'ils possèdent tout comme lui cette particularité nommée dons, il n'en restait pas moins totalement différent de tous et de toutes vu cette horrible personnalité. Il était sur le point de faire sa dernière apparition publique avant qu'il ne puisse quitter l'île. Il ne savait pas quand ceci serait possible. Qu'ils n'aient pas de vacances ne le dérangeait pas, il souhaitait pouvoir contrôler son don aussi rapidement que possible, quitte à devoir travailler plus que n'importe qui. Il se doit d'être au-dessus de toute personne aussi bien vivante que décédée. Il n'est ni un roi, ni un prince. Il est lui. L'existence au-dessus de toutes choses. Pour sa dernière apparition publique il se contenta de dire que ses fans allaient énormément lui manquer, mais qu'il tenait absolument à faire des études supérieures. Ses fans étaient tout de même des idiots. Pourquoi un acteur comme lui avec l'argent qu'il gagne devrait avoir besoin d'une telle chose ? Un seul contrat suffit à lui faire gagner une somme qui fait rêver le commun des mortels. L'argent est attiré par l'argent après tout.

Lorsqu'il eut enfin finit sa conférence de presse ainsi qu'une petite séance d'autographes où il eut encore le droit à des demandes toujours aussi incroyables tels que signer le sein gauche d'une demoiselle aux formes généreuses, il parti pour le point de rendez-vous. Ne pouvant pas spécialement laisser quelqu'un savoir où il allait, il dû se déplacer seul en une voiture qu'il avait acheté pour l'occasion. Il fit la route assez rapidement, fidèle à lui-même : non soucieux des règles imposées par un autre. Comme si quelqu'un pouvait le forcer à faire quelque chose qu'il n'a pas envie de faire, il n'est guère le genre de personnes à avoir peur de prendre des risques, au contraire, il aime les sensations fortes et les situations incroyables. Le point de rendez-vous était dans une zone désaffectée dans une certaine ville en Amérique. Pour éviter d'être reconnu, le jeune homme s'était comme à son habitude déguisé. Ne prenant aucun risque, il avait cette fois décidée de porter un costume cravate de grande marque qu'il avait récemment acquis ainsi que des lunettes de soleil le tout accompagné d'une perruque blonde similaire à sa coupe de cheveux habituelles. Rei n'est guère le genre de personne à faire les choses à moitié. Le jeune homme n'appréciait pas spécialement cette idée de lui donner un point de rendez-vous, il prenait ça comme un ordre. Mais cette fois, il n'avait pas le choix, malgré l'envie de mettre son poing dans la figure de la personne qui organise tout ça, qu'importe le fait qu'il le fait pour les gens comme lui. On ne prend pas de haut une star.

En toute honnêteté, il s'attendait à plus de monde à l'endroit indiqué. Il était accompagné de trois autres personnes, mais il imaginait un groupe de dix à vingt hommes et femmes. Ils avaient l'air de la même nationalité. Cependant, il ne comprenait pas un mot de ce qu'ils disaient et se contenta donc de les ignorer, n'ayant ainsi aucun intérêt pour eux. Ils devaient sous doute trouver assez étrange Rei, après tout une personne en costume cravate et lunettes de soleil, on a vu mieux pour ne pas attirer l'attention. Mais les meilleurs cachettes ne sont-elles pas à la vu de tous ? Entre attirer l'attention l'espace de quelques instants et ne plus être lâché de tout le voyage, le choix est vite fait. Bien sûr, il était possible qu'ils ne le connaissent pas, mais ne sait-on jamais. Rapidement ils furent rejoins pas une hôtesse qui commença à leur expliquer où ils allaient. N'étant guère intéressé par les détails, il se contenta de donner un bout de papier à cette dernière.

    « Vous trouverez mes affaires à cette adresse, il me les faut avant demain soir. »


Que ceci soit son travail ou non ne l'intéressait aucunement. Il ordonne, ils exécutent, voici comment fonctionne les choses. Après tout, qui pourrait lui résister ? Montant donc directement dans l'avion présenté juste avant, il trouva une place où il passa le trajet sans un mot, se contentant d'écouter de la musique.
Le voyage fut un peu plus long qu'il l'avait encore une fois imaginé, ils arrivèrent aux alentours de dix-huit heures sur l'île, où ils reçurent quelques informations de plus : comment rejoindre l'établissement, la ville et qu'une personne n'allait pas tarder à venir les chercher et qu'ils devaient attendre cette dernière pour recevoir un objet important. Cette fois, il n'avait pas spécialement le choix en vue des dernières paroles de l'hôtesse avant qu'elle ne reparte. Heureusement pour lui, l'attente ne fut de l'ordre que de deux minutes. Il reçut de suite après l'arrivée de cet homme non loin de la trentaine un bracelet qu'il plaça directement sur son bras droit.

    « Bien. Avec ça vous pourrez communiquer avec n'importe qui, ne le perdez pas. J'vais vous montrer vos dortoirs et vous serez pris en charge par quelqu'un d'autre. »


Ça sera sans lui, jouer le petit chien suivant les pas de son maître, très peu pour lui. Prenant ainsi une route différente, il pris la direction de la ville. Il se fichait éperdument de ce qui pouvait arriver à la personne responsable de les emmener au dortoir pour la disparition d'un élève. Il arriva à destination trente minutes plus tard et fut assez surpris par l'endroit. Assez mal fréquenté en vue des personnes circulant et de l'odeur. Ça lui rappelait ses sorties nocturnes. Relâchant sa cravate, il commença à visiter le quartier qui le rendait si nostalgique. Étrangement, il tomba sur bon nombre de personnes essayant de lui vendre tel ou tel objet, sans doute était-il au sein d'un marché. Au bout de la cinquième personne lui proposant le même produit alors qu'il venait tout juste d'arriver ici, ne comprenant donc pas l'utilité de celui-ci, il commença à relativement s'énerver. Alors qu'il s'était contenté d'ignorer les autres, il n'avait pu s'empêcher de claquer la main de son interlocuteur qui avait essayé de le toucher. « Ne me touche pas. » La situation dégénéra rapidement. Sur cette île, Yûhei n'avait pas sa place. Il n'avait pas à toujours faire semblant d'être quelqu'un d'autre et il faut avouer que Rei aimait énormément cette situation. Malgré lui il fut poussé sur une jeune fille qu'il ne regarda même pas, préférant directement mettre son poing dans la figure de la personne osant défier l'être le plus incroyable de cette terre - d'après lui. Ne lui laissant pas le temps de reprendre son souffle, il lui mit directement un coup de pied qui eut pour effet de le faire tomber sur la même demoiselle d'il y a un instant. Ecrasant la tête de l'idiot qui avait osé le toucher, il continua d'ignorer la jeune femme aux cheveux noirs habillée d'une façon pouvant être qualifiée de « gothique », bien trop occupé à écraser son nouveau jouet, retirant au même moment ses lunettes de soleil laissant apparaître deux yeux noirs en vu des lentilles qu'il portait.

    « Je t'avais dit de ne pas me toucher, reste donc à ta place pauvre idiot. »


Ici, Rei Yagami existait. Yûhei n'avait pas à se montrer. Il n'avait pas à se cacher. Il était lui-même. Un démon dans la peau d'un ange.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Toi aussi vas-tu lécher le sol ? [PV : Abbygaell K. Sosa] Ven 29 Juin - 16:57


La demoiselle aux cheveux noirs n'avait pas fait quoique ce soit de bien passionnant ce jour-ci. Les cours n'étaient pas plus passionnant que sur le continent et ceux concernant son don ne lui avait encore rien appris de nouveau. En sommes la demoiselle s'ennuyait. Elle traversait les couloirs de l'établissement en regardant par la fenêtre. Le temps n'était pas propice à une balade mais il n'était pas non plus affreux. Traduction il y avait des nuages noirs mais pas de pluie. Abbygaell monta dans son dortoir et s'allongea sur son lit. Quelques minutes après une des filles qui partageait sa chambre était venue et commençait à faire un bruit pas possible. A croire qu'elle avait perdu quelque chose mais qu'elle ne pouvait pas attendre pour le chercher. Ce bruit énerva Abbygaell qui se leva. Elle réveilla Walt qui dormait depuis le matin et en voyant que les nuages commençaient à partir, elle voulu se promener. Cependant le temps n'était pas si beau, la jeune fille décida donc de mettre un pull en laine noir dans son sac et de prendre son parapluie transparent au cas où !

Il n'était que 17h, elle avait donc le temps de faire un tour dans Bermia. Ne sachant trop ce qu'elle désirait faire elle choisit de visiter un peu toute la ville. N'étant pas sur l'île depuis très longtemps et ne voulant pas demander de l'aide à tout les passants à chaque fois qu'elle sortirait, elle devait donc pouvoir se débrouiller seule. Enfin seule était un bien grand mot, Walt l'accompagnait, et Kanzaki comptait largement sur lui pour pouvoir rentrer sans ce perdre. Abbygaell commença donc par le quartier Heaven, un quartier bien peuplé. En même temps c'est là-bas qu'il y avait tout ce don les habitants avaient besoin. Beaucoup de passants la regardaient de travers, ou plutôt s'éloignaient en voyant l'animal qui lui tenait compagnie. Cela ne perturba pas pour autant la jeune fille qui continuait d'avancer. Elle s'arrêta devant la librairie "La page qui Tourne". Elle hésita à entrer ou à continuer son chemin. Mais elle était là pour visiter et non pour lire. Kanzaki continua de vagabonder dans les rues pendant encore une bonne demi-heure.
Après tant de marche elle avait atterri dans un endroit quelque peu différent. Quelque peu était un bien faible mot. Ici tout le monde abordait les gens qui passaient pour leur proposer des produits plus ou moins attrayant. Certains disaient qu'ils avaient le produit dont tout le monde rêvait, un contrôleur de don. Abbygaell s'approcha un peu tout en restant discrète pour écouter ce que disait le vendeur à propos de cet objet. Après tout si elle pouvait rentrer chez elle sans passer par des cours plus ou moins utiles qui pour le moment ne l'étaient pas, elle n'en serait que plus heureuse d'être débarrassée de tout ça.

La proposition du vendeur était alléchante, Abbygaell s'apprêtait à ce diriger vers le vendeur pour qu'il lui parle un peu plus de cette babiole quand son loup se mit à grogner. La jeune fille ne comprit pas tout de suite pourquoi, c'est en se retournant et en voyant un jeune homme s'énerver contre un vendeur qu'elle comprit. Une bagarre allait éclater mais elle ne serait plus là. La jeune fille et son loup voulurent s'éloigner de cette partie du marché quand elle fut bousculer par le jeune homme en question. La demoiselle se retourna, prête à lui faire payer ce geste mais il était déjà repartit se battre. Il était étrange ce jeune homme, il portait un costard cravate dans un milieu si répugnant. La jeune fille resta un instant de trop à suivre la bagarre, si bien qu'elle se fit écraser par le pauvre vendeur qui venait de se faire éjecter de son stand par le jeune homme qui était plein de hargne et de rage. Le jeune homme avait clairement le dessus dans la bataille, il se permit de retirer ses lunettes, il avait le regard d'une telle noirceur qu'il lui faisait penser à elle dans ses excès de colère.

"-Je t'avais dit de ne pas me toucher, reste donc à ta place pauvre idiot."

Alors comme ça il était susceptible le bonhomme. La demoiselle se concentra et relia ses fils mentalement sur le vendeur qui l'étouffait et en posa aussi sur le jeune homme. Abbygaell ne voulait pas qu'il l'empêche de faire ce qu'elle souhaitait. La demoiselle obligea donc le vendeur à ce lever et à s'éloigner d'elle de quelques pas. La demoiselle le fixa dans les yeux et lui dit quelques mots.

"-Fais attention où tu mets les pieds."

Abbygaell se retourna et fit face au jeune homme. Elle gardait toujours une emprise sur le vendeur et sur le jeune homme en question. Walt quand à lui grognait sur tout ceux qui voulait s'approcher de la scène.

"-J'attends des excuses, sincères ou non je m'en contre-fou."

Kanzaki ne lâchera pas le morceau. Elle attendait des excuses et elle était prête à patienter pour les avoir. Le règlement du pensionnat avait beau stipuler qu'elle devait être rentré avant l'heure du couvre feu elle s'en foutait. Elle attendait des excuses.

Tout le monde autour d'eux avait repris plus ou moins leurs activités, c'est à dire le vol pour certains, l'arnaque pour d'autres. Ils profitaient même pleinement de la diversion que leur offrait Abbygaell et le jeune homme. La jeune fille commençait à sentir la température diminuer, signe que la nuit était proche. Le jeune homme n'avait toujours pas daigner lui adresser la parole. Abbygaell avait pourtant l'impression qu'il essayait de bouger, mais elle n'en était pas sûre.
Le vendeur lui essayait bien de bouger, de courir et de s'enfuir mais la demoiselle le retenait toujours prisonnier sous son emprise. Elle se foutait de lui comme de sa première paire de chaussette mais elle le gardait sous la main au cas où la situation avec le jeune homme en face d'elle dégénérerait. La jeune fille ne doutait pas de sa capacité à contrôler son don mais elle savait qu'elle était loin d'être parfaite. Sinon elle ne serait pas là.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Toi aussi vas-tu lécher le sol ? [PV : Abbygaell K. Sosa] Mar 3 Juil - 0:15

Sans pitié. Il s'agit bien de l'un des adjectifs pouvant être utilisé pour qualifier Rei qui en ce moment même écrasait tranquillement la tête d'un idiot ayant osé le défier lui le grand Yagami. Cet homme avait osé insister alors qu'on venait déjà de lui proposer ce même produit plusieurs fois auparavant. Un certain « contrôleur de don ». Son utilité est assez simple à deviner en vue de son simpliste : il permettrait un contrôle sans limite du don de l'utilisateur. Cependant, une question est à ce poser sur ce même objet si incroyable : si cela est possible, pourquoi ne pas le donner en même temps que cet étrange bracelet permettant de comprendre n'importe quel interlocuteur ? N'est-ce pas-là le signe qu'il est défectueux ? Bien sûr, le jeune homme n'avait aucune preuve concernant cette théorie et que cet objet fonctionne correctement ou non ne l'intéressait guère. La seule personne qui pourra le contrôler est lui seul, pas un simple objet créer par on ne sait quel abruti frustré. Ce que n'avait pas remarqué Rei, c'était que par deux fois il avait bousculé une jeune femme. En réalité qu'il l'est ou non remarqué n'est pas spécialement important, il se fiche éperdument d'une personne qu'il ne reverra sans doute jamais. Ceci serait bien sûr différent s'il était en dehors de l'île, présenté en tant que Yûhei, mais ceci n'est guère le cas ou encore si elle devenait son esclave personnelle. Il n'en avait pas encore. Même si ceci ne devrait pas être spécialement difficile.

Retirant son pied du vendeur, lassé de cette situation, il remarqua pour la première fois la demoiselle écrasée sous ce dernier. Sans un mot le jouet délaissé se releva pour s'éloigner de quelques pas. Yagami trouvait cette réaction assez étrange. Il venait de le ridiculiser devant quelques personnes et se taisait tout simplement ? Sans doute avait-il compris à quel point la personne à qui il a fait face est incroyable et splendide !

    « Fais attention où tu mets les pieds. »

Hein ? La demoiselle venait de parler. Enfin en soit qu'elle parle n'est pas quelque chose d'incroyable, mais il s'attendait encore une fois à une réaction tout à fait différente. Quelqu'un vous écrase et tout ce que vous dites c'est ça ?! Ça aurait été Rei il lui aurait fait des choses que de pauvres enfants ne pourraient voir, avait-il encore une fois face à lui une soumise ? Chacune de ses fans le sont, il en est donc relativement lassé de ce genre de comportement. Remarquez, plutôt que de le vouvoyer elle l'a tutoyée, signe d'un certain manque de respect... Dans le cas de Yagami, utilisé le vouvoiement est une façon de ridiculiser son interlocuteur, il se sait bien mieux que lui/elle alors pourquoi ne pas jouer un peu avec cette façon de parler. En baissant les yeux l'arrogant remarqua un animal. Un chien ? Ou un loup ? Que ferait un loup ici ? Passons. Rei n'est guère apprécié des animaux, parait-il qu'ils sont capables de savoir si une personne est vraiment gentille ou non. Ainsi, aller donc savoir pourquoi est-ce qu'il n'est pas apprécié d'eux. Il finit par relever les yeux faces à la gamine qui faisait face. Oui il s'agissait d'une simple enfant pour lui. Une différence de taille plus que conséquente était à noter, ceci accentuant encore plus le regard arrogant de notre protagoniste. Alors qu'il allait partir, se contentant d'ignorer cette petite chose, il fut comme qui dirait arrêter par son propre corps.

    « J'attends des excuses, sincères ou non je m'en contre-fou. »


Oh ? Cette gamine ne connaissant rien du monde adulte ose réclamer des excuses ? Ce genre d'enfant est si amusant, si purs et innocents mais, imaginant que le monde tourne autour de leur petite personne. Qu'ils sont idiots. Ce monde n'appartient qu'à une seule personne : Rei. Cependant, ses pensées ne réglaient aucunement le problème. Pourquoi ne pouvait-il pas bouger ?! Il suffisait de prendre en compte l'endroit où il se trouve pour comprendre. Quelqu'un ici l'empêche de se mouvoir. Mais qui ? Le vendeur avec qui il s'était amusé ? Possible, mais étrangement il soupçonnait bien plus la petite fille face à lui. Sa façon de lui parler. De lui faire face. Ce regard. Une folle envie de la faire crier l'envahissait. Cette gamine osait faire quelque chose d'incroyable. Devait-il la forcer à s'agenouiller en utilisant son don ? Il hésitait. Pour le contrôler au mieux, il a pris l'habitude d'un certain rituel au moment de l'activation, ceci évitant que la zone affectée ne soit hors de contrôle comme ça avait été le cas une fois. Plus précisément ce geste lui permet de concentrer puis de relâcher au bon moment son don. Cependant, ne pouvant bouger il était dans l'incapacité de l'utiliser. Devait-il quand même essayer ? S'il se loupait dans la zone et qu'il en créait une trop grande, ne prenait-il pas le risque de voir l'ensemble de personnes touchées utilisé leur propre don ? Ceci créant donc une scène des plus ennuyeuses ? Véritablement, il se fiche de ça. L'idée de ne pas contrôler son propre le don est bien plus ennuyeuse. Réessayant de bouger, il décida de provoquer un peu la demoiselle. Arborant un sourire, il commença.

    « Voyons, une jeune fille ne devrait pas parler comme ça, tu ne fais que ruiner ton beau visage. »


Aucune hostilité n'émanait de Yagami. Il ne faisait que sourire comme si ceci semblait naturel. Il prenait véritablement son interlocutrice pour une enfant et se moquait ouvertement d'elle. Comme s'il était du genre à complimenter quelqu'un. Laissant tomber son faux sourire, il afficha un visage bien plus sérieux, regardant de haut la demoiselle.

    « Plutôt que des choses aussi dérisoires, si tu m'expliquais ce que tu m'as fait ? Je suis relativement curieux... Je te laisserai t'en tirer avec ça si tu m'expliques et prime t'auras le droit à une sucette. »


Il n'essayait plus de bouger et se contentait de regarder cette enfant. Il lui donnait quinze ans environ. A vraie dire cela ne l'intéressait pas, il n'a strictement aucun intérêt pour les corps toujours en croissance.

[HRP] : Ne pouvant bouger, je me suis contenté d'utiliser que des paroles. Dans le cas où tu as besoin de plus, MP moi et Rei utilisera son don. :3
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Toi aussi vas-tu lécher le sol ? [PV : Abbygaell K. Sosa] Lun 13 Aoû - 12:51



Abbygaell se montrait patiente, chose qu'elle n'était pas. Mais pour l'instant elle contrôlait ce qui l'entourait donc elle n'avait rien à craindre. Cependant le jeune homme essayait bel et bien de bouger. Rien d'étonnant en soit, qui n'essaierait pas à sa place. Ce qui étonnait un peu plus Kanzaki c'est qu'il ait arrêté de chercher à bouger après seulement une tentative. Alors que le vendeur lui essayait toujours. En se concentrant de nouveau sur le jeune homme elle vit défiler dans son regard toute sorte d'expression, on aurait dit de la frustration d'être bloqué, du mépris de savoir par qui, et une envie de... vengeance ? Possible, probable même. Puis un sourire s'incrusta sur ses lèvres. Mauvais signe, il l'a sous-estime clairement. Après le sourire c'est les paroles qui s'impose dans la ruelle.

"-Voyons, une jeune fille ne devrait pas parler comme ça, tu ne fais que ruiner ton beau visage."

Son beau visage ? C'était clairement du foutage de gueule intensif ça ou alors elle ne s'y connaissait pas. Abby trouvait touchant qu'il prenne la peine de lui parler alors qu'il avait plutôt l'air de quelqu'un de sombre qui ne parle pas pour des broutilles. Pour lui montrer qu'elle appréciait l'effort, elle lui répondit sur le ton de l'ironie.

"-Merci de prendre soin de mon visage, tu peux aussi prendre soin de mes pieds je t'y autorise."

La demoiselle se permit même un sourire moqueur. La situation l'amusait finalement. Ses yeux devaient la trahir d'ailleurs car le visage du jeune homme se referma telle une huître et il perdit son sourire pour le troquer contre un air sérieux de celui qui s'impatiente. Ses paroles confirmèrent ce que pensait la jeune fille.

"-Plutôt que des choses aussi dérisoires, si tu m'expliquais ce que tu m'as fait ? Je suis relativement curieux... Je te laisserai t'en tirer avec ça si tu m'expliques et prime t'auras le droit à une sucette."

Une sucette, c'était plus la sous-estimer là c'était la prendre pour une gamine. Mais Abbygaell n'était pas conne et ne s'énerverait pas. Une idée lui traversa l'esprit mais elle ne savait pas si elle pourrait le faire sur le jeune homme sans conséquences quand elle le relâcherait. Elle décida donc de se tourner vers le vendeur qui essayait toujours de s'enfuir et qu'elle n'avait toujours pas libéré. Abbygaell se concentra et agenouilla l'homme. Cet acte lui avait demandé plus de concentration qu'elle n'avait pensé mais elle était satisfaite que sa manœuvre ait réussi. En fixant le jeune homme elle lui répliqua cyniquement.

"-Ce que je t'ai fait ? Rien pour le moment. Mais lui," elle indiquait le vendeur "je l'ai plié à mes désirs ! Si tu le souhaite je peux faire la même chose avec toi."

Elle ajouta un clin d'oeil à sa tirade. Non elle ne le provoquait pas, elle lui montrait juste qu'elle ne se laisserait pas faire. A ce moment là son loup grogna, la demoiselle lui jeta un coup d'oeil et vit que le soleil s'était couché et que dorénavant ils étaient éclairés par les lampadaires et les néons défectueux du quartier. En d'autres termes elle était en retard pour le couvre-feu et elle ne connaissait pas les conséquences que provoquerait ce retard. Mais ce n'était guère important étant donné qu'elle avait plus distrayant à porter de main. Autant en profiter étant donné que c'était la première fois elle pourrait prétexter s'être perdue dans la ville.

Abbygaell leva légèrement sa main, geste imperceptible sauf si on y prêtait attention, et replia son index. En face d'elle le bras du jeune homme s'était levé et sa main c'était fermé pour former un poing qu'elle dirigea vers le visage du jeune homme. Elle stoppa le geste quelques millimètres avant l'impact.

"-Aux échecs la reine se déplace plus facilement que le roi qui est limité dans ses gestes. Echec !"

Les gens suivaient toujours leur échange de bonnes paroles tout en s'éloignant des deux jeunes gens pour ne pas être pris en otage comme le malheureux vendeur qui était presque en larmes tellement la peur lui serrait les tripes.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

MessageSujet: Re: Toi aussi vas-tu lécher le sol ? [PV : Abbygaell K. Sosa] Lun 13 Aoû - 17:57

Le rire. C'est bien ce qui démangeait de l'intérieur notre petite starlette. Il avait trouvé une petite fille avec un gros complexe d’infériorité, qui ne pouvait s'empêcher d'utiliser son don pour cacher son petit complexe pour ainsi prouver qu'elle n'a pas froid aux yeux. C'est d'un ridicule. Ne comprends-t-elle pas qu'en utilisant aussi rapidement ce qui fait d'elle une personne unique, elle prouve par là qu'elle est incapable de tenir tête à quelqu'un sans ce don ? Il fut sortit de ses pensées si supérieures aux petits insectes de monde uniquement destinés à servir sa toute grandeur par... ce truc.

    « Ce que je t'ai fait ? Rien pour le moment. Mais lui, je l'ai plié à mes désirs ! Si tu le souhaites je peux faire la même chose avec toi. »

Ah. Depuis quand il est à genou cet idiot ? Cette petite scène avec la complexée commençait à l'ennuyer. Elle a don, on a compris, pas la peine de nous montrer toutes les deux secondes qu'elle est capable de faire bouger quelque chose. Mais bon. Qu'elle continue l'arrange dans un sens, cela lui permet de voir ce dont elle est capable et ainsi se donner une idée de ce qu'il a en face de lui. Une petite vierge certes, mais avec un don qu'elle semble appréciée au plus haut point pour se donner autant en spectacle. Le pire est sans doute le petit clin d'oeil qu'elle lui adressa. Elle se prend pour une petite star donnant du fan-service ? Il imagine bien le coup du « Nous vous présentons aujourd'hui notre nouvelle star du moment : la petite vierge accompagnée de son animal qui s’excite actuellement... sur sa jambe. » Génial. En parlant de l'animal, il venait de lâcher un grognement. Quoi ? Il fait nuit donc la demoiselle doit rentrée avant que papa et maman s'inquiètes ? Petite vierge va avoir le droit à une fessée en rentrant !

Il eut enfin la confirmation qu'il souhaitait lorsque son propre poing se retrouva à quelques millimètres de son visage. Autant dire qu'il fut énormément surpris, perdre le contrôle de son propre corps, c'est pas quelque chose de forcément agréable et de courant. Surtout lorsqu'on est Yagami, l'homme qui cherche à tout contrôler. Intérieurement, il fut heureux de voir que son beau visage n'avait pas été abîmé. Ça reste quand même son principal outil de travail après tout. S'il comprenait bien avec ce qu'il avait pu voir jusqu'à maintenant, elle pouvait donc contrôler quelqu'un uniquement par la force de sa pensée. Peut-être avait-il tort sur un point, ou même sur toute la ligne, mais il ne pouvait rester sans la moindre théorie comme un imbécile juste capable de baisser les yeux. Non, ce n'est pas lui.

    « Aux échecs la reine se déplace plus facilement que le roi qui est limité dans ses gestes. Echec ! »

... C'est quoi cette punchline sortie tout droit d'un mauvais film ? Ou alors elle a dernièrement appris à jouer aux échecs comme une grande et veut le montrer ? Il semblerait qu'elle oublie qu'on peut très bien se passer de la reine alors que le roi est certes limité, mais indispensable. De même ne venait-elle pas de dire que Rei est le roi ? Elle est bien cette petite en fait. Même s'il préfère le titre d'empereur incontesté de ce monde. Bref. Passons. Yagami ne pu s'empêcher d'éclater de rire en écoutant cette petite. Il adore soumettre les personnes comme elle qui n'imagine pas un seul instant qu'on peut leur résister et qu'elles ont en face d'elles LE Rei. Déjà, il fallait commencer par briser cette éphémère confiance en elle qu'elle avait.

    « Tu te pensais super classe à l'instant n'est-ce pas ? Elle est mignonne la p'tite. Avec ta petite représentation j'ai pense avoir globalement compris ce que t'es capable de faire, on va donc jouer à un jeu. Tu vas voir, on va bien rigoler ! »

Le sourire qu'il avait sur le visage à ce moment ne laissait même pas la place au doute qu'il allait faire quelque chose d'horrible. Il ne pouvait certes pas bouger, mais cela ne pouvait pas dire qu'il pouvait ne pas utiliser son don. Ça impliquait peut-être des risques, mais voir la réaction de cette petite vierge était bien plus important en ce moment. C'était soit il reste le petit jouet d'une gamine, soit il essaye de renverser la situation en risquant de détruire tout ce qu'il y a autour de lui, voir de blesser gravement les passants. Enfin ça, il s'en fiche complètement. Fermant les yeux l'espace d'un instant, visionnant la scène que devrait créer son don il les rouvris pour laisser passer un simple : « A genoux », augmentant donc grandement la gravité autour de la demoiselle, la forçant ainsi à tomber violemment contre le sol. Il n'avait cependant pas prévu de prendre au même moment l'animal présent aux cotés de la gamine ainsi que détruire un des stands non loin d'eux, mais ce n'était guerre important pour lui. Il pouvait enfin bouger. S'étirant de tout son long comme si de rien n'était, il était plutôt content de lui, même s'il aurait pu faire bien mieux et éviter les dommages collatéraux. Ne perdant pas de temps, il s’essaya sur le dos de la petite fille. Le véritable coté sadique de Rei commençait à surgir. Il n'avait pas qu'en tête de l'humilié de cette façon. Non, il voulait la voir le supplier, pleurer, il voulait qu'elle devienne son premier jouet sur cette île. Claquant donc ses doigts de sa main gauche, il inversa la gravité de l'animal qui fut propulsé à toute vitesse une trentaine de mètres au dessus du sol. En réalité ce n'était pas spécialement prévu. Enfin, il voulait pas l'envoyer aussi rapidement, mais bon, ça ne fait que retirer tout le suspens de son jeu.

    « Voilà mon petit jeu. A ton âge on aime les animaux, alors amusons nous avec ! Si tu fais quelque chose qui me déplaît, je pourrai par accident envoyer ce pauvre petit animal tout mignon directement sur le sol, comme ça ou pourra le disséquer, ça risque d'être fun pas vrai ? Moi j'adore. Donc j'te propose de devenir mon nouveau jouet, supplie moi en pleurant chérie. »

Oui. Il est horrible, mais c'est plus fort que lui, c'est tellement amusant de voir quelqu'un d'aussi fier se rabaisser complètement face à l'être qu'il est. Qu'importe si cette menace n'a que peu d'effets, il a bien d'autres idées en tête. Se penchant au niveau du cou de la demoiselle, il lui souffla dans l’oreille pour rendre la situation encore plus amusante.

[HRP] : J'espère que ça te va. Tu peux détester Rei. ♥
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Toi aussi vas-tu lécher le sol ? [PV : Abbygaell K. Sosa]

Revenir en haut Aller en bas

Toi aussi vas-tu lécher le sol ? [PV : Abbygaell K. Sosa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Age :: Bermia-